C’est cela, la grande force de Lionel Davoust. Son humanité. L’humanité de son récit. Le lecteur se retrouve pris au plein milieu d’un indicible tiraillement entre ses convictions et son humanité. Et ça fait du bien.