Les personnages sont bien typés et on retrouve le phrasé de Lionel Davoust auquel on ne peut que succomber.