Some thoughts on how to increase translation in English

(Note to my usual French readers : Auguste lectorat, ceci est la version anglaise d’un article dont la version française paraîtra demain. Merci de ne débattre qu’en anglais en commentaires, le débat français aura lieu dans l’article de demain ; je supprimerai tout commentaire francophone par souci de clarté. Merci de ta compréhension, tu es formidable.) lolcat_translationThere is an increasing awareness in the English-speaking world that the translation scales are heavily tipped on one side: the English-speaking world is being hugely translated around the world while it translates very little. That is the consequence of English being a lingua franca, of course. One could say it is very advantageous for those speakers, but what happens is that the English-speaking market is increasingly deprived of great works, of different, original visions coming from different parts of the world. Conversely, foreign speakers – and writers, because that is what I will be talking about – encounter tremendous difficulties in getting their work known beyond their own borders. The key for that is often English, as it is widely read in just about every country, and especially by just about every publisher, who might not otherwise know your mother tongue. At Loncon3, this year’s Worldcon in London, we had a panel called « Translation-wish, Translation-obstacles », under the tutelage of the Interstitial Arts Foundation, about how to best overcome that obstacle and bring foreign creative literature to the English-speaking market. A few words about me, so that you may know who’s talking: my name is Lionel Davoust, I have worked in the French SF&F field for close to fifteen years. I am a fantasy and thriller writer (six books out, 30-something short stories) and translator from English to French (for instance, you might have heard of the Science of Discworld series based on the genius work of Terry Pratchett – I translate the scientific parts, teaming up with Pratchett’s regular Discworld translator). I also teach a few classes in the literary translation curriculum of the Angers university, give creative writing workshops and masterclasses, and I sometimes edit fantasy magazines and anthologies. Also, I am an avid geek, used to be a marine biologist, remain a marine biology research volunteer, and could live on salami and chocolate alone. You can read me in English in the Interfictions 2 anthology, where I have an award-winning story translated called « L’île close ». So, this article does not by all means intend to recap what was said at the Loncon panel, but to try and compile possible leads concerning the issue at hand: getting foreign stuff translated into English. I will focus on short stories, because the length makes it easier to invest time and effort in order to cross the great language divide, and because it seems to be a better way to get slowly noticed and start a foreign (or English-speaking) career. By all means, this post is just the beginning of the discussion. People, do not hesitate to contradict me, make additions, whatever, so as to try and compile all great ideas for the whole fandom to have available. Also, please be aware that what sells in a country does not necessarily sell in another one. Different markets, different cultures, different readerships have different expectations concerning form and themes. That said, let us consider, for the sake of the argument, that all things are otherwise equal. So. Here are the strategies and ideas I have heard about, seen or come up with so far.

Lone writer’s strategies

… from the cheapest to the most expensive.
  • Write a bestseller. Have a translation published. Profit. Obviously, this is rarely happening, so we will focus on the vast majority of cases where this does not actually happen…
  • Write in English. Of course, this means instant availability in the foreign language of choice, but obviously you need some serious skills, and you might feel some qualms at leaving your mother tongue behind. If you have an already established career, you might have to re-learn lots of your craft and that can seem daunting.
  • Translate yourself in English. That is much easier said than done. Even for a professional translator, you have a some personal bond with your story you might not easily leave behind, but you need to if you want to craft an efficient translation, delving deep in the meaning as if it was someone else’s work.
  • Roughly write or translate in English, then hire a copyeditor. You will not really have any creative input on your work, so this is not for a beginner writer (and frankly, probably none of those strategies are) but the copyeditor will help you streamline the style, making it hopefully suitable for publication.
  • Hire a translator. That costs money: good translators are pros and pros do not work for free. Be aware that hiring a subpar translator will probably hurt your work more than anything, so proceed with utmost caution. Also, for a novel-length work, this will probably cost way too much.
Of course, in any case, having your English version or work in your hands does not guarantee publication at all. You still have to go through all the hoops of regular publishing – see the caveat above : different markets, different expectations, and different professional habits. Being welcomed with open arms in your native market does not at all mean this will « translate » (heh) elsewhere. Be patient, humble – to sum it up, be ready to start your career anew, and remember the struggles of your own beginnings because that is, most likely, where you are headed.

Amending the foreign rights clause?

