Joyeux solstice d’hiver (à peu de choses près). Et comme c’est le solstice d’hiver, les fêtes, qu’on a survécu à la fin du monde, je répercute une info qui fait plaisir. La maison d’édition Le Passage Clandestin, âgée de cinq ans et spécialisée en critique sociale, lance dès le début de l’année prochaine une nouvelle collection de rééditions de SF, intitulée Dyschroniques et prolongeant les sujets d’intérêts de la maison. Au programme, de sombres débutants, comme on peut le constater :
  • Le testament d’un enfant mort, Philippe Curval (en janvier)
  • La tour des damnés, Brian Aldiss (en janvier)
  • Un logique nommé Joe, Murray Leinster (en février)
  • Le Mercenaire, Mack Reynolds (en février)
Signalons une politique de prix très basse qui fait plaisir, de 4 (!!) à 8 euros. La maison espère publier quatre autres titres en 2013. J’espère que la collection rencontrera un vif succès et nous permettra de (re)découvrir des titres peut-être méconnus pour éclairer notre présent grâce à l’avenir.