Mise en retrait des réseaux sociaux [annonce de service]

Or doncques, cela fait deux à trois mois environ qu’un nombre visiblement croissant de personnes sur les réseaux commerciaux1 semble fortement agacé par mon existence. À intervalles réguliers, ma timeline explose parce qu’une formulation, une approximation (nécessaire en 280 caractères) va déclencher l’ire de quelqu’un qui se sentira personnellement visé.e par un truc qui ne l’a jamais concerné.e et lancera une guerre sainte (sans parler des insultes gratuites qui déboulent un beau matin tu sais pas d’où).

Neuf fois sur dix, il ne sort rien de constructif de ces phénomènes : personne ne comprend rien ni, d’ailleurs, ne veut sincèrement écouter la personne d’en face ; tout le monde s’énerve, se chauffe, finit avec le cœur à 280 (caractères), deux ou trois personnes de plus bloquées dans sa liste et une journée de travail flinguée (en tout cas pour moi), avec en prime l’incapacité d’apprécier ce que la vie a de positif à offrir, ce qui est quand même super idiot. Et moi, j’aimerais faire plutôt dans le constructif, même quand ça signifie que j’ai tort.

XKCD, bien sûr.

Le phénomène n’est pas nouveau : j’étais sur Internet en 1997, je l’ai connu sur les forums, dans les jeux en ligne, dans les drama de guilde. J’y ai contribué quand j’avais 20 ans, moi aussi, en m’enflammant pour des conneries que je me croyais personnellement destinées parce que tu comprends, tout me concerne, vu que c’est écrit sous mon pif, et aussi, il faut que je convainque les gens, parce que comment m’attribuer une valeur personnelle si je ne prouve pas que j’ai raison ?

Monde, c’est un peu tard, mais : je te présente mes excuses sincères pour ma bêtise passée.

Tout ça est de la rhétorique de cour de récréation, et si je pouvais l’accepter à 20 ou même 30 piges parce que je n’imaginais pas que le monde pouvait fonctionner autrement (parce que j’étais moins expérimenté et aussi pas mal plus con), il me semble que, par leur constitution même, les réseaux commerciaux ont élevé la forme au rang de système. On le sait : le compte de ton « influence » (followers, likes…), la brièveté des réponses, l’instantanéité font tout pour favoriser le viscéral, l’instinct, le petit rush d’adrénaline que tu as à lancer ton SCUD dans le vide sans imaginer que, de l’autre côté, il y a un être humain probablement dans le même état de détresse (faute de meilleur terme) que toi, et à qui c’est le tour de te renvoyer un missile. Ça surenchérit sur des détails de forme oiseux, et avant que tu aies compris comment, y a un Donald Trump quelque part qui a envahi la Pologne.

Sauf que j’ai récemment fini par accepter que ces mécanismes interagissent particulièrement mal avec la manière dont je fonctionne. Les effets sur ma santé sont visibles : je veux dire, je veux bien que je ne sois pas un modèle d’athlétisme, mais une nuit d’insomnie, le cœur à 120 alors je suis assis sur mon steak en train de consulter Twitter et le bide en vrac, tout ça pour des conneries… 

Relevé Apple Watch, et avant qu’on m’accuse de fake : je suis actuellement sur un autre fuseau horaire que la France.

… la conclusion est claire : ça n’en vaut pas la peine.

J’ai en plus tellement conscience que ma situation est confortable ! Je ne parle même pas des femmes harcelées sur ces mêmes réseaux, des journalistes d’investigation qui parfois défendent leur vie, des personnes racisé.es qui prennent des volées en ligne pour que dalle. Monica Lewinski est à ce titre un monument de résilience. Les gens, vous êtes des héros et des héroïnes. Et je n’ai pas votre constitution. Je n’arrive pas à lâcher prise, à dire « fuck it » et à continuer joyeusement ma journée, sûr de mon fait. Et ça m’use d’une manière aussi disproportionnée que grotesque.

Les quelques mois passés m’ont mis dans la tronche une conclusion évidente : il faut que je fasse quelque chose, c’est-à-dire changer radicalement la manière dont j’utilise ces plate-formes, d’une manière qu’on va espérer constructive et intelligente.

