Note à moi-même : si je veux tester des trucs pour rire sur le site, le faire sur un serveur de test. Oui, je sais, c’est un conseil de débutant, mais… j’ai la flemme. Voilà, j’ai la flemme. Et puis les vrais mecs codent sur le serveur de prod, parce qu’ils ne font jamais d’erreur. Jamais. Je laissais entendre depuis quelque temps que je réfléchissais à une nouvelle version du site, plus élégante et surtout plus extensible ; et mes « réflexions » de ce week-end ont donné un « OK, j’ai cassé plein de trucs. Maintenant, soit je prends une journée à tout réparer, soit je prends cette fameuse journée à installer cette fameuse nouvelle version ». Suivant la loi habituelle de l’informatique, donc, ça m’a pris en réalité deux jours de quinze heures, de tâtonnements et d’arrachage de cheveux. (Enfin, non, ça, plus.) Bienvenue donc sur la sixième version de ce site en une petite dizaine d’années. Le temps passe, ma bonne dame, ils nous dérèglent le DSLAM avec leurs maudits sites responsive.

Ce qui change

  • Si vous avez les mêmes goûts que moi, c’est plus beau et plus aéré. (C’est à chaque fois plus beau et plus aéré. Comment ça se fait ? Dans dix ans, on concevra des sites web avec deux lignes de texte sur un grand canevas blanc. On en revient toujours au haiku.)
  • Le site est maintenant entièrement compatible sans anicroches avec les terminaux mobiles, notamment les téléphones (en principe), ce qui était une épine dans son pied depuis les années 2010. Vous pourrez donc recevoir votre dose d’expériences en temps réel peinard sur la ligne 13. (Ah non, pardon, on a encore que de la 2G en France. Bon, bah dans le métro de Séoul et sa 4G, alors.)
  • Les pages des livres, des nouvelles, des ouvrages dirigés sont plus belles, mettent davantage les couvertures en valeur, proposent un aperçu rapide, bref, plein de trucs qui font zouif et pchut. Alors ça n’a l’air de rien, juste d’une différence d’allure, mais il y a derrière une énorme migration envisagée depuis un moment et qui permettra plein de développements.

Ce qui ne marche plus pour l’instant

« Non-régression », qu’il disait. Impossible de faire migrer dans l’intervalle d’autres parties du contenu, mais qui sont peu consultées et de toute façon insatisfaisantes en l’état actuel. Ça aussi, ça doit changer, et depuis un moment, mais on n’y est pas encore. Voici ce qu’on a perdu :
  • Les portails univers. Qui sont toujours en ligne mais cachés pour l’instant. Ils n’ont jamais été très pertinents en l’état, de toute manière, ils sont maintenant cassés en partie, c’est à refaire et intelligemment.
  • La revue de presse. Le système a toujours été bancal, de toute façon. Les renvois récents sont désactivés, mais il en traîne encore plein dans les archives du blog qui devront dégager. Un nouveau système est en place, qui nécessitera quelques soirées de maintenance et des imports à la main, mais le tout sera bien plus sensé.

Ce qui se profile à l’horizon

Avec les solutions précédentes, le site était coincé en partie du contenu avec des formats semi-propriétaires qui rendaient toute évolution difficile, voire impossible, car en fin de vie. Pour la présentation des livres, il y a une nouvelle solution bien plus robuste, et surtout bien plus modulaire car découplée de l’apparence du site. Cela signifie, dans les faits, que l’allure du site pour évoluer bien plus facilement à l’avenir sans rester coincé avec des parties vitales qui ne pourront plus suivre. Tout est indépendant.
  • La première réalisation, progressive, sera l’ajout d’une pseudo-boutique en ligne. Je dis pseudo car je ne vends rien moi-même : en revanche, il sera enfin possible de proposer une ribambelle de liens d’achat vers les plates-formes principales de vente en ligne et hors-ligne, pour le papier et le numérique, directement pour les livres concernés. Sans, donc, avoir à privilégier un revendeur plutôt qu’un autre (et ce ne serait certainement pas Amazon). Et, pour ça, il fallait une plate-forme prévue à cet effet, qui est vraiment la grosse évolution de cette v6 (ça n’a probablement l’air de rien, mais c’est en réalité très compliqué à gérer intelligemment1).
  • Ce qui sera inauguré par l’annonce officielle de plusieurs recueils en numérique. (Hint, hint)
  • Il y aura la refonte de la revue de presse, qui disparaîtra des flux habituels pour de bon et sera silencieusement intégrée aux ouvrages concernés.
  • Il y aura la refonte des portails univers. Qui seront, enfin et pour de vrai, des portails.
  • Enfin, un projet qui me chatouille de longue date, c’est la proposition d’une boîte à outils de l’écrivain. La technologie offre quantité d’outils qui font gagner un temps fou dans l’organisation des idées, la documentation, la recherche, que ce soit logiciel ou matériel. Et il y a toute la tendance moderne sur le lifehacking, les systèmes modernes de productivité dont nous avons parlé durant l’été 2013, et pour lesquels j’ai pu constater un réel intérêt. Une section de la pseudo-boutique proposera donc sans doute des liens vers un éventail d’outils triés sur le volet et robustes, liés à l’écriture et à l’organisation personnelle.
Enfin, si la question de vendre des choses en direct se présente (pas des livres ; plutôt des compilations d’articles du blog présentées de jolie manière pour une somme symbolique, peut-être des tirages photo d’art, etc.), ce sera possible.
  1. Pour les spécialistes dans la salle, en plus de changer le thème WordPress, la partie livres vient de passer sous Woocommerce, ce qui la découple d’un éventuel custom post type attaché à un thème (le problème que j’avais jusqu’ici et qui empêchait les migrations, même vers des versions ultérieures du même thème). Je viens en plus de découvrir Visual Composer, et c’est carrément de la magie vaudou.