La photo de la semaine : le lac de Roturoa

31 octobre 2014
0 réaction
Roturoa lake

Cliquez pour agrandir

Roturoa est un site néo-zélandais géothermal célèbre où les activités volcaniques en profondeur font remonter des minéraux toxiques, ce qui donne ces dépôts colorés frappants.

Programme des Utopiales

30 octobre 2014
0 réaction
Affiche Chris Foss

Affiche Chris Foss

Nous y voilà, à partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche (hors journée scolaires), ce sont les Utopiales, l’une des deux grand-messes principales de l’imaginaire dans l’année. J’y serai donc, avec le programme suivant :

novembre

Pas d'événement

La Volonté du Dragon chroniqué par La Faquinade

29 octobre 2014
2 réactions
Couv. Cyrielle Alaphilippe

Couv. Cyrielle Alaphilippe

C’est cela, la grande force de Lionel Davoust. Son humanité. L’humanité de son récit. Le lecteur se retrouve pris au plein milieu d’un indicible tiraillement entre ses convictions et son humanité. Et ça fait du bien.

Immense merci à Vil Faquin (appuyé du Patounator) pour cet article passionné sur La Volonté du Dragon, à découvrir sur son blog, La Faquinade !

Je ne vous donnerai pas publiquement mes coups de coeur littéraires

28 octobre 2014
13 réactions

youre-overwhelmed-freeze-was-underwhelmed-why-isnt-anyone-ever-just-whelmedAutrefois, quand le monde était jeune (le XXIe siècle devait à peine balbutier et l’iPhone n’était pas sorti, c’est vous dire), j’étais secrétaire du Prix Imaginales, que j’ai contribué à fonder. Quelques années plus tard, j’ai quitté mon poste et fus remplacé, si ma mémoire est bonne, par Stéphane Manfrédo.

La raison était que je prenais la direction d’Asphodale. Considérant qu’on ne peut être à la fois juge et partie, je ne voulais pas me retrouver à défendre, pour le prix, des textes que j’avais moi-même publié. Forcément, je les aimais, puisque je les avais pris, mais comme c’était ma revue, où était l’objectivité ?

Je suis un peu vieux jeu pour ce genre de truc. Comme, ainsi qu’on m’a posé la question avec les anthos des Imaginales, je ne publie pas mes propres textes dans un ouvrage que je (co)dirige. Je ne critique nullement ceux qui le font ; chacun ses pratiques et ses habitudes. Pour ma part, je suis mal à l’aise (mais c’est ma façon de voir et je n’ai pas l’outrecuidance de penser que le monde doit la partager). C’est probablement parce que j’ai un peu de sang anglais, alors ça me rend inutilement maniéré. Respect à la Reine, bien croiser les jambes, boire du thé avec le petit doigt levé, ne pas hausser la voix tout ça. (Quoique, pour le dernier, c’est plutôt loupé.) Pour la même raison, je ne fais pas de critique littéraire.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce que ce sont un de ces articles type « annonce de service » mais que j’ai renoncé à intituler ainsi dans le cas présent, parce que je suis gêné et embêté, mais qui porte sur un sujet où il me semble devoir une explication (et qui sera donc archivée quelque part). Une question revient souvent : « quels sont vos coups de cœur littéraires du moment ? » Je suis flatté et honoré qu’on puisse considérer que ma lecture vaille la peine d’être partagée, mais il me faut humblement dire la vérité : non. Je ne suis pas Anne BessonXavier Dollo ou Jean-Luc Rivera, dont les lectures peuvent être qualifiées d’encyclopédiques. Les miennes sont parcellaires, plutôt thématiques, s’attardent chez les copains par pur plaisir, volent d’un bout à l’autre de l’histoire, contiennent quantité d’essais pour mes recherches, vont rattraper des grands classiques qui m’ont échappé ou dévorer une série parfaitement obscure d’un poète polonais qui fait de l’épopée surréaliste en alexandrins. Je ne peux donc pas répondre à cette question convenablement.

