La Route de la Conquête sur Temps de Livres

10 septembre 2014
0 réaction
Couv. François Baranger

Couv. François Baranger

Après La Volonté du Dragon, La Route de la conquête est la nouvelle carte pour entrer dans Evanégyre. [...] Chaque vision du monde est différente et quelquefois, loin de notre culture. Ce condensé, qui n’est qu’un fragment, permet au lecteur d’entrer dans la peau des personnages, de comprendre et de s’interroger sur leurs actions, mais aussi de remettre les histoires dans le contexte.

Merci à Hervé Beilvaire pour cette chronique à lire sur son blog, Temps de Livres ! (À lire également : sa chronique de La Volonté du Dragon et un entretien autour d’Évanégyre)

Asreth represent

9 septembre 2014
9 réactions

Car il en était question, que cela m’avait été demandé, et surtout que j’en avais envie :

LD_steampunk

Photo X. Dollo

Steampunk rules !

Et merci d’être venus en si grand nombre samedi à Critic pour la première signature de La Route de la Conquête !

[Annonce] Nouvelles activités musicales… dans le jeu vidéo

8 septembre 2014
3 réactions

Oh yeah !

psr_logo

Merci, auguste lectorat, d’avoir été patient tandis que j’annonçais que j’allais bientôt pouvoir parler des activités autres, sonores, que je développe en parallèle. Le projet est devenu public, voici maintenant ce qui se trame en coulisses.

Version courte

Sous le nom Wildphinn, je vais faire le sound design et la musique d’un jeu vidéo intitulé Psycho Starship Rampage pour un studio indépendant français qui se lance, Ballistic FrogsLe projet est vraiment enthousiasmant : en deux mots, le shoot them up rencontre le rogue like. J’ai en charge tout l’habillage sonore, bruitages et morceaux, et je suis absolument ravi de me lancer dans cette aventure.

N’hésitez pas à suivre Ballistic Frogs (site / Facebook / Twitter / Google+) et Wildphinn (site / Facebook / Twitter / Instagram / Soundcloud en construction) sur les réseaux sociaux ! 

Version longue

Parce que tu fais du son, toi ? Depuis quand ?

Depuis toujours, en fait. Quand j’étais ado, je traficotais et bricolais des MODules sur Amiga puis PC, avec SoundTracker, NoiseTracker, ProTracker, et tu as peut-être remarqué, auguste lectorat, que j’ai souvent un pied discret dans le son (ou bien, tu te rappelles Le Conte de la salle de bains ?). Je suis passé au MIDI et aux expandeurs dans les années 90, à la synthèse analogique dans les années 2000, et j’ai humblement participé, comme beaucoup, à des groupes d’étudiants à l’époque (… entre deux parties de Diablo).

J’ai un peu laissé tout cela en plan par la suite afin de focaliser mes énergies sur l’écriture, mais en continuant à trafiquer un peu avec mon vieux matériel, cherchant, je dois bien l’avouer, ma vraie voie dans ce domaine. Je ne suis pas un bon instrumentiste, je ne l’ai jamais été et ne le serai probablement jamais, mes deux mains n’ont jamais voulu se désaccoupler au clavier, mes doigts refusent d’agir tous ensemble à la guitare, et je n’ai pas la patience nécessaire à la pratique.

J’assume. 

Je suis un bricoleur. Je raffole de sculpture sonore, de sons étranges, de machines ésotériques, de contrôleurs bizarres, de textures extraterrestres, de séquençage, tout en admettant très humblement que je reste un étudiant perpétuel en la matière. J’ai attrapé depuis de la théorie musicale un peu plus poussée, ce qui me permet de donner une forme plus aboutie à mes envies. Mais je n’ai absolument pas la prétention d’être un théoricien ni un instrumentiste, je suis simplement un mec qui trafique ses boutons, qui joue sur ses contrôleurs, qui expérimente jusqu’à ce que ce qu’il entend sonne à ses oreilles et qui laisse ses tripes le guider en espérant que ça parlera à, heu, son auguste auditoire.

Bref, je rêvais depuis longtemps de m’y remettre, et la rencontre avec Ballistic Frogs a été l’occasion de faire de ce rêve une réalité, qui mêle en plus deux de mes passions de toujours, en plus de la mer et de la littérature : le son et le jeu vidéo.

Tu vas faire quoi exactement ?

Sound design et musique. Tout ce qui fera du bruit dans le jeu, c’est mon boulot. Du « piou » du laser que tire le vaisseau à la mélodie qui, je l’espère, vous tournera dans la tête longtemps après avoir fini votre partie. Niark.

Pourquoi tu changes de nom ?

Pour des raisons de clarté. Mon identité son – Wildphinn – concerne des activités très différentes de mes activités littéraires, marines et photographiques. Les deux mondes ne sont pas étanches, mais les publics sont assez différents, ne serait-ce que par l’univers de la langue ; la littérature est forcément centrée sur le français, le jeu et la musique n’ont pas cette spécificité. Tout simplement, j’ai envie que, quand on cherche quelque chose, un livre ou bien du son, on le trouve sans mal, et avoir un alias me semble la façon la plus lisible de faire.

