Les concerts-lectures des Deep Ones aux Imaginales en vidéo ! (extraits)

Illus. Jerom

Pour mémoire, les Deep Ones, c’est ce collectif étrange et térébrant mêlant musique improvisée et lectures de textes par les auteurs eux-mêmes, à moins que ce ne soit l’inverse. Fondé en 2012 (si ma mémoire est bonne) à l’initiative de l’excellent Ghislain Morel (dit Mortel dans les milieux autorisés), il s’est récemment produit aux Imaginales 2018, avec mon humble poire. Une super soirée pour nous, avec un public au taquet (merci !) et, pour vous permettre de découvrir l’ambiance et quelques lectures habitées, les Deep Ones ont maintenant leur chaîne YouTube ! Youhou ! (Tube) C’est là. Voici les extraits des Imaginales, featuring Nathalie Dau avec l’épée sorcière :
Sylvie Miller avec un extrait de Satinka, son dernier roman :
Stefan Platteau nous introduit aux Chants primordiaux des étoiles :
Et pour ma part, un extrait de La Messagère du Ciel :
2018-06-26T08:54:50+02:00mercredi 20 juin 2018|Actu|1 Comment

Cette semaine, retrouvons-nous aux Imaginales !

Affiche John Howe

Héééé oui c’est à partir de jeudi, à Épinal, c’est la dix-septième édition (fichtre) et c’est une fête incontournable de l’imaginaire en France ! Tu devrais avoir l’habitude, auguste lectorat, ça fait donc dix-sept fois que j’écris une variation de cette phrase tous les ans, mais c’est parce que c’est vrai. La preuve, je l’écris sur Internet. Donc ! Au programme pour ma part, cette année, un Verrou du Fleuve tout neuf, des signatures sous la Bulle du livre, un joli programme de tables rondes et un concert-lectures de Deep Ones (il y avait longtemps !). Et bien sûr, la Masterclass avec Jean-Claude Dunyach que nous animerons comme tous les ans mercredi (infos et inscriptions – probablement encore possibles – ici). Je n’ai pas encore mes horaires de dédicace pour l’instant mais je m’efforcerai de passer le plus de temps possible à ma table. En détail, ça donne : [add_eventon_list event_type_2= »302″ number_of_months= »1″ tiles= »yes » ] Toutes les informations pratiques sur le site des Imaginales, bien sûr. À dans quelques jours !
2018-05-28T10:33:16+02:00lundi 21 mai 2018|À ne pas manquer|8 Commentaires

Live report : Alcest + Anathema à l’Étage à Rennes, 3 octobre 2017

Oh mon dieu, cet endroit serait-il un blog où je parle de trucs que je fais et vois ? Choc. Ça fait cinq ans que je n’ai pas écrit de chroniques de concerts, alors je m’y remets un peu, parce que ça me fait plaisir. Là. (Non, ça ne veut pas dire que je ne suis pas sorti depuis cinq ans.) (Encore que.) L’Étage à Rennes est une salle un peu bizarre, que je n’aime pas trop, car étroite et organisée toute en longueur avec des gradins à l’arrière et un écran pour relayer ce qui se passe au fond (alors qu’elle n’est pas si grande que ça – juste curieusement agencée). On a rapidement une fausse impression de distance, et paradoxalement les meilleures places sont donc sur les côtés… Pour moi, il n’est pas facile de conquérir le public dans ce décor, et soit un groupe le transcende, soit il se rate. Et j’ai vécu les deux expériences ce soir-là.

Alcest

Alcest à l’Étage

Inconnus pour moi (et j’aime bien découvrir les premières parties sur place pour me laisser emporter le cas échéant), Alcest a été une excellente découverte. Post-black-metal, post-rock, j’ai retrouvé le son du disparu (ou perpétuellement inactif) Crowhead avec bien davantage de sensibilité mélodique, des évolutions progressives naturelles et bien construites. Un son parfaitement équilibré, puissant sans être brouillon, retranscrivant l’équilibre entre les gros riffs et les arpèges mélancoliques, et une batterie qui te colle un délicieux crochet à l’estomac à chaque coup de grosse caisse. Et surtout une présence scénique emplie d’authenticité et de générosité : un jeu parfait, intense, couplé entre les morceaux à une forme de timidité touchante de la part des musiciens collant parfaitement au trip intimiste et puissant à la fois. La sauce hypnotique et nostalgique m’a emporté sans effort, et j’en aurais bien pris deux fois plus long.

Anathema

Bon, donc auguste lectorat, tu te doutes que le bât a blessé, et je ne m’attendais absolument pas que ça soit avec une tête d’affiche avec l’expérience d’Anathema (presque 30 ans, quand même). Mais, en résumé, je me suis largement ennuyé – alors que l’ouverture par Untouchable (ma préférée pour certaines raisons personnelles) aurait dû me conquérir.

