Le week-end dernier, j’étais à Barcelone. Je tombe rarement amoureux des bâtiments, et encore moins des églises, mais la Sagrada Familia, la basilique chef-d’oeuvre d’Antoni Gaudi, entamée il y a près d’un siècle et inachevée encore à l’heure actuelle, est renversante de complexité, de détail, d’unicité dans le monde. Rien ne ressemble à l’architecture de Gaudi, qui jouait déjà avec les formes de la nature, les courbes, les rondeurs bien avant notre époque et, pour prendre une référence connue des fans de SF, les travaux de Schuiten sur les villes – arbres. Les bâtiments de Gaudi sont tellement étranges, différents de ce que l’on connaît, qu’il y a quelque chose d’uncanny, d’Unheimliche, d’une inquiétante étrangeté presque lovecraftienne dans leurs perspectives volontairement faussées, leur imitation forcément imparfaite de formes organiques. J’y trouve quelque chose de fascinant, qu’on n’imagine pas forcément conçu pour la vie humaine quotidienne mais pour l’admiration et la visite seule. Quand on pense en plus que Gaudi a conçu tous ses bâtiments à une époque où l’on travaillait au mieux avec une règle à calcul, où la modélisation et l’informatique n’étaient même pas des rêves lointains, l’appellation de génie n’est clairement pas usurpée. J’ai quantités de photos de la Sagrada Familia, et l’édifice est tellement unique qu’elles sont presque toutes réussies. Il n’est pas difficile de réussir une photo là-bas : presque tous les angles apportent quelque chose.
Sagrada Familia interior, yellow stained glass

Cliquez pour agrandir