Rêve Général

4/5. On ressent bien cette oppression, avec un texte qui prend le temps de s’installer, de couler partout dans les moindre interstices de la psychologie de nos deux personnages principaux. Et que l’on ne peut plus ensuite arrêter de lire, qui draine, nous entraine dans les remous du jeu qui se déroule bien au-dessus de nos capacités de déduction, jusqu’au point d’orgue inévitable.

4/5. On ressent bien cette oppression, avec un texte qui prend le temps de s’installer, de couler partout dans les moindre interstices de la psychologie de nos deux personnages principaux. Et que l’on ne peut plus ensuite arrêter de lire, qui draine, nous entraine dans les remous du jeu qui se déroule bien au-dessus de nos capacités de déduction, jusqu’au point d’orgue inévitable.