En région parisienne ce week-end, les Futuriales

Affiche Gaétan Weltzer
Affiche Gaétan Weltzer

Affiche Gaétan Weltzer

La saison des festivals continue ! Juste un mot rapide, auguste lectorat, pour t’annoncer que je serai aux Futuriales ce samedi 13 juin, pour ce festival bien connu des Parisiens qui se déroule dans un cadre très agréable, le parc Dumont, à Aulnay-sous-Bois. (Voir la galerie photos)

Pour avoir toutes les infos, retrouver le programme et la liste (conséquente) des invités, c’est ici.

Café littéraire « Vive la fantasy… épique ! » aux Imaginales 2015

Ce café littéraire s’est déroulé dans le cadre des Imaginales 2015, avec Fabien Cerutti, Matthieu Rivero et Lionel Davoust, sur le thème de la fantasy épique, et animé par Christophe de Jerphanion. Le site de référence ActuSF en a réalisé la captation entière, écoutable sur cette page.

Petit extrait vidéo :

Des photos d’Épinal valent mieux qu’un long discours

Et voilà, les Imaginales 2015 sont terminées. Encore un tourbillon d’images, de rencontres, de moments forts et surtout le plaisir de revoir les habitués, de rencontrer les nouveaux visiteurs. C’est très bizarre de repartir tout seul dans le silence après ces jours si intenses. Tu me connais, auguste lectorat, je ne ferai pas de compte-rendu parce que je ne m’en sens pas capable (et, honnêtement, pas l’énergie en rentrant) mais cette fois j’ai pensé à prendre quelques photos pour partager un peu l’ambiance.

Cette année a été particulièrement riche en échanges qui m’ont spécialement touché et ému. Merci à vous tou-te-s, vraiment, pour votre dynamisme, votre enthousiasme et votre gentillesse ! C’est un peu plat dit comme ça sur une page web, mais vraiment, c’est la réalité. Je repars avec des dizaines de sourires et ces instants, ces paroles qui remuent vraiment le coeur du gros chauve barbu que je suis.

Merci à vous – et merci à toute l’équipe organisatrice, de la direction aux bénévoles en passant par les libraires, bien sûr.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La prédation, c’est bon

Un petit retour sur l’affaire soulevée ici concernant une pudeur politiquement correcte et absurde sur la prédation en photo animalière – je ne visais pas tant, d’ailleurs, à parler de cette histoire parfaitement anecdotique qu’à élargir le débat sur la question en soi. Mais vu que la sujet a soulevé une longue discussion en commentaires, peut-être cela vaut-il le coup de mentionner qu’au terme d’une discussion sympathique et courtoise, la règle a été changée – et le comment intéressera peut-être l’auguste lectorat ici présent.

Red flamingoes

Internet (allégorie)

Le débat visait à éviter les photos de mauvais goût, notamment les animaux morts, puisqu’il s’agit de célébrer la nature dans toute sa beauté. Mais la prédation fait aussi partie de la beauté de la nature. Si une grenouille attrapant une mouche en plein vol forme une image belle et spectaculaire, on peut s’interroger sur la pertinence de présenter à tous les publics un lion à la gueule couverte de sang qui dévore les entrailles d’une gazelle.

La solution proposée par plusieurs d’entre nous est revenue à une notion fondamentale de la photographie : le sujet. Quelle est l’histoire racontée par l’image ? Qu’essaie-t-elle de nous dire et sur quoi attire-t-elle l’attention ? Si j’ai un portrait de macareux avec trois poissons dans la gueule, il s’agit de mettre en avant un comportement intéressant et de célébrer la beauté de l’animal. Si je réalise une photo de hérisson écrasé en gros plan, on peut, heu… s’interroger sur ma santé mentale. En déterminant ce qu’une photo cherche à raconter, on comprend bien vite à qui elle s’adresse.