One strategy I have been thinking of is to come to an agreement with your regular publisher in order to amend your foreign rights clause in your contracts. It goes like this : usually, a writer signs off his foreign rights to the publisher, who will represent his interests and try to publish his work in translation. However, barring the bestseller situation or a very motivated publisher, this is rarely happening, because of the very barrier of language. What happens thus is that the rights remain with the publisher, who has many books to manage, while not a lot happens on the foreign rights front, and the writer cannot do anything about it, because the rights are locked and the book’s shelf life has passed and so have the main chances at a big hit. A very workable agreement seems to add some provisional clauses allowing for some leeway and initiative on the writer’s part to work on a self-translation projects if the need arises :
  • If the publisher sells the translation, that is business as usual ; nothing changes. That is the ideal situation – because undertaking self-translation is time-consuming, and really, the writer wants to let the publisher handle it – that is his job and he is better armed to deal with it. But then, other cases can arise:
  • … if you can work on obtaining a translation, and then hand it over to the publisher, who then finds a foreign publisher through their own agents, then their share can be reduced, because you have done (or paid for) part of the work.
  • … if you can work on obtaining a translation AND you sell it to a foreign market (agents or publishers directly) yourself, representing yourself, then their share is even more reduced.
This is a « win-win » situation : everybody wins if the work gets translated and published, publisher and writer ; the publisher still keeps all foreign rights to sell the classical way ; but if this fails, you can try as well. You can fail too, of course, but you bring a different set of skills that can be put to use. The idea being to not let foreign rights sit unused if things are not moving on that front. (I thank publishers with whom I have bounced this idea back and forth for it to take shape thus.)

Partnerships

No fish is an island, right? What seems obvious is to join forces to try and work together. Any number of partnerships can be imagined, but for instance :
  • Several English-speaking writers with wide language skills are offering to translate foreign works they like in order to correct the translation imbalance. (Read their work, look them up on the web.)
  • There are grants for translations and cultural exchanges, but they are generally hard to get when you work in the SF&F field because, as we well know, it is not deemed « serious » literature. Still, can be worth a shot.
  • One can partner with a foreign translator and think of dividing sales…
  • … or exchange translations altogether.
This basically concerns the parties involved and what they will deem fair. Let’s also mention some initiatives such as the Interstitial Arts Foundation’s wish to give more exposure to translation towards English, the Science-Fiction & Fantasy Translation Awards and many more structures that try to signal-boost the idea of translation of foreign material. I do not want to turn that article into an inventory but if you have a great idea to share, by all means, please mention it in the comments!

Publishing strategies

This article by K. Tempest Bradford really needs to get as much exposure as it can. It outlines a very viable strategy (to my eyes) so as to get more translations in English language. It basically involves students in translation who need work experience to get their degrees. They would read foreign market anthologies and magazines and produce a digest for editors who would partner with their university. Those editors could then choose what they like and then think of publishing a full-blown translation of the story, made by the student. What Tempest’s article does not mention is how to vouch for the quality of the translation if the editor does not speak the source language ; but I can say, having tutored comparable works in the Angers university, that such endeavors are always done under the supervision of university professors and professional translators. They are checking the translation, asking for rewrites on part of the student; and the final quality of the work dictates if they get their degree or not. So this aspect is covered as well. So the publisher gets a foreign, interesting story with a quality translation; the student gets professional experience; the writer gets translated. Everyone wins.

In conclusion

That is a lot of ideas and strategies, most of which seem sound, but this article is certainly not intended as a comprehensive summary, on the contrary. It will only become better with your contributions in the comments, if you want to correct, rectify, or add to the pool. Feel free to share your input, and thanks for reading !
2014-08-31T14:01:47+02:00mercredi 27 août 2014|Best Of, Le monde du livre|8 Commentaires

