Il n'y a pas de fioriture inutile dans l'écriture de Lionel Davoust. […] Mais l'on se prend à trouver plus d'un passage emprunt d'une véritable beauté formelle, d'une très grande humanité aussi (bien que fort différent comme univers, on n'est pas sans songer à l'oeuvre d'Ursula K. Le Guin, ne serait que par le soin tout particulier apporté à la présentation de cultures diverses). D'autres passages se jouent de nos repères spatio-temporels, comme si Philip K. Dick avait apporté sa contribution d'outre-tombe à cette oeuvre.