Psycho Starship Rampage, c’est quoi ?

Voir sur le site de Ballistic Frogs, mais en gros, c’est un shoot them up croisé avec un rogue like. Il s’agit de défourailler de l’alien par paquets de douze avec un vaisseau seul contre tous, mais un élément de RPG permet de personnaliser peu à peu le vaisseau, conformément à ses envies, progressant peu à peu au cours des niveaux. On veut faire une forteresse mobile qui annihile tout l’écran en un tir ? Possible. Un petit vaisseau agile et malin ? Possible. Et encore bien d’autres possibilités de personnalisation et de fourberies pour décimer les rangs ennemis, que Ballistic Frogs révélera au fur et à mesure. Et en plus… ce sera multijoueur, avec une toute nouvelle approche, dont je ne crois pas qu’elle ait été encore tentée jusqu’ici !

Il sera comment, le son ?

Bien, j’espère.

Blague à part : résolument électro – neo-retro-vintage, si l’on peut dire – avec toutefois des éléments symphoniques. Je cherche à atteindre une atmosphère épique mais pas forcément héroïque, tout en restant prioritairement dans le monde électro. Je partagerai bientôt des extraits du travail en cours via Soundcloud.

Je suis convaincu ! Où est-ce que je signe ?

Le plus simple est, comme mentionné ci-dessus, d’aller jeter un oeil à Ballistic Frogs et à Wildphinn et de vous abonner aux profils qui vous plaisent. Pour mémoire :

Wildphinn – site / Facebook / Twitter / Instagram / Soundcloud

Ballistic Frogs – site / Facebook / Twitter / Google+

Je continuerai à mentionner ce versant parallèlement ici, le temps que l’information circule et que mon alter ego prenne son essor, mais à terme, la séparation sera plus nette. (Si vous en avez marre de m’entendre en parler ici, vous savez quoi faire, ahah !) Puis il s’agira simplement d’annoncer les étapes les plus marquantes ; Wildphinn prendra le relais pour proposer des mises à jour sur l’avancement du projet, des extraits sonores et diverses nouvelles en rapport avec le jeu et l’électro. N’hésitez donc pas à vous abonner dès maintenant !

Je ne vous cache pas que je suis un peu fébrile à l’orée de ce nouveau vaste projet, mais absolument enchanté en même temps. J’espère que le jeu vous plaira, que la musique vous séduira et saura surtout se mettre au service de l’expérience ludique (comme on dit dans la presse branchée) ; et que ce sera la première étape d’une longue et belle nouvelle aventure en parallèle des livres, que je ne délaisse absolument pas pour autant – cela va sans dire.

Et puis, parce que je suis quand même un peu ému de tout ça, j’ai juste envie de dire : merci à vous tous pour votre gentillesse, votre suivi, votre intérêt et votre fidélité.

C’est la rentrée, qu’est-ce qu’on fait ?

5 septembre 2014
18 réactions

Ô, grisaille funeste des matins humides de septembre, poids du cartable sur le dos ou à la main, irritation du col de chemise sur la nuque, léger étranglement de la cravate. Fichtre diantre ! Papa, je ne veux pas aller à l’école.

Fi donc, c’est aussi la reprise des activités et le retour chez soi, loin des mers estivales nappées de crème solaire. Pour moi aussi, c’est la rentrée ; et donc, ainsi qu’il se doit, il est déjà temps de faire le point sur ce qui va arriver dans les mois suivants – et il va s’en passer, des choses.

Bon, déjà

Jusqu’ici, la grande nouvelle, c’est évidemment la sortie de La Route de la Conquête, dont j’ai déjà amplement parlé, et je vais donc aller en festival ici ou là avec le livre sous le bras. (Quelques dates déjà présentes ici, d’autres à venir.) Il y a aussi l’anthologie Bardes et Sirènes, sortie en mai.

Et maintenant ?

Maintenant, il se passe plein d’autres choses. Dont je ne peux parler encore qu’à mots couverts, mais cela ne fait pas de mal de dresser un vague panorama des mois à venir afin que tu saches, auguste lectorat, dans quoi tu mets les pieds, toi qui entres ici oublie toute espérance, etc.

  • Dans les mois à venir, j’ai des nouvelles à faire, sur des sujets que je ne peux pas dire ;
  • Je travaille sur une traduction, sans pouvoir annoncer ce que c’est ;
  • Et surtout, le prochain livre est déjà annoncé. Il sortira en août 2015 aux éditions Critic, s’intitulera Port d’âmes, et portera à nouveau sur Évanégyre – quoique dans une époque et avec une atmosphère bien différentes de ce qui a été publié jusqu’ici. Ce sera une histoire plus intimiste que d’habitude : un récit d’ascension sociale, de revanche, de fourberies politiques, et surtout d’amour. Comme d’habitude, ce livre sera parfaitement indépendant du reste1.
studiov2

Studio. Machines. Boutons partout. Content.

