Cher auguste lectorat, Je ne t’abandonne pas, comme certains esprits chagrins ont eu tendance à le croire. Non, je suis juste très, très occupé, à un point que j’imaginais pas que c’était possible mais en fait si. Je voulais te donner des nouvelles de la cellule monacale qui est devenue mon seul horizon, mais tout cela pour l’amour de l’art – l’amour de l’histoire et du travail bien fait. Je travaille donc toujours sur Léviathan : la Chute. Je suis toujours en phase de corrections, de réécriture, d’ajustements, dans l’espoir que ce livre soit le meilleur possible. J’ai la chance d’avoir une éditrice extrêmement exigeante qui va chercher ce que j’ai de meilleur en moi, puis qui va encore plus loin et me fait découvrir des ressources dont j’ignorais l’existence. C’est un drôle de processus, à la fois assez douloureux, mais aussi très satisfaisant une fois qu’il donne des résultats. Je n’aurais jamais cru dire ça un jour mais je commence à comprendre le parallèle que font certains entre l’écriture et l’accouchement. Note bien, auguste lectorat, que cela ne signifie pas que ce livre sera forcément bon ni qu’il te plaira automatiquement. Cela implique seulement que j’aurai fait de mon mieux pour mettre les tripes sur la table, mais on ne peut faire qu’avec les tripes que l’on possède à un instant donné. Je peux au moins m’engager à ce qu’il soit bien ficelé, à faire mon boulot de conteur, et prier pour le reste. Oui, j’ai dit prier. Il est 0h31, j’écoute Time to Burn, et j’ai l’impression que les guitares de Nayeli me grattent agréablement le cerveau comme une râpe à fromage. Il est des moments dans la vie, dans ce flottement qui sépare un long travail mental du bienheureux oubli du sommeil, où les frontières s’écroulent et où les différentes significations qui composent l’existence convergent en une espèce de magma à la fraise. J’ai vu la couverture de La Chute aujourd’hui, du moins un projet très avancé, et elle déchire sa race. Le montage est impressionnant et le style de l’illustration me plaît beaucoup. Je verrai quand je pourrai te la montrer. Il y a écrit « Thriller » dessus. Si j’avais su ça en écoutant Michael Jackson. J’ai réussi à extraire l’audio des rencontres de Limoges. Maintenant, il faut que j’en fasse un MP3 et que je colle ça quelque part ici, ou par là. Le programme des Imaginales est en ligne. J’y parlerai notamment de guerriers dimanche à 17h en compagnie de Julien Delval et Xavier Mauméjean. Il reste aussi peut-être quelques places pour l’atelier d’écriture. Je continue à réfléchir de temps en temps à la v4 de cet endroit de perdition. Je sais assez bien ce que je veux, maintenant il faut que j’arrive à le faire comprendre à WordPress. Ça devrait être bon pour cet été… Sachant que je m’attellerai alors à l’écriture de la suite de La Chute, puisque c’est une trilogie, et que j’espère pouvoir la rendre aussi vite que possible après la sortie du volume I. Dans l’intervalle, auguste lectorat, je pense à toi et je te prépare des choses en coulisses. Ne prends pas mon silence pour de l’ignorance. Oh non, surtout pas. De grandes choses se trament. Bien à toi, KW PS : Si tu te demandes ce que fait Time to Burn, c’est ça.