Je trouve que le style de Lionel Davoust est très « carré », maîtrisé, et tant mieux, car ce premier tome est vraiment très dense, vous n’aurez pas le temps de souffler.