La photo de la semaine : la maison de Bilbo

13 août 2014
0 réaction

Comme je pars sous peu à Londres pour la Convention Mondiale de Science-Fiction, la photo de la semaine me paraît devoir être de circonstance :

Bilbo's House

Cliquez pour agrandir

En Nouvelle-Zélande, on peut visiter Hobbiton, qui a servi de décor pour filmer les trilogies du Seigneur des Anneaux et du Hobbit. L’atmosphère est magique, il ne faut absolument pas rater ce site, qu’on soit un fan de Tolkien ou non. (Ce que je ne suis pas, et pourtant, j’ai été totalement charmé – et ce n’est pas tous les jours qu’on peut arpenter en grandeur nature les allées d’une pierre fondatrice du genre qu’on aime et dans lequel on oeuvre modestement.)

La Route de la Conquête sur Elbakin.net

13 août 2014
0 réaction
Couv. François Baranger

Couv. François Baranger

8/10. Lionel Davoust, sans fioriture et sans longueur inutile (longueurs qui auraient pu conduire à souligner son propos de façon trop marquée), aborde des thèmes finalement pas toujours développés en fantasy [...] Avec un soin évident et un vrai souci du détail sans jamais en faire trop, l’auteur nous entraîne à la suite de Korvosa et des autres dans un monde dont les échos nous touchent et se révèlent à même de nous faire réfléchir, sans pour autant que le décor ne soit qu’un décor, au contraire. Une belle confirmation !

Merci à Gillossen et pour cette chronique à découvrir sur le site d’actualités et de référence Elbakin.net.

Bardes et Sirènes sur Reflets de mes lectures

12 août 2014
0 réaction
Couv. Krystal Camprubi

Couv. Krystal Camprubi

Dans son ensemble l’anthologie est de bonne qualité, si ce n’est que les histoires d’amours entre sirènes et bardes sont un thème utilisé abondamment par les auteurs, au point que le lecteur à parfois le sentiment que c’est le seul type de relation qui peuvent exister entre ces deux êtres.

Une chronique de Cédric Jeanneret à découvrir sur son blog, Reflets de mes lectures.

45′ d’entretien sur Léviathan

11 août 2014
0 réaction

ImaJnereL’émission ImaJ’nère, sur Radio G (associative et alternative), traite de SF, fantasy, thriller, et m’avait proposé un long entretien lors des Utopiales 2013 autour de l’ensemble de la trilogie Léviathan, et grâce aux questions fouillées de l’équipe, nous avions discuté assez profondément de ses thèmes, de ses symboles, de l’ésotérisme, des mythes et de l’écriture. (Si l’on excepte tous ces foutus « heuuu » à répétition pour lesquels je me fustige encore – fatigue du festival.) L’entretien n’est plus disponible sur la page d’origine, mais l’équipe l’a repris sur Dailymotion où, selon toute logique, il devrait rester dorénavant :

Bonne écoute !

La photo de la semaine : le marché souterrain de Namdaemun

8 août 2014
0 réaction

À Seoul, le marché de Namdaemun s’adresse davantage aux Coréens et pas aux touristes, quand les quartiers d’Insadong et de Hongdae sont plus hype. Namdaemun s’étend dans des ruelles minuscules et en sous-sol, où il est facile de se perdre, tandis que des étals minuscules défilent, offrant toutes les marchandises imaginables. On y trouve des « répliques » de grandes marques occidentales pour une bouchée de pain, et jamais le commerçant ne vous fera croire à un original : cette pratique est parfaitement acceptée, et même, s’il tombe sur un touriste un peu gogo prêt à payer le prix de la marque pour une imitation, on le détrompera : « Replica ! Replica ! »

Namdaemun underground market

Cliquez pour agrandir

Jeudi teasing : la chronologie d’Évanégyre

7 août 2014
7 réactions

Et voilà.

Je l’expliquais en mars : le construction d’Évanégyre est articulée autour de points-clés, de vastes secrets de l’univers qui ont été peu abordés encore dans les récits, comme la Grande Guerre évoquée dans « La Fin de l’histoire », mais il reste de vastes pans à défricher – volontairement. Une planète entière est un lieu immense, un formidable terrain de jeu pour raconter des histoires, comme le sont l’envergure des siècles, et je tiens à pouvoir partir à la découverte, moi-même, de ce monde. Les points-clés de la ligne temporelle, les grands arcs narratifs décidés et fixés depuis quinze ans, font émerger tout un éventail de conséquences, sociales, psychologiques, politiques, culturelles et, depuis qu’ils sont définis, je laisse affleurer les histoires qui en découlent. Bien sûr, l’exigence de cohérence est fondamentale – tout ce qui a déjà été publié devient « canon » et ne peut être contredit (sauf à dessein). Il s’agit un peu d’une construction fractale, en définitive : j’ai la vue d’ensemble, et chaque récit vient affiner et définir un point particulier, un espace, une époque. Cela peut donner l’impression que j’avance à l’aveuglette, mais il n’en est rien : d’une part, avec les kilos de notes déjà établies, j’ai de quoi écrire pour une ou deux vies, d’autre part, je laisse les rênes à mon intuition pour me conduire là où il le faut. Certains auteurs disent qu’ils n’inventent rien, mais que les histoires existent ailleurs, sur un autre plan, et qu’ils ont simplement la possibilité de les entrevoir et de les rapporter : Évanégyre me fait cet effet-là, comme un monde autre, où je me rends pour le déchiffrer peu à peu et le raconter.