Je n’ai strictement aucune envie de minimiser mon engagement et mes interactions avec toi, auguste lectorat, qui a l’intelligence de comprendre, de creuser, de réfléchir avant de dégainer ; et d’ailleurs, je remercie du fond du cœur tous ceux et celles qui m’ont envoyé leur soutien, tout spécialement à travers ces derniers jours. Vous avez été immensément nombreux – plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer, et j’ai essayé de dire, à tout le monde, combien ça m’a, de tout cœur, touché… merci – immensément nombreux à me dire que je n’avais pas viré complètement fou. Et ça compte bien plus que vous ne vous en doutez peut-être. Le problème, c’est que ce sont les plus énervés qui parlent le plus fort, et j’en ai soupé qu’ils me soufflent dans les bronches. C’est à toi, auguste lectorat – toi que j’ai toujours désigné par cette appellation facétieuse comme « les gens qui se sentent intéressés et veulent prendre un verre » – que je parle, pas à eux.

Parce que, je l’ai lu, on me l’a dit de visu (merci également aux personnes qui m’ont arrêté aux dernières Imaginales pour me le dire, d’ailleurs), il y a des gens qui ont plaisir et intérêt à lire tout ça et, vous savez quoi ? C’est parfait : je n’ai jamais prétendu m’adresser à tout le monde, je cherche juste à payer ma dette karmique et, ce faisant, peut-être apprendre aussi des trucs au passage (il paraît que l’on comprend vraiment quelque chose le jour où l’on peut l’enseigner). C’est ce que dit l’article épinglé sur mon profil Twitter (qui devrait servir de notice, mais visiblement, ça marche moyen). Je ne force personne à m’écouter et en plus, c’est gratuit, alors, c’est quoi le problème, à la fin ?

Je n’ai aucune envie de réduire mes profils de réseaux commerciaux à un enchaînement de réflexions et de liens consensuels (voici des chats, la guerre c’est mal, je trouve que le bleu est une belle couleur mais je respecte tous ceux qui préfèrent le rouge). L’expérience prouve de toute façon que quelqu’un, quelque part, sera toujours offensé par ce qu’on dit2. Je n’ai aucune envie de raconter ma vie personnelle non plus – je suis un introverti et de toute façon, j’ai toujours considéré que ma vie, on s’en tape royal. Ce qui m’intéresse est drôle, intriguant, potentiellement provocateur, et évidemment il y a tout ce qui entoure la pratique de l’art et de l’écriture (je dirais que c’est presque une définition croisée), or une discussion construite, entretenir un dialogue sur ces questions sur la longueur, comme on le fait depuis des années pour certain.e.s d’entre vous, est manifestement impossible sur un réseau commercial. Ou du moins, des meilleurs que moi s’y sont essayé. Moi, je passe l’éponge : je ne suis pas (plus) taillé pour ça.

Enfin, je me sens de plus en plus en butte envers les modèles commerciaux de ces réseaux, les innombrables atteintes à la vie privée de Facebook, et ça me scie un peu la cage thoracique de continuer à entretenir ces entreprises par une participation active (en gros, en leur fournissant des statuts).

Donc, lancer des discussions, la présence soutenue et attentive, c’est terminé. Dorénavant, mes profils sur les réseaux commerciaux ne seront plus que des têtes de pont strictes, s’organisant autour de trois axes. a) Répondre aux commentaires et aux questions, bien sûr. b) Relayer les bonnes nouvelles des amis (et les soutenir, moi aussi).

Et enfin, c) relayer des articles construits postés ici, là où je suis chez moi, où ça m’appartient, où je peux contribuer à créer et entretenir une communauté positive et respectueuse, où je modère attentivement les commentaires et où, surtout, je peux développer 3 une idée un peu plus à mon aise, si besoin. On continuera à discuter comme avant, bien sûr, même si ça rendra le contenu plus difficile à trouver, parce que les médias modernes sont ainsi faits (voir : l’Internet, l’âge d’or de l’agitprop). Mais en fait, si ça tient éloignés les fâcheux, c’est un avantage.

Attention, ça reste un blog, donc le contenu est par nature expérimental, volatil, ça n’est pas un manuel. Mais l’énergie récupérée me permettra probablement de retrouver plus de légèreté et de liberté y compris dans les articles ici, de lâcher prise pour de bon, de me concentrer sur l’écriture romanesque (mon vrai métier, hein) et surtout, d’arrêter de me coller la rate au court-bouillon. On pourra toujours me joindre par ces profils bien sûr (mais il vaut mieux préférer le mail), cependant j’y serai bien moins présent pour me recentrer sur ce qui, pour paraphraser Marie Kondo, me donne de la joie, et c’est : conserver la qualité de nos échanges, sans parasites sur la ligne.