Interfictions 2 study guide

Couv. Alex Myers

Comme le dit l’Interstitial Arts Foundation, la série d’anthologies Interfictions (où j’ai eu la joie d’être traduit dans le deuxième volume avec « L’Île close ») n’a pas pour seule ambition de proposer une fiction nouvelle, novatrice et inclassable, mais aussi de servir de base d’étude à ces mouvements et à ce mode de création. La fondation a donc publié un guide d’étude (en anglais) brossant un tableau général de la fiction interstitielle, puis proposant quatre à cinq questions vastes pour l’étude de chaque nouvelle de l’anthologie. Je dirais que cela s’adresse prioritairement à des étudiants d’université ou éventuellement à des lycéens passionnés (et au taquet) sur une façon créative de commenter la littérature. J’avoue que figurer dans ce guide est à la fois un honneur complètement incroyable et une situation un peu surréaliste pour moi. J’ai grandi principalement en butte contre l’enseignement de la littérature au collège et au lycée jusqu’à ce qu’une prof plus jeune et futée (qu’elle en soit à jamais remerciée) me colle Boris Vian entre les pattes, ce qui a carrément fait voler en éclats la prison que je m’étais construit tout seul et a imprimé un vrai élan à mes envies d’écriture. C’est assez génial de voir maintenant cette nouvelle, que j’avais écrite principalement en envoyant pas mal de conventions au diable, figurer à présent dans un ouvrage d’étude. J’ai l’impression qu’une boucle vient de se fermer. Mais merde, si je n’ai plus rien contre quoi me rebeller, qu’est-ce que je vais bien pouvoir devenir ? Je suis de leur côté, maintenant. (*musique dramatique*) Sérieusement, en plus, c’est très instructif : les questions posées sur « L’Île close » me donnent une toute nouvelle perspective sur ce texte. Soit dit en passant, je n’oublie pas que j’ai promis de la distribuer librement et que je suis horriblement en retard pour ce faire : j’ai manqué de temps et j’aimerais pouvoir proposer un mini-recueil électronique avec les textes gratuits au téléchargement. C’est en cours de réflexionnage. Le guide d’étude est téléchargeable gratuitement ici.
2011-03-16T13:18:07+02:00mercredi 16 mars 2011|Actu|3 Commentaires

« L’île close » in Interfictions 2 : toutes les infos

Couv. Alex Myers

Couv. Alex Myers

Il se passe beaucoup de choses autour de l’anthologie Interfictions 2, où paraîtra la traduction anglaise de « L’Île close«  (prix Imaginales 2009), et qui rassemble un certain nombre de textes à la marge des genres, inclassables, étranges (« fiction interstitielle »). Même s’il s’agit d’un livre en anglais, je sais que certains ici le lisent et s’intéressent aux auteurs du sommaire ; je pensais donc résumer toutes les informations relatives au livre au même endroit… Ellen Kushner, pour l’Interstitial Arts Foundation, ainsi que les anthologistes Delia Sherman et Christopher Barzak réalisent en effet un travail impressionnant autour du livre, organisant de nombreuses lectures et événements aux États-Unis !

Le livre

… paraîtra ce mois-ci aux éditions Small Beer Press en collaboration avec l’IAF. Au sommaire :
  • Jeffrey Ford, “The War Between Heaven and Hell Wallpaper”
  • M. Rickert, “Beautiful Feast”
  • Will Ludwigsen, “Remembrance is Something Like a House”
  • Cecil Castelucci, “The Long and the Short of Long-Term Memory”
  • Alaya Johnson, “The Score”
  • Ray Vukcevich, “The Two of Me”
  • Carlos Hernandez, “The Assimilated Cuban’s Guide to Quantum Santeria”
  • Lavie Tidhar, “Shoes”
  • B. F. Slattery, “Interviews After the Revolution”
  • Elizabeth Ziemska, “Count Poniatowski and the Beautiful Chicken”
  • Peter M. Ball, “Black Dog: A Biography”
  • Camilla Bruce, “Berry Moon”
  • Amelia Beamer, “Morton Goes to the Hospital”
  • William Alexander, “After Verona”
  • Shira Lipkin, “Valentines”
  • Alan DeNiro, “(*_*) ~~~ (-_-): The Warp and the Woof”
  • Nin Andrews, “The Marriage”
  • Theodora Goss, “Child-Empress of Mars”
  • Lionel Davoust, “L’Ile Close” (traduction d’Edward Gauvin)
  • Stephanie Shaw, “Afterbirth”
  • David J. Schwartz, “The 121″
Edward Gauvin, qui traduit notamment Georges-Oliver Châteaureynaud, s’est occupé d’amener « L’Île close » à l’anglais ; il a réalisé un travail véritablement admirable sur un texte qui n’était vraiment pas évident à traiter, tout en ayant la grande gentillesse de me consulter au cours du processus ; je lui suis extrêmement reconnaissant.

Best of 2009 !

