Lionel Davoust n’est jamais aussi bon que dans la forme longue, mais son talent ne souffre pas de la synthèse.