Anathema à l’Étage

Mais toute la prestation m’a semblé crouler sous le poids de ses ambitions conceptuelles et de son univers sonore. Deux longues introductions électroniques (et pas renversantes quand on vient du domaine) sans voir un musicien, suscitant l’ennui plutôt que l’attente à la longue. Une scénographie étrange, avec deux claviers et un vocodeur qui ont trôné en fond de scène, bien en vue, pour ne servir à peu près qu’une fois (un espace donc proprement gâché, où l’on aurait mieux fait de placer le batteur, par ailleurs époustouflant dans sa maîtrise des signatures rythmiques bancales, prog’ oblige). Une dynamique de scène inexistante, presque fatiguée, oscillant entre l’immobilisme et le jeu pour soi, avec un Daniel Cavanagh presque désagréable (« Jouez tel truc ! » « I’ve played it like five thousand times. Play it on your iPod at home. » – « Je l’ai jouée, genre, cinq mille fois. Passe-la sur ton iPod chez toi » – okay…) Un son très mal équilibré (avec une caisse claire sonnant comme un bidon en plastique) – Daniel Cavanagh ayant dû se réaccorder plusieurs fois et rajuster ses retours (peut-être la source de son agacement). Et une tendance à s’appuyer bien trop sur des bandes ou des boucles enregistrées pour retranscrire la richesse de l’univers sonore, donnant un son statique et artificiel. Je comprends l’idée quand Within Temptation y fait appel pour son orchestre symphonique et ses chœurs, mais quand il s’agit surtout de clavier et de cordes, et qu’on voit une formation comme Eluveitie1 placer dix musiciens sur scène avec des instruments par définition pas faits pour la sonorisation (aux dernières nouvelles, le micro n’était pas inventé à l’époque de la vielle à roue) dégager une énergie stupéfiante avec un son toujours parfait (y compris à l’Étage), la comparaison était franchement défavorable. J’aurais aimé voir un vrai électronicien (tant qu’à placer des synthés en milieu fond de scène !), et/ou un violoniste… Il n’y a guère que Lee Douglas (chant féminin) qui semblait se préoccuper d’émotion. Le groupe m’a seulement réveillé vers les deux tiers en abordant les morceaux plus violents, dégageant – c’était presque obligatoire – davantage d’énergie et arrivant donc à transmettre de la conviction. Après, à voir l’ambiance dans la salle, je crois que je suis pisse-vinaigre, parce que les premiers rangs semblaient très contents – et tant mieux, et il faut le signaler ; je ne doit pas être un reflet de l’atmosphère de ce soir-là. Si je me suis ennuyé, c’est peut-être une conjonction de la salle mal adaptée à la formation avec une scénographie défavorable dans ce contexte, du son difficile à équilibrer, etc. Mais il reste que, pour moi, ce live n’a strictement rien apporté par rapport aux albums – et enlevait même avec un son mal équilibré. La prochaine fois, plutôt que faire le déplacement, je prendrai deux heures pour écouter les albums à fond avec un casque. En revanche, Alcest rejoint sans hésiter ma liste très fermée des « premières parties que j’irai voir sans me préoccuper de qui est la tête d’affiche ». Bravo les gens, et merci !
  1. Qui ne m’a jamais déçu, soit dit en passant, alors que je ne suis pas plus fan que ça, mais parvient à dégager une énergie et une générosité formidables à chaque fois, même quand la fatigue se lit clairement sur leurs visages en fin de tournée.
2017-10-05T10:20:47+02:00jeudi 5 octobre 2017|Décibels|14 Commentaires

Les Deep Ones de retour à Paris ! (dimanche)

Affiche Jérom

Affiche Jérom

Howdy hey ! Après notre passage à Nancy vendredi dernier, les Deep Ones reviennent, à Paris cette fois, dimanche prochain. Ce sera à 19h, au Dernier bar avant le fin du monde ! Lequel est sis (parce que ça fait classe, sis, si si) 19 avenue Victoria, 75001 Paris (métro Châtelet). Prix d’entrée : une conso ! Donc non seulement on a droit à un concert, mais on peut boire le ticket, et ça, c’est rudement bien pensé. On s’y boit ! Heu, voit !
2015-11-19T10:46:58+02:00lundi 23 novembre 2015|À ne pas manquer|Commentaires fermés sur Les Deep Ones de retour à Paris ! (dimanche)

Antichrist megastar

Oui, c'est du second degré.

Oui, c’est du second degré.

