Je mets un peu la charrue avant les bœufs – il aurait été logique de parler d’abord de stockage dans la nuage – mais je vois trop de collègues et d’amis perdre des données critiques à jamais à la suite d’accidents de manipulation, de supports informatiques qui grillent ou d’ordinateurs qui crashent. Donc, faites-vous une faveur, faites-moi plaisir : sauvegardez vos données, car elles sont précieuses. Nos vies se trouvent aujourd’hui numérisées en grande partie : photos de famille, collection musicale, souvenirs divers. Et pour un écrivain, bien entendu, le fruit de sa création se trouve principalement sous la forme de fichiers de taille comparativement réduite, à tel point que la production complète de sa vie peut peut-être tenir sur une seule clé USB. Est-ce une raison pour la conserver sur un unique support ? Non, surtout pas. Les supports informatiques meurent tous. C’est peut-être moins visible qu’à l’époque des disquettes, mais cela reste une réalité. Écrire un livre est une entreprise de (très) longue haleine : imaginez-vous le désespoir si, d’un seul coup, le fruit de mois, voire d’années de travail partait en fumée ? Rien que l’année dernière, j’ai vu un ordinateur portable valser à travers une pièce, une clé USB griller et une fausse manipulation faire disparaître des gigas de données. La solution, bien sûr, est un protocole de sauvegarde, mais comme avec toutes les bonnes résolutions, on s’y tient un mois ou deux. Le bon protocole de sauvegarde fonctionne sans effort ni intervention. C’est là qu’intervient Backblaze.

Sauvegarde dans le nuage

Backblaze est tout simplement un petit logiciel qui vient s’installer sur la machine et, dorénavant, en sauvegardera tout le contenu dans le nuage, via Internet, sans la moindre intervention de la part de l’utilisateur. Pourvu qu’on les laisse branchés assez longtemps, il protégera aussi le contenu des médias externes : disques durs, clés USB, etc. Le tout sans limite de stockage pour une machine donnée, et avec un usage respectueux de la bande passante.

3 To de données ? Oui, je sauvegarde aussi mes bibliothèques musicales et mes photos avec.

Backblaze est incroyablement simple d’emploi : il suffit de l’installer et de le laisser faire, mais il comporte également toutes sortes de paramètres fins pour l’utilisateur pointu :
  • Cryptage supplémentaire. Pour améliorer la sécurité des données, il est possible d’entrer une clé de cryptage privée supplémentaire qui verrouillera une nouvelle fois l’archive de sauvegarde. Cela garantit que seul l’utilisateur pourra y accéder (mais il a intérêt à ne pas perdre ce mot de passe, ou bien les données seront définitivement irrécupérables).
  • Exclusions. Pas envie d’envoyer vos photos privées sur le nuage ou ce fameux dossier Documents\enfin_la_vérité_sur_l_assassinat_de_jfk ? Backblaze propose un filtrage de certains dossiers qui ne quitteront jamais votre machine.
  • Filtrage horaire. Besoin de conserver un maximum de bande passante en journée ? Backblaze peut aussi n’agir qu’aux heures qu’on lui indique.
La restauration des données est très simple : une visite en ligne dans l’espace sécurisé permet de consulter à tout moment l’état de sa sauvegarde et de récupérer un fichier, ou bien l’intégralité de ceux-ci. De plus, le logiciel conserve les versions successives d’un fichier donné pendant 30 jours (idéal pour rattraper une fausse manipulation). Backblaze offre l’assurance de la tranquillité, la promesse que rien ne sera plus jamais perdu en cas d’accident, de vol ou de support qui plante.

Pourquoi Backblaze ?

Il existe plusieurs solutions similaires sur le marché, mais, après quelques tests et une étude rapide du marché, j’ai jeté mon dévolu sur Backblaze. Pourquoi ?
  • Le concurrent le plus proche de Backblaze est Crashplan mais, après m’en être servi quelques années, j’ai quitté ce service. J’ai constaté sous Crashplan des problèmes de performance passé 3 To de données, quand Backblaze est une application native qui avale sans sourciller le volume que je lui envoie.
  • Compromis entre facilité d’usage / sécurité des données.
  • Le tarif. J’ai besoin d’un stockage illimité car je protège, entre autres, mes bibliothèques musicales qui prennent une taille folle. Backblaze coûte seulement 50 $ par an et par machine, ce qui représente, à ce que j’ai constaté, un tarif imbattable.
Je le sens bien, cet article sonne un peu comme de la pub, mais il est difficile de crier combien les sauvegardes sont indispensables sans passer pour un prosélyte. La sauvegarde, c’est comme la ceinture de sécurité : on s’en sert pour ne pas regretter d’en avoir eu besoin un jour. Un écrivain n’est rien sans le produit de son esprit, sans les notes sur ses projets, sans l’archive de sa création. Ne perds pas ton travail, auguste lectorat, protège-le comme il le mérite, offre-toi une assurance pour le jour où ta machine rendra l’âme (car elle le fera : elles le font toutes un jour). Inscription sur Backblaze (lien affilié offrant un mois gratuit en cas d’inscription)