interventions

/Tag: interventions

Payer les auteurs invités : jusqu’où aller ensemble ? [table ronde aux Imaginales 2018] + un commentaire

Ce débat aux Imaginales 2018 a été capté par le site de référence ActuSF et faisait participer Samantha Bailly, Sara Doke, Stéphanie Nicot, Stéphane Wieser et moi-même. Il peut être écouté librement en ligne ou bien téléchargé sur cette page.

En prime, un extrait vidéo :

Et, comme le sujet soulève beaucoup les passions et que j’ai vu des comptes rendus et des réactions plus ou moins houleuses, je vais juste prendre un instant pour repréciser ma position (si vous avez déjà vu une partie de cette tartine passer sur Facebook, c’est normal), qui n’est pas grand-chose de plus que ce que j’ai dit dans ce débat, mais écrivons-le une bonne fois, au jour d’aujourd’hui (berk, cette expression) en 2018 :

Je suis juste un mec qui fait des choses comme il pense à un moment donné, au cas par cas, en essayant autant que possible de péter la baraque de personne et en se donnant le droit d’évoluer.

J’ai pu lire que j’étais pour la gratuité de toute intervention : c’est absurde, puisque je dis le contraire. Je fais en revanche des nuances en fonction des événements ET des types d’intervention (une conférence et une table ronde, ce n’est pas le même boulot, et ce n’est aussi pas le même boulot en fonction du thème : quand on m’appelle à parler de biologie marine sur un panel, par exemple, ou de mes livres). Je négocie au coup par coup en homme d’affaires. J’ai dit très clairement que je faisais une différence entre, d’une part les festivals à entrée gratuite (dont la mission culturelle est indiscutable et cela bénéficie à tout le secteur, donc à moi – et ça c’est mon avis de mec qui vient de l’halieutique et du développement durable) et/ou très locaux (même raison), et d’autre part à entrée payante (où il y a tout un continuum, mais si on parle de Livre Paris, c’est là clairement une machine commerciale à l’extrémité du spectre). J’ai aussi dit à répétition que mon avis n’était que le mien, que j’étais le candide dans cette discussion (et je crois que c’était la raison de ma présence, n’étant membre de quasiment aucune organisation et gérant ma barque tout seul : je suis « extérieur »), en expliquant que je prenais des décisions de business qui n’engageaient que moi, rendant hommage aux représentantes syndicales, et j’ai explicitement invité les jeunes auteurs à prendre conscience de leurs droits et à les défendre (ce que toutes les restitutions que j’ai vu passer ont remarqué, et tant mieux). J’ai insisté sur le fait que l’auteur devait à mon sens aujourd’hui se comporter en homme/femme d’affaires pour gérer et réfléchir à sa carrière, ses contrats, ses occasions, ce qui est difficile car il n’est généralement pas équipé pour ça (là, le fait d’avoir été formé comme ingénieur, même si je n’ai jamais vraiment exercé, m’a bien armé).

J’ai aussi vu passer qu’étant un gros vendeur, je n’avais aucune légitimité à venir tenir ce discours. Je suis très flatté par le vote de confiance, mais permettez-moi de remettre les choses en perspective : les années où j’ai pu m’affranchir de toute activité annexe grâce aux seuls droits d’auteur de mes livres (typiquement en complétant grâce à la traduction, les cours à la fac et – tiens donc – des conférences – ce qui, soit dit en passant, signifie fréquemment enchaîner deux journées de boulot en une, oublier l’existence des week-ends pendant des mois, demander ponctuellement un coup de main financier aux proches pour joindre les deux bouts, se former à des tas d’outils de productivité pour ne pas perdre une minute de la journée et garder une longueur d’avance, etc. ) se comptent sur les doigts d’une main. Alors oui, j’ai parfaitement conscience que c’est déjà super bien, hein, mais c’est hautement aléatoire – rien n’est jamais gagné ; ça m’a pris plus de dix ans de carrière et de galère, et ça implique une vigilance de tous les instants, de tous les ans, et de la gestion à un, deux ans d’avance, et ça peut s’effondrer en quelques années d’inactivité (je n’ai pas le droit d’être malade, fatigué, etc. – je remercie la providence pour la santé de fer que j’ai, d’ailleurs). Je ne m’étends jamais sur ce genre de chose mais, pour info, j’ai eu des mois très difficiles où j’ai dû vivre aux crochets de mes proches (et je sais aussi que j’ai la chance d’avoir eu cette possibilité).

