Bien que nous ne puissions pas comparer les auteurs, ce livre me fait penser à deux oeuvres d’Honoré de Balzac : Le Père Goriot et La Peau de Chagrin. Le premier pour la montée sociale du héros, le second pour la perte d’âme lors du transfert.