(Et maintenant, tout le monde me croit perché.)

Il reste quand même deux objectifs principaux dont je ne démords pas : d’une, l’histoire est fondamentale ; c’est elle qui justifie l’existence d’un récit – je ne suis pas là pour écrire un traité géopolitique ou historique, mais bel et bien pour qu’on passe un bon moment. De deux, je le martèle, mais tous les ensembles narratifs sont indépendants. On peut commencer à découvrir Évanégyre par les nouvelles isolées, par La Volonté du Dragon ou par La Route de la Conquête de façon parfaitement égale. Chaque histoire se suffit à elle-même – mais toutes les lire révèle un nouvel éclairage sur les événements, comme le prouvera, je l’espère, La Route de la Conquête.

Ceci étant rappelé, je peux maintenant dévoiler la chronologie de tous les récits d’Évanégyre parus jusqu’ici… en tout cas, dans la période de l’Empire d’Asreth, où s’inscrivent la grande majorité des récits publiés.

Tadam.

Chronologie de la période impériale

Cliquez pour agrandir

Il manque effectivement « Quelques grammes d’oubli sur la neige » – ce n’est pas un oubli. Cette question a fait naître une certaine discussion sur Facebook, que je vous propose éditée et résumée en forme de simili-entretien ci-dessous. Merci à tous ceux et celles qui ont participé et pour leurs excellentes questions !

Évanégyre, chronologie, secrets et découvertes : bavardages

Il manque un texte. Tu te gardes un effet dans ta manche ou alors il était trop excentré par rapport aux autres pour la photo ?

Bien vu ! Oui, il est beaucoup trop excentré. Vers la droite de la flèche.

Il est donc dans le canon. C’est ce que je pensais aussi (limite avec un changement d’échelle même).

Oh oui, « Quelques grammes d’oubli sur la neige » (qui sera repris dans La Route de la Conquête) est tout à fait dans le canon. Mais beaucoup plus tardif.

Les siècles font cent ans?

Bonne remarque. Oui.

Des années de 365 jours de 24h de 60 minutes équivalentes aux nôtres ?

Ce serait en dire trop… Non. Évanégyre est une planète de type terrestre, mais légèrement plus grande et avec des années légèrement plus longues. Mais pas assez pour que ça ait valu la peine d’être mentionné jusque là dans un récit.

Entre la Grande Guerre et « La Fin de l’Histoire » quel ordre d’années?

Une demi-douzaine de générations environ. (Un gros siècle.) Dans « La Fin de l’histoire », ni Veithar ni Aruel n’ont connu la Grande guerre, mais ses traces (psychologiques) restent marquantes et imprégnées dans la pensée des nations « développées », Asreth tout particulièrement, bien sûr.

La Grande Guerre a été un conflit mondial, semi-mondial? Le Dragon est vraiment féminin ou seulement son apparence humaine? (bon le reste tu me répondrais pas) Tiens quand même pour le fun : y a-t-il un rapport « organique » entre les cristaux artechs et les dragons ?

Oui, la Grande guerre a été un conflit mondial, terrifiant pour tous et terriblement dangereux. Quand le général Aruel dit que l’humanité a failli être anéantie, il ne rigole pas.
Oui, Mordranth est vraiment de genre féminin. Même si… il y a quelques particularités biologiques dues à son espèce.
Pour le reste… hmmm… je dirai simplement qu’on a vu de tout petits pans d’Évanégyre pour l’instant, et plutôt dans des contrées finalement assez reculées et isolées. Le monde est VASTE et il y a beaucoup d’endroits dont on a à peine parlé. D’autre part… il y a d’autres éléments qui n’ont pas encore été abordés, autrement qu’en passant de façon très elliptique. La Grande guerre a fait appel à certaines choses… qui ont été, disons, retirées de la circulation depuis.

Faisons court pour moi avec Évanegyre tu vises à quelque chose de proche d’une Histoire du futur comme on en trouve dans la SF. En fait je me rends compte que le point essentiel est que j’ai un problème depuis que j’ai eu l’info Asreth signifie « rempart », rempart contre quoi?

C’est très intéressant pour moi de voir les réactions: car la réponse à cette question est, véritablement, cachée entre les lignes de ce qui a déjà été publié… il arrive que certains personnages, par clairvoyance ou chance, expriment la vérité historique (si tant est qu’une telle chose existe, etc.) Pour le reste et les intentions, cela nécessitera des cycles véritables pour dépeindre correctement les événements charnière – si mes éditeurs acceptent de me suivre là-dedans.

Pour mémoire, La Route de la Conquête sort le 21 août et il est encore temps de commander : toutes les précommandes réalisées avant le 18 août seront dédicacées : rendez-vous ici

Wrong on so many levels

6 août 2014
8 réactions

Quand soudain, dans le dossier spam :

date_a_russian

C’est presque un exploit de poésie urbaine que d’arriver à cumuler tant de niveaux de glauque et de mauvais goût en si peu de mots.