L’autre grosse nouvelle, que j’annoncerai enfin officiellement lundi, c’est qu’à ma grande surprise, le versant musical décolle à très grande vitesse. C’est un vrai soulagement de pouvoir enfin sortir de ma tête tous ces morceaux qui m’obsèdent et tournent en boucle dans ma tête depuis des années, et je suis à chaque fois ravi de l’efficacité que la technique a acquis. Plus de prise de tête sur les entrées/sorties, le contrôle MIDI, la gestion des patches comme autrefois (ce qui avait conduit à une mise en retrait de ma part, la mort dans l’âme: pas assez de temps, pas la place chez moi pour quinze synthés modulaires). On travaille, on fait du son, et on ne perd pas de temps à se battre contre les machines. J’ai déjà produit en dix fois moins de temps bien mieux que ce que j’avais jamais réalisé jusqu’ici.

Il se prépare de chouettes choses dans ce domaine, et je dirai donc tout lundi. Pour des questions de lisibilité, cette activité se déroulera sous un alias : les noms de domaine, pages Facebook, comptes Twitter sont pris. Il n’y a plus qu’à.

  1. Et pour les plus vieux lecteurs de ce blog, ceux qui ont connu MySpace, Over-blog et toutes les tribulations… oui, il s’agit – enfin – du supertanker.

La newsletter fait peau neuve

4 septembre 2014
6 réactions

lolcat_newsletterSalutations, auguste lectorat !

Dans l’optique d’une accélération de ma portée produit et d’un renforcement de ma stratégie online dans le but d’accroître ma visibilité auprès des influencers, je suis heureux de t’annoncer que je viens d’embaucher un escl… un robot tout neuf pour gérer ma liste de diffusion, prénommé Lucien en hommage à mon ancien doppelgänger, depuis terrassé au cours d’un combat fratricide sur un ancien cimetière indien. Il faudra que je te raconte ça un jour, c’est passionnant.

Bien. Je change donc de système de diffusion pour ma liste, adoptant un système plus professionnel, mieux fichu, et surtout, je l’espère, plus transparent. En principe, vous ne devriez pas avoir remarqué la transition, qui a déjà eu lieu, à part que les mails arrivent davantage à l’heure et sont plus jolis. Lucien a aussi beaucoup travaillé pour écrire des messages de bienvenue plus sympathiques et pour rendre l’utilisation de l’outil plus facile. Bravo, Lucien. Susucre.

marvin_assemblyPour information,

  • Le résumé hebdomadaire des derniers articles du blog est toujours envoyé le mercredi matin à l’aube. 
  • Il y a une deuxième liste, qui ne représente qu’une poignée de mails par an, visant à informer sur mes grandes actualités : publications, programmes de dédicaces, etc. 

Il est possible de s’abonner à l’une et/ou à l’autre et de changer à la volée. Par défaut, les nouveaux abonnés sont inscrits aux deux (pour simplifier le processus). Exit le petit sondage qui ne motivait pas grand-monde et qui ne m’apprenait donc pas grand-chose.

Version courte : ça ne change pas sauf quand c’est mieux.

Comme toujours, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires sur le système. Et si vous n’êtes pas inscrit-e mais que, décidément, vous mourrez d’envie de le faire – et comme je vous comprends ! Ô, dieux, que je vous comprends ! – Lucien a obligeamment recollé un formulaire là-dessous. Entrez votre mail, et la bobinette cherra. 

Rejoignez les 265 abonnés à ce site : pour ne manquer aucune information, entrez votre

Entretien sur les Mandragores autour de La Route de la Conquête

3 septembre 2014
2 réactions
Couv. François Baranger

Couv. François Baranger

3 Tes nouvelles rappellent parfois des conflits actuels ou historiques. Quelles ont été tes sources d’inspiration pour dépeindre l’univers d’Evanégyre ?

J’ai beaucoup puisé dans l’esprit des empires de l’Antiquité, Rome et Alexandre le Grand, en particulier, dont les volontés conquérantes se voulaient également civilisatrices. Ce qui me laisse toujours un peu pantois : comment peut-on se dire qu’on va soumettre d’autres cultures par la force pour les « civiliser » ? Cela me paraît tellement antinomique, et j’ai souvent envie d’écrire sur ce que je ne comprends pas. Du coup, je ne nierai pas aussi qu’il y a également une petite dose de suffisance des missionnaires chrétiens de l’histoire.

Le premier entretien autour de La Route de la Conquête et de l’univers d’Évanégyre a été réalisé par le webzine Les Mandragores ; c’est ici et l’on y parle du livre et du projet de l’univers. Merci à l’équipe ; et pour rappel, je suis en dédicace samedi à la librairie Critic.

La Route de la Conquête sur les Mandragores

2 septembre 2014
0 réaction
Couv. François Baranger

Couv. François Baranger

En conclusion, La Route de la Conquête m’a énormément plu, et ce cycle a tout ce qu’il faut pour être considéré comme incontournable par les amateurs du genre.

Grand merci à Aymeline Fonvieille pour cette chronique enthousiaste et son adhésion à l’univers d’Évanégyre, à lire sur le webzine culturel les Mandragores !