Couv. Alexandre Fort

7/10. Le récit gagne quoi qu’il en soit en puissance au fil des chapitres, en tension, en densité. À ce titre, la toute fin du roman […] est aussi frustrante que frappante.
Un article de Gillossen, à lire sur Elbakin.net.