Couv. Cyrielle Alaphilippe

Et voilà, c’est assurément pour moi un certain jalon, qui va assurément avec le premier cheveu qu’on perd (ça remonte à loin dans mon cas), sa première paire de lunettes (idem) ou sa première dent qui se déchausse (là, j’y suis pas encore, du moins il n’y en a aucune qui ne soit tombée sans qu’on l’y aide un peu fort) : La Volonté du Dragon, mon premier roman publié en 2010 (et deuxième publication ever des éditions Critic après Le Sabre de Sang de mon ami et néanmoins collègue Thomas Geha), est officiellement épuisé en format papier. Du coup, si vous le voulez sous cette forme, ce sera maintenant vers les plate-formes d’occasion qu’il faudra vous tourner, aux quelques rares exemplaires près de stock de libraires et festivals qui pourront éventuellement rester ici et là. C’était la première incursion en livre dans l’univers d’Évanégyre, à travers une conquête tant politique que militaire menée par l’Empire d’Asreth, à l’époque de son grand projet « civilisateur » mondial. On y voit la première apparition de Stannir Korvosa, aide de camp du général Vasteth, qu’on retrouve en personnage principal dans le court roman « La Route de la Conquête« . Mais cela ne veut pas dire que le texte tombe en déshérence : le livre est bel et bien vivant et reste disponible sans problèmes sous format électronique.