Bravo au Nerval de Garde, qui a repéré des modifications plutôt étranges dans la page du projet ReLIRE, lequel suscite l’ire des auteurs depuis des mois… Je reproduis son article :
Quand la BnF caviarde Wikipedia… A l’ère de l’information sur internet, la technique consistant à modifier massivement des pages Wikipédia sur les sujets contestés est largement connue, en particulier des politiques en période d’élection… la BnF espérait peut-être que son caviardage grossier en faveur de ReLIRE passerait inaperçu ? Raté ! Vers 15h15, un nouveau contributeur s’inscrit sur Wikipédia sous le pseudonyme de Lcervois. Après avoir indiqué être « amateur de culture, inscrit sur Wikipédia pour partager, contribuer et apprendredans les domaines du patrimoine, de la littérature, et des arts visuels », il commence à orienter très largement la page wiki du projet ReLIRE dans le sens qui arrange nos instances. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les critiques disparaissent de l’introductionle registre se voit purgé de ses erreurs, les modalités d’opposition deviennent simples, et on en passe ! Non content d’avoir purgé la page de ReLIRE de tout élément dissident, notre nettoyeur s’empresse d’enrichir la page des « Livres indisponibles » d’un bon gros pavé indigeste rempli de bonnes ondes commerciales. Allez, on vous en sert une couche ?
  • « La volonté d’offrir une nouvelle diffusion aux livres indisponibles »
  • « Un mécanisme juridique destiné à faciliter l’exploitation numérique de ces ouvrages a été introduit par la loi du 1er mars 2012. »
  • « Il s’agit tout d’abord d’éviter le trou noir que représente le XXe siècle pour la diffusion numérique des livres français en permettant à des œuvres devenues indisponibles, dont certaines très récentes, de trouver une nouvelle vie au bénéfice des lecteurs. »
Ne riez pas, car comme dirait Coluche : « c’est avec votre argent ! ». Par le Nerval de Garde Ce document est mis à disposition sous une licence libre, C.C-by-S.A
Dans l’intérêt de l’équité, je modère le billet en avançant que rien, à l’heure actuelle, ne prouve un lien entre Lcervois et la BNF. Mais quand même, c’est bizarre de s’inscrire puis de se livrer directement à de telles modifications. Ça ressemble très sérieusement aux techniques des agences d’e-réputation. De là à en conclure que l’action a été commanditée par la BNF, il n’y a effectivement qu’un tout, tout petit pas.