talk_bibliophilia La lettre à mon pirate a faire émerger la grande nécessité de remettre un peu à plat l’état actuel de mes éditions numériques ; j’avais un vieil article sur le sujet, âgé de trois ans, lequel n’était plus du tout au goût du jour. Du coup : le voilà toiletté version 2016, même si le fond reste plus ou moins le même. J’attire tout de même ton attention, auguste lectorat, sur un nouveau paragraphe qui fait son apparition :
Un mot important sur ce dernier point [le fait que l’auteur peut refuser l’édition numérique si les conditions ne lui conviennent pas – il faut lire l’article d’origine en entier quand même, hé], qui peut entraîner une situation pour le moins paradoxale. Certains publics brandissent beaucoup le numérique comme un moyen pour l’auteur de s’émanciper (ça reste sévèrement à prouver en France) et comme un encouragement à rompre avec les éditeurs supposés léonins pour faire valoir leurs droits. On mélange parfois le piratage là-dedans, en supposant que le téléchargement illégal fera changer les pratiques éditoriales. Pourtant, quand l’auteur défend ses droits, justement – en ayant le courage de refuser une édition numérique à des conditions qui ne lui conviennent pas – il devient dans ce cas triplement perdant : non seulement il n’a pas son édition numérique, mais en plus on le pirate, pratique qui effraie le monde éditorial encore davantage et conduit à restreindre encore plus les rémunérations.
Voici donc : ma position sur de potentielles éditions numériques. Pour discuter, faisons-le ici, dans ce fil de commentaires-là, version 2016.