« L’Île close » (prix Imaginales) en diffusion libre

Couv. John Howe

Couv. John Howe

Bon sang ! Je l’avais promis depuis trois ou quatre éternités – voire une éternité d’éternités, c’est vous dire, un éternitéplex – mais je n’ai jamais pris le temps de le faire : mettre « L’Île close » en diffusion libre. Ce texte est probablement celui qui a bénéficié des plus larges retombées : lauréat du prix Imaginales, finaliste du Grand Prix de l’Imaginaire, traduit aux États-Unis, podcasté sur Utopod, sujet d’étude universitaire… Je reste éberlué et ravi de la faveur qu’a remporté cette variation hautement irrévérencieuse et référentielle sur le mythe arthurien. Merci à tou-te-s ! À l’origine, je voulais construire un mini-recueil à télécharger des nouvelles que je place en diffusion gratuite, mais j’ai largement trop attendu. Le projet n’est pas enterré, mais ce sera pour plus tard. Pour l’heure, voici donc le texte sous licence CC-By-NC-ND (diffusion libre, gratuite, sans contrepartie commerciale) :

PDF | EPUB | HTML

N’hésitez évidemment pas à faire circuler, c’est fait pour cela ; tous les textes en accès libre et gratuit sont présents sur la page correspondante. (Et si vous avez encore faim de mythe arthurien, n’hésitez pas à jeter un oeil à l’anthologie Lancelot, où figure « Le meilleure d’entre eux » !)
2014-10-29T15:38:18+02:00lundi 7 juillet 2014|À ne pas manquer|3 Commentaires

Humble ebook bundle

Une initiative connue des amateurs de jeux vidéos indépendants débarque dans le monde du livre : pour deux semaines, le Humble eBook Bundle propose huit livres électroniques de grands auteurs d’imaginaire (Paolo Bacigalupi, Lauren Beukes, Cory Doctorow, Neil Gaiman & Dave McKean, Kelly Link, Mercdes Lackey et John Scalzi, excusez du peu) pour un prix fixé par les lecteurs. Il s’agit principalement de financer des associations caritatives, mais chaque contributeur décide de la répartition de son achat. Évidemment, tous les livres sont sans DRM. Bien sûr, je me prends à rêver à une initiative semblable avec les grands noms de l’imaginaire français. Et là, quand on connaît les chiffres de vente de l’édition électronique dans notre langue (ils sont minimes), on réfléchit logiquement à une façon de communiquer efficacement autour d’un tel projet pour lui donner le maximum d’impact. Comment le Humble Bundle s’est-il fait connaître à l’origine, comment émuler leur succès dans notre langue ? À la base, c’est le jeu vidéo indépendant qui les a propulsés sur le devant de la scène : une immense population, à laquelle l’équipe a ensuite pu proposer des lots de musique indé, et maintenant de littérature. Donc, avec des projets en anglais à l’origine. À la fin des six premières heures de mise en vente, le Humble eBook Bundle totalisait déjà plus de 27 000 ventes – une diffusion proprement hors de portée à tout auteur de genre français normalement constitué. Ce qui me conduit à un sombre constat : ces chiffres, qui font rêver auteurs indépendants et micro-éditeurs, sont quand même grandement accessibles en raison de la langue anglaise, qui touche un public d’une envergure unique. Ce qui invalide certainement leur transposition chez nous. Je me demande de plus en plus quelle sera la survie économique de l’auteur (du créateur) de langue française, italienne, finnoise, dans un monde globalisé autour de l’anglais. Et, au-delà, des langues dont il est question. Ce qui pose l’importance de la traduction, mais si plus personne ne lit les langues source (on en a parlé un peu ici), qui les financera ? Le Net accélère tellement la cadence depuis dix ans que je me demande si je ne verrai pas le français réduit au stade du navajo avant ma disparition. Je ne suis pas inquiet pour mon avenir, je suis bilingue. Mais quid de l’immensité des auteurs qui ne le sont pas, quid du parfum particulier et du goût culturel des autres langues, quid, tout simplement de différents rythmes de vie, de différentes façons de penser ?
2012-10-10T11:38:33+02:00vendredi 12 octobre 2012|Le monde du livre|2 Commentaires

« Tuning Jack » en diffusion libre et gratuite

Couv. Anne-Claire Payet

Je sais, je suis très en retard, et j’espère que vous voudrez bien m’en en excuser. Avant l’été, j’avais passé deux textes en diffusion libre, « Récital pour les hautes sphères » et « Personne ne l’a vraiment dit« , ne faisant qu’officialiser les faits puisque ces deux textes étaient déjà volontairement disponibles en ligne (le premier, notamment, avant même que les licences Creative Commons ne traversent l’Atlantique). J’avais toujours voulu étendre l’expérience, lançant même une consultation à ce sujet – merci encore de vous être exprimés sur la question. Hélas, emporté par le travail et des affaires urgentes, je n’ai pu concrétiser rapidement ma promesse, mais voici ! Les résultats du sondage avaient donné : [poll id= »2″] Pour lever l’ex-aequo de la seconde place, je vous propose donc « Tuning Jack« , initialement parue dans Galaxies n°34 et finaliste du prix Rosny Aîné 2005, qui est plus difficile à trouver en version imprimée, et qui, je le pense, équilibre mieux la sélection au niveau du ton :

Télécharger « Tuning Jack » en

PDF | HTML | EPUB

Les fichiers sont évidemment gratuits, sans DRM, sans fil à la patte, espionnage ni rien. N’hésitez pas à faire circuler autour de vous ! Je publierai « L’Île close » au plus vite après cela, probablement au cours de la semaine prochaine, avant de rassembler les quatre textes dans un mini recueil, toujours en téléchargement libre et gratuit. Et sinon, pour mémoire, l’anthologie Contes de villes et de fusées, dirigée par Lucie Chenu, où figure « Le Sang du large« , sort ce samedi aux éditions Ad Astra ! Toutes les infos sont ici. Bonne lecture !
2010-10-14T11:05:55+02:00jeudi 9 septembre 2010|Actu|9 Commentaires