D’une part, donc, mon « dernier coup de cœur » peut être un livre peu récent que tout le monde a déjà lu, ce qui n’apporte rien à personne. Par exemple, en ce moment, je finis la trilogie La Première Loi de Joe Abercrombie que j’avais dû laisser en plan pour d’autres lectures urgentes et en parallèle je lis le dernier Elric (Stormbringer) qui m’avait échappé à l’adolescence. Dans les deux cas, je m’éclate. Par contre, je crois qu’on est d’accord, cette information n’a strictement aucun intérêt. (Ne dites pas « si » même si c’est adorable ; on s’en cogne. C’est la vérité.)

D’autre part, même si j’aspire à l’objectivité, je ne suis pas un interlocuteur neutre. J’ai aujourd’hui beaucoup d’amis auteurs et je ne peux pas les citer sans apparaître peu objectif, même si je le voudrais, parce que j’aime ce qu’ils font, ce qui n’est pas tellement étonnant, puisqu’on est copains, et qu’on doit donc avoir quelques atomes crochus, y compris littéraires. Mais forcément, cela me force toujours à en oublier d’autres, et je ne veux pas avoir à faire ce choix.

En conséquence, je suis navré, vraiment, mais je déclinerai toujours, en me tortillant les mains de malaise, les questions ressemblant à « quelles sont les dernières lectures qui vous ont marqué ? » Si je réponds, cela n’aura aucun intérêt, je vais probablement passer pour un imbécile qui a passé les cinq dernières années caché sous une pierre, et je pourrais vexer du monde par omission. Donc, pardonnez-moi par avance : non.

En revanche, cela ne porte pas sur les influences, nos « classiques » etc. comme je l’avais fait par exemple pour le podcast Elbakin il y a un an. Discuter des classiques et des influences est un exercice totalement différent.

Musique douce pour un lundi

27 octobre 2014
0 réaction

Le week-end est fini, c’est dur, tu as bien besoin d’un peu d’espace, auguste lectorat. Pour commencer ta semaine, je te propose donc une piste atmosphérique, « Galaxy », un extrait issu de la bande-originale du jeu vidéo à venir Psycho Starship Rampage, que (rappel des épisodes précédents) je réalise sous le nom Wildphinn.

Il est encore trop tôt pour dévoiler des pistes entières (PSR n’est qu’en alpha) et j’ai encore du travail dessus, mais cela viendra. Et déjà, pour plus de commodité, les extraits actuels sont rassemblés en une playlist appelée à toujours s’étoffer :

 

Comme toujours, pour ne rien rater des nouvelles du jeu ou de la musique, abonnez-vous à la newsletter, à la page Facebook, au compte Twitter (et je poste aussi des photos bizarres sur Instagram, mais SANS BOUFFE), et à celle de Ballistic Frogs, tant qu’à faire.

ALL GLORY TO THE RAMPAGE !

L’anthologie Lancelot chroniquée par Mon Coup de Crayon

24 octobre 2014
0 réaction
Couv. Ryohei Hase

Couv. Ryohei Hase

Paradoxalement, la nouvelle qui me restera le plus en mémoire porte sur la relation entre Lancelot, Arthur et Guenièvre, mais refuse d’y voir tromperie et adultère. Il s’agit de « Le meilleur d’entre eux« , de Lionel Davoust.

Un immense merci à Claire, de Mon Coup de Crayon, pour cette chronique de l’anthologie Lancelot où figure « Le meilleur d’entre eux » et pour son appréciation du texte ! Lancelot peut être commandé sur le site des éditions ActuSF entre autres en numérique.

La photo de la semaine : I iz a baeuty

23 octobre 2014
4 réactions

Parce que l’Internet est fait de chats.

I iz a baeuty

Cliquez pour agrandir