Amazon.com a d’ores et déjà sélectionné l’anthologie dans sa liste des dix meilleurs livres de SF et fantasy de l’année 2009 ! C’est bien entendu une très grande fierté et un grand bonheur pour nous tous !

Commander

L’anthologie est disponible sur le site de l’éditeur, Small Beer Press, ou directement par Amazon.fr.

Volet Internet

En complément de la publication de l’anthologie, l’IAF a publié gratuitement sur son volet Internet un certain nombre de textes partageant le même esprit. Il s’agit de :
  • « Nylon Seam », par F. Brett Cox
  • « Four Very True Tales » par Kelly Barnhil
  • « The Chipper Dialogues » par Ron Pasquariello
  • « Stonefield » par Mark Rich
  • « For the Love of Carrots » et « The Luxembourg Gardener » par Kelly Cogswell
  • « Some Things About Love, Magic and Hair » par Chris Kammerud
  • « Quiz » par Eilis O’Neal
Ce volet est disponible ici.

emWrite Everything Down/em, par Susan Saltzman

Write Everything Down, par Susan Saltzman

Vente aux enchères

Renforçant la transversalité des formes d’art, encourageant les artistes de tous les horizons à explorer les frontières des formes d’expression, et pour soutenir le livre, l’IAF organise une vente aux enchères d’oeuvres inspirées des deux anthologies Interfictions. Celles-ci se déroulent en ce moment même ; la troisième oeuvre vient d’être proposée. Le site de la vente est disponible ici.

Réseaux sociaux

Pour communiquer ses initiatives autour d’Interfictions 2 et même de l’art interstitiel (c’est-à-dire affranchi des étiquettes et des classifications), l’IAF propose toutes sortes de flux d’information :

L’Interstitial Arts Foundation

La vente aux enchères

2010-02-01T18:31:41+02:00mercredi 4 novembre 2009|Actu|1 Comment

Volet Internet d’Interfictions 2

Tandis que la parution d’Interfictions 2 approche, l’Intersitital Arts Foundation a lancé le volet Internet de l’anthologie ! En plus de proposer des travaux interstitiels, cette annexe publiera chaque semaine une nouvelle qui aurait parfaitement eu sa place dans l’anthologie jusqu’à la publication du livre. C’est en anglais, mais, pour ceux qui le lisent sans trop de problème, cela promet de valoir largement le coup. L’annexe est visible ici. Le premier texte à être publié de la sorte est « To Set before the King », par Genevieve Valentine. Les prochaines publications seront:
  • 22 septembre : « Nylon Seam », par F. Brett Cox
  • 29 septembre : « Four Very True Tales » par Kelly Barnhil
  • 6 octobre ; « The Chipper Dialogues » par Ron Pasquariello
  • 13 octobre : « Stonefield » par Mark Rich
  • 20 octobre : « For the Love of Carrots » et « The Luxembourg Gardener » par Kelly Cogswell
  • 27 octobre : « Some Things About Love, Magic and Hair » par Chris Kammerud
  • 3 novembre : « Quiz » par Eilis O’Neal
Par ailleurs, la préface de l’anthologie, réalisée par Henry Jenkins, est lisible . La vente aux enchères est toujours en préparation et la page des donateurs a été mise en ligne. Le site de la fondation a été également repensé et reconstruit ; il propose un blog plus clair, des essais sur l’art interstitiel et une liste de projets en cours. L’IAF renforce ainsi son rôle de plate-forme de promotion et d’étude de ces genres et modes d’expression « dont nous n’avons pas encore les clés de décryptage », pour reprendre une formulation entendue à Montréal. (Sinon, cela n’a rien à voir, mais je rencontre quelques problèmes avec la nouvelle version de WordPress, qui bugge d’un peu partout. Les entrées à venir risquent d’être un peu moins illustrées et mises en page que d’habitude, veuillez m’en excuser. Je m’attelle à une réinstallation du bouzin dès que j’ai une heure devant moi…)
2010-02-01T18:32:18+02:00jeudi 17 septembre 2009|Actu|Commentaires fermés sur Volet Internet d’Interfictions 2

