Port d’Âmes

Accueil/Fiction/Livres/Port d’Âmes

Port d’Âmes

Entre ascension sociale et amour, Rhuys navigue à travers les méandres dangereux de la cité d’Aniagrad, décidé à reconquérir l’honneur perdu de sa famille.

Catégorie :

Description du Produit

Roman, éd. Critic, 2015 / Folio SF, 2017

Finaliste du prix Imaginales du roman

Finaliste du prix Imaginales des lycéens

Finaliste du prix Elbakin

Ce Port d’Âmes est d’une solide facture : cadre crédible, jusque dans les ressorts de la politique locale, histoire d’apprentissage classique mais efficace, profondeur psychologique des personnages, le tout servi par une plume maîtrisée et travaillée. – Bifrost

Ce roman très achevé est un petit bijou que je vous conseille fortement […] Découvrez des personnages et un univers complexes travaillés en profondeur, tout un passé qu’on sent sous-jacent, simplement dissimulé par l’oubli des contemporains de Rhuys, habilement intégré par petites touches. – Solaris

8/10. Le fond, la forme, une lecture prenante sans “se contenter” de divertir, que demander de plus ? – Elbakin.net

« Un proverbe prétend qu’à Aniagrad, tout se monnaye, même l’usage des miroirs. »

Rhuys ap Kaledán est un héritier déchu.

Tout juste libéré de la servitude et des galères, il rejoint la cité franche d’Aniagrad, où tout se vend et tout s’achète, pour reconquérir l’honneur de sa famille. L’occasion lui en est rapidement donnée : Edelcar Menziel, un ancien ami de son père, lui propose de travailler sur la conversion dranique, un procédé perdu depuis des siècles qui permettrait de réaliser des machines magiques.  Résolu à tracer son chemin dans la haute société de la ville,  le jeune homme s’investit de tout son cœur dans le projet.

Mais bientôt, coincé entre des intrigues politiques et son amour pour une mystérieuse jeune femme qui vend des fragments de son âme pour survivre, Rhuys découvre que le passé recèle des secrets bien sombres et tortueux. Aux prises avec l’ambition, la duplicité et le mensonge, il devra se montrer plus rusé que ses ennemis s’il veut atteindre son but sans perdre son âme.

Couverture Critic : François Baranger. Couverture Folio SF : Alain Brion.

Ce roman très achevé est un petit bijou que je vous conseille fortement […] Découvrez des personnages et un univers complexes travaillés en profondeur, tout un passé qu'on sent sous-jacent, simplement dissimulé par l'oubli des contemporains de Rhuys, habilement intégré par petites touches.

Au coeur de mes lectures et rêveries

L’intrigue est prenante, le style ciselé, les personnages complexes à l’image de la ville, les réflexions poussées. Tout cela donne un grand roman.

Ce Port d'Âmes est d'une solide facture : cadre crédible, jusque dans les ressorts de la politique locale, histoire d'apprentissage classique mais efficace, profondeur psychologique des personnages, le tout servi par une plume maîtrisée et travaillée.

Place Publique

Une belle découverte au rayon fantasy […] Histoire, encore une fois, captivante et chargée de sens […] Pour notre part, la découverte de Port d'Âmes engage sans retour à porter attention aux genres littéraires "non académiques".

Le Comptoir de l’Écureuil

La vendeuse d’âmes est une héroïne tragique très shakespearienne. [...] Port d’Âmes est une histoire intense qu’on n’est pas près d’oublier, ouvrant grand ses portes à l’imagination.

Temps de Livres

Bien que nous ne puissions pas comparer les auteurs, ce livre me fait penser à deux oeuvres d’Honoré de Balzac : Le Père Goriot et La Peau de Chagrin. Le premier pour la montée sociale du héros, le second pour la perte d’âme lors du transfert.

Mythologica

Les personnages sont une nouvelle fois construits à la perfection, équilibrés, loin des archétypes classiques, et doté de caractères les rendant simplement vivants devant nos yeux, crédibles. Et c’est finalement à ça qu’on reconnaît un excellent auteur : il nous conte une superbe histoire tout en nous proposant des personnages crédibles dans une ambiance littéraire feutrée. Et Lionel a tout bon sur ce point.

PrettyRosemary

Uune écriture d’une rare élégance, aussi prompte à nous tenir en haleine dans les moments les plus intenses de l’intrigue qu’à transmettre le plus fidèlement possible les émotions de ce cher Rhuys. […] Lionel Davoust nous « transfère » tout un tas de réflexions sublimes dans son roman.