PS d’importance : si vous avez suivi les feuilletons, je vous demande instamment de ne PAS relancer quoi que ce soit, de ne pas vous en prendre, même par une saillie oblique, à qui que ce soit. En ce qui me concerne, les affaires sont closes, ma décision est prise, je m’enlève un énorme poids psychologique, et peut-être même, au final, devrais-je remercier collectivement les responsables pour cette aide involontaire à me concentrer, professionnellement et personnellement, sur ce qui compte vraiment. Si vous voulez exprimer votre soutien, envoyez-moi juste un emoji baleine ou dauphin, ça suffira largement et je saurai ce que ça veut dire. Merci encore, ainsi que pour vos voix modérées (et pour les critiques constructives également, qui sont toujours bienvenues). Passons tous à autre chose, une seule chose compte, dans les mots de Neil Gaiman : « Make good art ».

  1. J’adopte céans l’usage d’un bon ami, qui rappelle que ces réseaux sont tout sauf sociaux puisqu’ils vivent de nos données : attendez-vous à ce que je le sorte partout.
  2. En 2016, je disais : On sait que Desproges disait « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde » ; à l’heure des réseaux sociaux, où l’on s’adresse potentiellement à tout le monde, il vient qu’on ne peut plus rire de rien avec personne.
  3. Les habitués de longue date sauront qu’il m’arrive d’amender du contenu à la suite de discussions, et c’est très bien. C’est bien pour ça que dans l’introduction de chaque épisode de Procrastination, nous disons « on n’a pas la science infuse ».
2019-07-15T09:33:35+02:00mardi 9 juillet 2019|Journal|45 Commentaires

