Pourquoi rééditer Les Questions dangereuses ? Le mot des éditions ActuSF

Couv. Ammo

Rougir ! Rougir encore ! Les Questions dangereuses était donc à l’origine une novella publiée en 2011 dans l’anthologie Dimension de capes et d’esprit vol. 2 dirigée par Éric Boissau (redites tout ça sans respirer), et les éditions ActuSF, dans leur démarche d’explication de leur processus éditorial, ont proposé un petit article dévoilant pourquoi elles ont repris ce texte dans la belle collection Hélios. C’est là, et c’est très gentil, et voir votre nom jeté PARFAITEMENT NATURELLEMENT avec d’autres que fiou quand même ah là là oui, même si c’est juste pour parler de démarche éditoriale au sens large, ben ça vous fait tout chose.
2019-02-15T08:36:28+02:00jeudi 21 février 2019|Dernières nouvelles|Commentaires fermés sur Pourquoi rééditer Les Questions dangereuses ? Le mot des éditions ActuSF

Le flux RSS du site est de nouveau à jour

Alors bravo, le mec, il fait tout un article pour dire que les flux RSS, ça reste d’actualité et c’est vachement mieux que Facebook, et celui de son site il marchait même pas depuis deux mois et demi. Merci à Jérôme de m’avoir signalé la chose : c’est réparé et vous devriez voir débarquer deux mois et demi d’archives dans votre lecteur favori. La faute à Feedburner (et un peu à moi) qui n’a pas suivi quand le site est passé en chiffrement par défaut (https). Ça me fait penser que je devrais probablement me débarrasser de Feedburner, qui n’a plus grand intérêt aujourd’hui et Google lui mettra probablement une balle dans la nuque tôt ou tard, mais je vais attendre un peu que la situation se soit stabilisée chez tout le monde avant de considérer ce déménagement. Pour info, on peut aussi suivre ce site avec une magnifique liste de diffusion mensuelle fraîchement rénovée, qui contient aussi de petits mots doux sur les derniers projets en cours et un récapitulatif commode des articles du mois. Soyez in, soyez modernes, soyez dans le coup avant tout le monde ! (ça n’est pas un terme de boxe) Hop, je recolle un petit formulaire pour la route :

Rejoignez les 294 abonnés à ce site : pour ne manquer aucune information, entrez votre

Vous affirmez avez pris connaissance de la politique de confidentialité du site. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens contenus dans chaque message.

2018-06-22T07:59:35+02:00mardi 26 juin 2018|Dernières nouvelles|1 Comment

Évolutions de la lettre d’informations (KWI) – important pour vos abonnements

Petite annonce de service et de maintenance : j’en parlais depuis un moment, et mes idées se sont à peu près décantées. Il est temps que la lettre d’informations du site (KWI) évolue… et surtout se simplifie grandement. Et après avoir réfléchi et regardé un peu ce qui se faisait ailleurs, je crois être parvenu à une solution convenable.

La situation actuelle (et pourquoi elle est confusante1)

La situation actuelle, disons-le franchement, est à peu près incompréhensible pour tout le monde. Actuellement, la lettre d’informations connaît deux « étages » :
  • Toutes les semaines, un résumé automatisé de l’activité du blog est envoyé à tous les abonnés ;
  • De temps en temps, j’envoie en plus une lettre personnelle pour signaler un événement majeur (la parution toute récente de Le Verrou du Fleuve, par exemple).
Or, on peut être abonné à l’un, l’autre, les deux, et typiquement, si on est abonné au premier, on l’est au second, mais pas inversement. Bref, on n’y pige rien, et je constate que pas mal d’abonnés à la liste s’en retirent deux semaines plus tard, probablement parce que les messages automatisés les gonflent, et je comprends tout à fait. C’est un vieil héritage des toutes premières versions du site où j’offrais de suivre l’actualité des publications et/ou les expériences en temps réel du blog, pensant que si l’on était intéressé par les secondes, on l’était par les premières mais que l’inverse était certainement faux. Des années de blogging et aussi, il faut bien le dire, l’évolution de mon activité d’auteur m’ont donné tort – on est très rarement intéressé par les premières seules. Donc, on va simplifier tout ça.

My Master Plan

M’inspirant fortement de ce que fait David Sparks, je projette d’unifier ces deux contenus en une seule lettre mensuelle plus personnelle. Elle proposera deux choses :
  • Un aperçu un peu plus détaillé de ce sur quoi je travaille, de l’endroit où je me trouve, etc. Des choses que je partage assez rarement sur le site, finalement, mais que je me sentirais plus à même de partager dans le contexte un peu plus personnel du courrier électronique. Une sorte d’aperçu des coulisses, en gros – si vous me faites le plaisir de vouloir recevoir mes actus dans votre boîte de réception, le moins que je puisse faire, c’est ajouter un peu de valeur !
  • Un résumé mensuel des articles les plus importants du blog, pour vous assurer que vous n’ayez rien raté (avec les vicissitudes des réseaux sociaux).

Et si je veux continuer à recevoir le blog plus régulièrement ?

Ma foi, vous avez bien raison, et tout le monde devrait suivre votre exemple. Vous êtes certainement très beau ou belle. Choisissez, je suis pas sectaire. Bref. Il existe déjà moult canaux pour ce faire :
  • La page Facebook, évidemment – pour bien recevoir les notifications à l’heure, n’oubliez pas de cocher « Voir en premier » dans les paramètres de votre abonnement à la page (voir ci-contre) ;
  • Twitter – mais c’est volatil, je sais ;
  • Le flux RSS – oui, ça existe toujours et c’est vachement pratique ; je m’y suis récemment remis et je prépare une petite série d’articles sur les chouettes manières de s’en servir pour rester informé sans la bulle de filtrage des réseaux sociaux.
Et si vous voulez continuer à recevoir le blog par mail ? Je sais que quelques personnes sont attachées à cette fonctionnalité, or il me semble que ce sont plutôt des personnes douées techniquement. La solution consiste typiquement à convertir le flux RSS du site ( http://feeds.feedburner.com/lioneldavoust ) en alertes courriel. Deux solutions pour ce faire :
  • Utiliser un service type Blogtrottr (entrez l’adresse du flux à gauche, votre adresse à droite, et c’est parti) ;
  • Ou, plus technique, un service type IFTTT / Zapier (justement pour les plus technophiles d’entre vous) qui fasse la même chose (des tas de recettes disponibles peuvent même brancher le flux directement sur votre plate-forme de lecture préférée, type Instapaper ou Pocket par exemple).
J’espère que cela rendra les choses plus simples et intéressantes pour tout le monde. Mais n’hésitez pas, si ces perspectives vous hérissent, à le signaler en commentaires. Rien n’est fait, et si ça ne plaît à personne, je ne fais rien, hein (une activité toujours séduisante, bien entendu).
  1. Du verbe confuser. Ben quoi ?
2018-03-25T19:51:13+02:00lundi 26 mars 2018|À ne pas manquer|2 Commentaires