Interfictions 2 : appel aux arts-mes

Couv. Alex Myers

Couv. Alex Myers

Petite interruption dans le cours du programme établi. Toujours dans le but de soutenir l’anthologie Interfictions 2 – les anthos jouissent peut-être d’une exposition encore plus faible aux États-Unis qu’en France et le marché se montre encore plus concurrentiel – l’Interstitial Arts Foundation multiplie les initiatives. Celle-ci peut intéresser les lecteurs… comme les artistes qui se montreraient inspirés par les textes du livre ou par, de façon générique, le projet en lui-même. Comme pour la sortie du premier volume, l’IAF organise une vente aux enchères d’objets, bijoux et autres œuvres fondées sur les nouvelles d’Interfictions 1 et 2. Elle se déroulera en novembre (voir le site) pour coïncider avec la sortie du livre. La nouveauté cette année consiste à en élargir le champ également à la musique, invitant compositeurs, DJs et autres à créer des mixes ou morceaux inspirés par les nouvelles de l’anthologie. L’IAF serait ravie de recevoir vos créations (liens : pour les musiciens / autres arts). Des extraits de textes sont disponibles sur le site pour alimenter l’inspiration. Évidemment, j’avoue que je serais très honoré et ravi si quelqu’un se sentait assez inspiré pour travailler sur « L’Île close ». Voici la version originale de l’extrait choisi par l’IAF pour illustrer la nouvelle :
Je me demande encore pourquoi je t’écris. Après tout, demain tu disparus, hier tu disparaîtras. Rien ne change et tout fluctue sur cette île qui s’étrécit, se dilate… Sais-tu combien c’est difficile de vivre une infinité de vies à la fois ? Une infinité, dis-je, en réalité il s’agit seulement d’un grand nombre, où au fond je reste la même. J’ai consigné sans cesse ces mots sur le papier et je ne l’ai encore jamais fait. Je suis jeune et vieille, l’épouse qui aime et trahit, la figure hiératique. Mais surtout, je suis fatiguée.
Couv. John Howe

Couv. John Howe

Pour mémoire, le texte est disponible sous forme de podcast sur utopod.com (partie 1, partie 2), et bien sûr dans l’anthologie De Brocéliande en Avalon dirigée par Lucie Chenu, éd. Terre de Brume. Je peux aussi transmettre le manuscrit de la nouvelle aux artistes qui souhaiteraient travailler dessus (me contacter en privé pour engager la discussion). La rémunération est évidemment inexistante en-dehors de mon enthousiaste reconnaissance, mais il me semble que c’est une belle occasion de se faire connaître dans le cadre d’un projet réalisé aux États-Unis et cela peut servir de tremplin et de vitrine. Je suis à votre disposition pour toute discussion bien évidemment. (Par ailleurs, l’appel à dons est toujours ouvert. Il n’est pas encore trop tard pour que votre nom puisse apparaître dans le livre, et l’IAF propose toutes formes de reconnaissance – et j’y rajoute en bonus, non pas une, ni deux, mais trois fois mon éternelle gratitude !)
2010-02-01T16:39:57+02:00lundi 6 juillet 2009|Actu|2 Commentaires

Interfictions 2, on vous couvre²

Je n’en avais pas parlé plus tôt (honte à moi), mais l’oeuvre choisie pour la couverture d’Interfictions 2 (où paraîtra la traduction de « L’île close » réalisée de main de maître par Edward Gauvin), anthologie dirigée par Delia Sherman et Christopher Barzak, avait été choisie il y a quelque temps ; il s’agit de E d’Alex Myers. Il est temps de réparer cette omission alors que l’Interstitial Arts Foundation vient de dévoiler la couverture finale du livre :

Interfictions 2

Sur un marché où publier des anthologies est toujours difficile, où l’étiquette de « genre » est obligatoire, un livre comme celui-ci est un pari risqué, ne serait-ce que par son but avoué d’abattre les barrières entre courants littéraires. En conséquence, l’IAF vient de publier un appel à dons pour soutenir le livre. Par ailleurs, en rapport avec « L’île close » et l’anglais, j’avais eu le plaisir d’être interviewé par Cheryl Morgan à l’issue de la remise du prix Imaginales. La vision d’une étrangère sur un festival français est toujours très intéressante ; je vous recommande le journal de sa visite, notamment son journal vidéo. En ce qui me concerne, c’est ici que ça se passe (en anglais).
2010-02-01T16:55:22+02:00lundi 1 juin 2009|Actu|Commentaires fermés sur Interfictions 2, on vous couvre²