Une trouvaille de géniale débilité comme on déniche trop peu, qui a un certain âge mais peu importe. C’est à chaque fois un sonnet courtois où l’on aurait remplacé l’amour par les trains, une histoire tenant en une poignée de secondes, une histoire, que dis-je, une tranche de vie, une leçon dont la concision et la profondeur touche à la clarté du zen ; le haiku de l’humour idiot. Gloire à TomSka (créateur d’ASDF Movie). (S’il y en a qui se souviennent encore d’avoir fui en hurlant devant les Charlie the Unicorn du très malade Jason Steele, postés ici même il y un an et demi, accrochez-vous au siège, parce que c’est du même tonneau.)

I like trains.