Faillite de l’effort

exam_girafeHou là là, trop le seum, la galère, mec, Marc le fermier ce fdp avec sa paille de boloss, Victor Hugo d’où qu’il fait causer un arbre et un roseau sérieux, et les maths du bac S putain sa mère les courbes paramétriques de teupu. Ô rage, ô désespoir, ô indignation suprême dans les rangs de nos futurs (ou pas) bacheliers, de nos collégiens pour le brevet, et voilà que Benoît Hamon veut des notes moins décourageantes à l’école. Bref, camarades, l’école c’est devenu vachement trop dur. J’ai un truc à vous dire, les jeunes : c’est vous les boloss. Je n’ai pas fait de maths depuis quinze ans. L’exercice du bac, je le torche, celui du brevet aussi. Est-ce à dire que je suis suprêmement doué ? J’aimerais bien, mais non. C’est vous les boloss. Mais ce n’est pas de votre faute. La faute revient aux parents qui vous surprotègent, qui ne tolèrent pas un seul instant que vous puissiez ramer, parce que ce serait une insulte à leur propre image, et empêchent vos profs de vous évaluer honnêtement afin que vous rapportiez des bonnes notes déconnectées des réalités. La faute revient aux politiques qui, pour séduire les parents sus-nommés et vous, futurs électeurs et donc garants de leurs privilèges, cèdent en se donnant l’air auguste à vos pétitions pour vous éviter de reconnaître la perspective d’un échec ou même d’une difficulté. La faute revient à cette rhétorique absurde qui veut donner à tous les mêmes diplômes, les mêmes vies, les mêmes modèles idéaux de réussite au lieu de reconnaître, valider et louer la diversité des aspirations, des talents, des inclinations. La faute revient à la lourdeur administrative du système éducatif, qui enferme les profs dans des expressions novlanguesques abracadabrantes, dans une science pédagogique déconnectée de la réalité du terrain, souvent plus handicapante qu’utile. La faute revient – pour piquer encore une phrase à Nietzsche – au triomphe du faible sur le fort. La faute revient à une société entière en faillite quant à l’idée d’effort, de travail, de conquête, qui handicape totalement des générations entières en leur ôtant toute notion qu’un jour, dans l’existence, dans la vérité du quotidien, des épreuves se dresseront, des couperets tomberont, des sélections s’opéreront, des échecs se produiront. J’adhère totalement à l’idée que chacun peut tout atteindre, ainsi qu’on semble vouloir le mettre en avant dans le système éducatif. Avec un caveat : tout le monde peut tout atteindre avec du travail. Ce qui nécessite du temps, de l’investissement personnel, une certaine force combative. C’est un véritable crime collectif commis contre des dizaines de milliers de jeunes que de les désarmer littéralement contre les inévitables – parce qu’elles sont inévitables – difficultés de l’existence. C’est les laisser désorientés, perdus, mollassons ; pire, c’est les encourager dans certaines voies pour lesquelles ils n’ont pas forcément la volonté ou les bases nécessaires, c’est leur faire perdre un temps fou dans des perpétuelles premières années de fac sans but, qui coûtent en plus des sommes non négligeables. Faire croire à tous que tout est possible sans fournir aucun effort est plus qu’une idiotie, c’est une tragédie. Le problème n’est pas dans l’évaluation scolaire, dans la prétendue paresse des jeunes ou leur inculture ; il s’enracine dans l’idée générale, pernicieuse et persistante – fort arrangeante pour une classe politique qui n’oeuvre plus qu’à court terme – que tout doit être facile, gentil, compréhensif. Réalité à bouts ronds. Le monde n’est pas ainsi, et l’éducation devrait consister à (s’)y préparer, parce que c’est ce qui donne de la ressource. Il ne s’agit pas d’enfoncer la tête sous l’eau de ceux qui rencontrent des difficultés, mais il ne s’agit pas non plus de retirer les difficultés à la moindre anicroche. De considérer obscène l’idée même de difficulté ou d’épreuve. Cela revient à vouloir enseigner la natation en jetant un type dans la piscine sans le prévenir, puis à en retirer l’eau dès qu’il boit la tasse, et à lui dire MAIS OUAIS MEC, PUTAIN, TU NAGES ! Sauf que non. Et en plus, le type en question n’en retient qu’une chose : l’eau, c’est dégueulasse, sa mère la pute. On apprend à nager en conquérant la peur de l’eau, en augmentant la difficulté. La… difficulté.  À l’échelle de la société entière, la formation des jeunes adultes devrait s’articuler autour de la conquête de la difficulté, de l’apprentissage de sa maîtrise, et non dans sa dénégation. C’est conquérir qui forme un caractère, c’est le triomphe qui donne la mesure d’un être ; on peut se développer harmonieusement sans se frotter à l’échec (si l’on est extrêmement talentueux) mais pas si on le retire totalement de l’équation. C’est une leçon de bien plus grande valeur de savoir qu’on peut conquérir la difficulté plutôt que de l’aplanir dès que le danger devient un tant soit peut réel. Et ça n’est tout simplement pas viable. Il se présentera toujours. Et moins on y est préparé, plus il fait mal. Un combatif peut être gentil. Un gentil ne peut pas être combatif. C’est brutal, mais c’est la vérité. Et, dans l’optique de former chaque être humain à conquérir son propre potentiel, il me semble préférable de donner l’option qui fournit le plus grand éventail de possibles. En 2004, je publiais dans « Tuning Jack » (lisible gratuitement en ligne ici) quelques modestes galéjades, comme ce prétendu reportage futur de TF1 :
92% de réussite au bac l’année dernière, c’est bien mais c’est encore trop peu pour le ministère de l’Éducation, qui a placé comme objectif à l’horizon 2020, 96% de réussite pour une classe d’âge. Ces résultats sont néanmoins en hausse, grâce à la séparation des disciplines, à la réorganisation des emplois du temps et au recentrage des programmes. Claire, 19 ans. – Ouais-heu, c’est sûr le bac ça fait flipper mais bon-heu… Bon moi je l’ai raté une fois parce que je me sentais pas en état d’y aller, la dernière fois. Alors-heu, là, cette année-heu… Ben j’espère que j’aurai le courage d’y aller. La baisse du nombre des mentions ne cesse en revanche de s’accentuer. Cette baisse, amorcée en 2007, est dénoncée par l’opposition qui parle de « laxisme » de la part du gouvernement. Morad, 17 ans. – Ouais ben j’le tente, là, c’est pour maintenant, hein. Mais j’me prends pas la tête, tu vois. Y a pas que les études dans la vie. Faut savoir faire la fête, hein ! Ha ha. Sylvie, 17 ans. – Oh moi j’ai trop trop peur. Les examens, je trouve pas ça bien, ça me fait trop trop peur. J’aime pas être jugée par quelqu’un. Je trouve qu’on devrait pas faire comme ça. Parce que la personne qui corrige la copie, elle sait pas qui on est, alors que ce qui compte dans la vie, c’est d’être bien, mais humainement, quoi, hein. Mais forcément quand on écrit, les gens savent pas. Une chose est sûre : nos chères petites têtes blondes, déjà grandes, vont commencer mercredi par l’épreuve de Géographie Locale. 
Je me disais : oh là là, que je suis plaisantin, jamais nous n’en arriverons là, voyons. 2014, la nouvelle cite un horizon 2020, je dis check, je suis dans les temps. Soyez malins et combatifs, les gens. (Ne soyez pas ce type.) Bossez. Prenez votre vie en main, parce qu’aujourd’hui plus que jamais, personne ne la prendra en main à votre place. Faites quelque chose de vous-mêmes. Peu importe quoi. Mais quelque chose qui vous appartienne. Au boulot.
2014-06-30T14:32:45+02:00lundi 30 juin 2014|Humeurs aqueuses|101 Commentaires