Auguste lectorat, je me trouve temporairement à Paris. Je ne fais nul secret de la passion et de l’admiration que je voue à la musique de Therion, le seul groupe de métal symphonique qui fasse vraiment du métal symphonique, c’est-à-dire du métal incorporant des éléments symphoniques au même plan dans la musique et composant effectivement le tout comme un ensemble, au lieu de placer des cordes en fond pour grossir le son des guitares. (Je n’ai rien contre le procédé, mais Therion ne joue simplement pas dans la même cour.) Je vais m’abstenir d’une litanie de louanges sur un son parfaitement équilibré et une set list faite pour ravir les fans de longue date (l’album Vovin joué en entier – rhaa – quantité d’extraits de Secret of the Runes et Theli) pour partager la raison précise de cette tournée et pourquoi je tenais à ne pas rater ce passage au Trabendo. Christofer Johnsson, l’âme du groupe, avait annoncé cinq ans de pause dans les tournées pour se consacrer à une oeuvre majeure et rêve de longue date, la composition d’un opéra métal. Mais un vrai – avec histoire, scènes, mouvements, et non une de ces centaines de pseudo-opéra rock qui ne sont en réalité que des concepts albums vaguement compliqués sans rien de spécial qui les démarque du reste de la production (je suis désolé, mais je te regarde, Avantasia). Probablement échaudé par les critiques très négatives reçues par Les Fleurs du Mal (et pourtant, quel album simplement jouissif), Johnsson est revenu sur sa décision pour tourner et tester les morceaux de l’opéra en salle. On en sait donc davantage sur le projet : il s’agira d’un homme, sauveur du monde puisqu’il a mis fin au crime, à la pauvreté dans le monde. Seulement, il décide de supprimer la religion également, la considérant comme responsable des maux du monde. Les clergés, refusant de se laisser faire, déclarent que cet homme est l’Antéchrist… et le monde sombre à nouveau dans le chaos des guerres. Un thème classique pour un groupe qui a fait ses débuts dans un death metal lorgnant vers le black, mais, connaissant Therion, on devine une intrigue qui sera tout sauf moralement tranchée, et on peut assurément compter dessus. Trois extraits proposés : l’ouverture, un passage sur le choix du dieu auquel se vouer et un, chaotique, sur le naufrage du monde dans le conflit. L’avis est simple : c’est magnifique. On sent (notamment sur Sitra Ahra, encensé par la critique mais à mon sens desservi par une trop grande complexité et trop d’idées à la minute) que Johnsson aspirait clairement à cet espace et à cette envergure pour s’exprimer à son aise, et que le format « album » était devenu trop étroit pour lui. Ces extraits réalisent l’alchimie unique de Therion quand le groupe est à son sommet : une alliance de bonnes idées mélodiques, avec une concision et une simplicité trompeuses. Les mouvements sont clairs, le son puissant, et les atmosphères puissamment évocatrices. On se trouve à l’exact milieu entre l’efficacité sonore de Vovin ou de Lemuria / Sirius B et la maturité de composition et la complexité de Deggial ou Gothic Kabbalah. Pas de date de sortie annoncée pour cet opéra, mais une chose est sûre, cela promet d’être le chef-d’oeuvre de la formation ; l’attente sera longue. Plus aucun groupe ne pourra prétendre réaliser un « opéra métal » après cela sans fournir la même quantité de travail et présenter la même maturité musicale. Et franchement, ce n’est pas plus mal.
2013-12-20T15:23:21+02:00vendredi 20 décembre 2013|Décibels|Commentaires fermés sur Antichrist megastar

Concert des Deep Ones ce week-end au Dernier Bar (Paris)

Illus. Jerom

Illus. Jerom

Oyez, oyez ! Après avoir fait vibrer Épinal et Lyon de lectures profondes sur musique improvisée, les Deep Ones débarquent en force à Paris, au Dernier Bar avant la fin du monde, pour un concert dimanche 15 décembre à 14h ! 
Une journée placée sous le sceau des cultures de l’imaginaire. Les Deep Ones, collectif littéraro-musical, vous proposeront des lectures de textes de l’imaginaire (SF, fantastique, fantasy) par leurs auteurs, avec un accompagnement musical semi-improvisé sur des instruments divers et variés. Après le concert, n’hésitez pas à venir boire un verre en compagnie des auteurs (et des musiciens) pour une petite rencontre dédicace impromptue. Vous pourrez même vous procurer un des célèbres tee-shirts « Deep Ones » qui brillent dans le noir! Auteurs-lecteurs : Sire Cédric, Nathalie Dau, Mélanie Fazi, Ophélie Bruneau, Patrick Eris, Lionel Davoust, Ghislain Morel. Musiciens : Ophélie Bruneau (chant, flûtes irlandaises), Nathalie Dau (chant, percussions), Shan Millan (harpe), Ghislain Morel (percussions), Christophe Thill (sitar, lap-steel, viole).
C’est au 19 avenue Victoria, 75001 Paris. Venez nombreux ! 
2013-12-11T10:46:34+02:00mercredi 11 décembre 2013|À ne pas manquer|13 Commentaires

Restons en contact !

Recevez par courriel actualités et articles
DEUX ENVOIS / MOIS MAXIMUM
OK
Désinscription facile à tout moment
close-link
Cliquez-moi