Au bout du compte, Elfes et Assassins se situe donc dans la bonne moyenne des anthologies publiées dans le cadre des Imaginales. On n'y trouve pas de chef-d'oeuvre, mais une bonne moitié de nouvelles qui valent vraiment le détour et une autre moitié qui se lit sans déplaisir.