hunger_gamsTrès bien, ça me démange depuis un moment, et vous l’avez voulu, certains : je suis énervé. Puisque l’abstention c’est le nouveau chic du rebelle du système, que 49% de personnes n’ont pas voté hier, que le FN arrive en tête dans plusieurs régions, nous allons conduire ici et sur tous les réseaux sociaux une petite expérience. Non, s’abstenir sciemment d’aller voter n’est pas un choix politique raisonné et éclairé, ni un acte de protestation. C’est de facto perdre voix au chapitre, refuser de s’exprimer quand on vous consulte. Je vais être ultra-clair : je m’en bats les glaouis des discours du genre « ouais mais ils sont tous pareils » « ouais mais le système il est pourri ». Nous sommes d’accord, le système n’est pas optimal1, mais ce n’est pas en retirant sa voix de la consultation2 qu’on exprime quoi que ce soit : on n’exprime précisément rien, et on laisse ce soin à ceux qui, eux, s’expriment – comme les électeurs d’hier, et notamment tous ceux qui votent pour l’extrême-droite. Oui, on peut être fatigué de voter sans cesse « contre » au lieu de « pour » quelque chose, mais l’immobilisme n’est pas une solution. Rappelons-nous que deux intellectuels assis vont moins loin qu’un con qui marche, encore plus quand c’est un isoloir qui se trouve au bout de la rue. Mais j’ai promis une expérience. La voilà : pour donner un avant-goût de dictature, je ne tolérerai plus, nulle part, sur aucun réseau social relevant de ma responsabilité, le discours abstentionniste. Tout commentaire prônant cette opinion sera systématiquement supprimé dès découverte à partir de maintenant, sans préavis, avec seulement un lien vers ce billet, et encore, si je me sens de bonne humeur. Et ouais. Dictature, baby. Vous voulez vous abstenir de la discussion ? Très bien. Alors abstenez-vous donc de le faire pour de vrai. C’est votre choix, après tout. Sinon, découvrez ce que ça fait quand on vous censure. Parce que ça arrivera, mes mignons. La liberté s’use si l’on ne s’en sert pas. Pour faire changer un système, on part de l’existant. On n’agite pas ses bras en l’air en soupirant sur Facebook que votay sa ser a rien. Parce que si les commentaires Facebook servaient à quelque chose, je serais déjà maire de Plan-de-Cuques. Sinon, le Gorafi belge a un message pour nous. Bonne journée aux personnes de bonne volonté.
  1. Il faudrait à tout le moins prendre réellement le vote blanc en compte.
  2. Je ne vous jette pas la pierre, hein, vous qui aviez des imprévus ou des pépins, ça arrive ; je parle de la masse de ceux qui pourraient, mais choisissent sciemment de pas le faire.