Départ de Google+ et suppression des profils attenants

Google-Plus-failFort bien : auguste lectorat, veuille noter qu’à partir de demain, mon profil et ma page Google+ seront supprimés du réseau. C’est la deuxième fois qu’on m’y prend, mais là, je ne suis pas près d’y retourner. Google+ manque tout simplement des outils d’automatisation et d’intégration nécessaires quand on gère plusieurs comptes sur des réseaux sociaux (Facebook, Twitter). Ou plutôt, ils sont disponibles, mais uniquement pour les pages, ce qui oblige à avoir malgré tout un profil personnel. Et c’est là que les ennuis commencent : le profil personnel n’est pas actif, mais c’est lui qui est mis en avant dans les résultats de recherche, dans les suggestions, etc. Je me trouve donc à gérer une redirection quotidienne d’abonnés bien intentionnés (« thank you follower, but your LD is in another castle »), ce qui va à l’encontre de la notion d’automatisation, tout cela pour un réseau dans lequel je n’arrive pas à m’investir, en plus. Or, il me paraît inélégant de poster, sans contribuer à la discussion chez les autres. Bref, G+ me demande une énergie délirante pour un intérêt trop faible. Mes excuses aux quelques-un-e-s qui appréciaient ce réseau et contribuaient à la discussion : mais je sais que vous savez vous abonner à un flux RSS, une liste de diffusion ou même que vous êtes présents sur les autres réseaux. N’hésitez pas à vous rabattre sur les autres modes d’abonnement du site. Et donc, je suis rentré de ma semaine sans connexion, et à nouveau joignable par les moyens habituels. Babylon 5  is open to business, ou quelque chose dans le genre.  
2014-04-20T21:35:56+02:00lundi 21 avril 2014|À ne pas manquer|9 Commentaires

Tragique échouage en milieu urbain (prudence âmes sensibles)

Après avoir parcouru jusqu’à des milliers de kilomètres dans des conditions allant du plus confortable au plus chaotique, accomplissant infatigablement leur rôle dans le cycle de la vie, les vieux spécimens se détachent parfois du troupeau. C’est fréquemment l’homme qui les attire ; inconscients des conséquences, touristes et familles les apprivoisent et, pendant un temps, les nourrissent, les conservent près d’eux, avant de les abandonner à la première maladie, ou même sans raison. L’animal, isolé de ses congénères, est alors incapable de regagner les siens et son milieu naturel ; il se laisse souvent aller à l’errance, oubliant de s’alimenter et même de s’abriter par gros temps. On les retrouve ainsi échoués, oubliés, gisant tristement sur le flanc, seuls. On devine l’égarement tragique de l’animal, désorienté, souvent vieux et malade, qui n’a guère eu que la force de se traîner derrière un buisson pour mourir à l’abri des regards, appelant en vain de ses tristes couinements des maîtres qui se sont lassés de ses services. Insoutenable.
2010-10-17T23:51:27+02:00lundi 2 août 2010|Expériences en temps réel|5 Commentaires

Restons en contact !

Recevez par courriel actualités et articles
DEUX ENVOIS / MOIS MAXIMUM
OK
Désinscription facile à tout moment
close-link
Cliquez-moi