Quelques idées en vrac en passant sur les Google Glass, qui incarnent le dernier symbole en date de craintes et d’interrogations concernant la vie privée. Il me semble que, justement, en se focalisant sur ces questions importantes mais très (trop) précises, attachées à l’objet lui-même, on passe à côté de la grille de lecture qui nous aiderait à décoder l’envergure du phénomène qui se profile, et donc, par richochet, de mieux répondre à ces questions immédiates : les Glass ne sont pas un périphérique, elles sont un concept, et c’est ce qui se trouve au centre de ce qu’elles ouvrent, et des polémiques associées. Peu importent leurs fonctionnalités détaillées, elles poussent encore plus loin le tout-connecté et automatisent la prise d’images. C’est comme si l’on s’interrogeait sur le concept de smartphone aujourd’hui. Peu importe qu’on ait Dropbox, un appareil photo ou son mail dessus, ce qui compte dans l’idée même de smartphone, c’est que c’est un terminal connecté entièrement configurable. Soit : un mini-ordinateur connecté dans la poche. Les Glass, ça veut dire qu’on a Internet et des périphériques de capture devant les yeux et portés en permanence ; elles suppriment toujours davantage l’interface entre l’homme et la machine. Il est là, le centre de la question, pas le fait que je puisse prendre des photos avec et le mettre directement sur Facebook. C’est étriqué. Tout comme le fait de consulter Facebook sur un smartphone est un épiphénomène étriqué du concept d’avoir un ordinateur connecté sur soi en permanence, et ne nous aide pas à cerner les usages et les conséquences de ces appareils sur nos vies. Comme toujours, la SF s’est posé ses questions il y a vingt, trente ans, et, à défaut d’apporter des réponses, présente des visions réfléchies du transhumanisme, a médité ces questions bien avant l’heure – à moins qu’il ne s’agisse de prophéties auto-accomplies. Car 2029 est drôlement parti pour ressembler à Ghost in the Shell.