Sur le sujet de la rémunération, j’ai émis des craintes par le passé notamment sur l’accessibilité des événements aux jeunes auteurs qui ne sont pas bankable et donc peu rentables s’il faut les payer (c’est dans les archives du site, mais l’article est daté aujourd’hui). Si, à le déduire à certains commentaires, je suis donc considéré bankable aujourd’hui (merci, ça fait bizarre…), j’aurais pu totalement esquiver la question, hein – après moi le déluge, take the money and run – au lieu de juste la questionner. Or, je questionne les machins, c’est mon truc, c’est pour ça que j’écris, en fait. Donc j’avais des craintes, mais qui ont évolué grâce notamment au travail à la fois des syndicats et des festivals comme les Imaginales qui ont démontré que rémunérer les débats était possible sans mettre en péril une manifestation, ni la diversité de son programme (deux piliers à mon sens indispensables).

C’est quand même vachement bien qu’on soit rendu là, non, si on avançait avec ça ?

2018-06-08T06:32:56+02:00lundi 11 juin 2018|Entretiens, Le monde du livre|2 Comments

Toutes les interventions des auteurs seront rémunérées à Livre Paris (+ : c’est la journée internationale des femmes)

Splendide nouvelle, et merci à toutes les organisations et acteurs (avec la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, présidée par Samantha Bailly, en fer de lance) : Livre Paris a annoncé que toutes les interventions, ateliers ET tables rondes, seront bel et bien rémunérées. Merci également à l’événement d’avoir su réviser sa position et comprendre la situation ! Cela valait bien un petit mot. Voir le bilan d’Actualitté ici.

Ce qui vaut bien un mot aussi, c’est qu’aujourd’hui c’est la journée internationale des femmes. L’année dernière, je voulais profiter de l’occasion pour dire un mot de Delia Derbyshire, mais je suis arrivé trop tard – cette fois, c’est fait. Delia Derbyshire était l’une des figures majeures, mais injustement oubliée, de la musique électronique et concrète : l’arrangement du thème célébrissime de Doctor Who, c’est elle. Je vous en dis quelques mots sur le blog Wildphinn.

2018-03-08T07:22:16+02:00jeudi 8 mars 2018|Alias Wildphinn, Le monde du livre|5 Comments

Je serai à Livre Paris, MAIS et PARCE QUE : (#payetonauteur)

Commençons déjà par le plus simple : je serai à Livre Paris le week-end du 17 et 18mars, sur le stand des éditions Critic, pour vous présenter enfin Le Verrou du Fleuve !

Mais cette annonce nécessite absolument une explication et un peu de contexte.

EDIT DU 8 MARS – Livre Paris est revenu sur ses positions et annoncé que toutes les interventions seront rémunérées. Ce qui suit a donc valeur d’archive. 

Un soulèvement d’envergure se produit actuellement de la part des auteurs contre l’événement au titre de l’absence de rémunération. Des discussions que j’imagine absolument héroïques ont été lancées par la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse (big up à Samantha Bailly qui fait un boulot de dingue) pour obtenir la rémunération des conférences et des activités des auteurs qui viennent contribuer à faire le succès de l’événement, lequel est, disons-le tout de suite, de nature commerciale. Pour commencer à s’informer, voir cet article d’Actualitté et le hashtag (mot-dièse, pardon) #payetonauteur.

Je te renvoie, auguste lectorat, sur les ressources sus-citées, mais pour faire simple, à Livre Paris, les éditeurs louent leur stand ET les visiteurs paient leur entrée. À qui va l’argent ? À tout : la salle, la technique (dont les plantes vertes), mais pas aux auteurs – qui représentent quand même la raison principale pour laquelle le public se déplace ; la force d’un événement comme Livre Paris est dans le nombre et la variété. Les auteurs présents ne sont même pas défrayés par l’événement. 

Sandrine Bonini

Ce qui m’amène, dans le cas de Livre Paris et de manière plus générale, aux deux points suivants. À noter que c’est ma position et que je la partage, chacun est libre de penser ce qu’il désire et de gérer ses affaires autrement, et il y a aucune animosité dans mes paroles – je fonctionne comme ça, et vous pouvez ne pas être d’accord. C’est mon truc. Donc :

1. Prise en charge

Auteur forcé d’improviser pour se rendre à un salon qui ne défraie pas (allégorie)

J’ai clarifié plusieurs fois ma position sur les événements littéraires et ce que je considère comme étant le minimum. Et c’est le défraiement, voir ici. En résumé : je ne viens pas dans un événement à mes frais – je demande au minimum la prise en charge du trajet, de l’hébergement et des repas – protip : je suis facile à nourrir en saucisson.

C’est là que se trouve la raison de ma présence à Livre Paris : celui qui défraie, ici, c’est mon éditeur. Mais ça vous montre tout de suite le problème : Critic loue un stand (payé à Livre Paris) ET fait venir ses auteurs à SES frais (c’est Critic qui me paie mon train, me nourrit en saucisson et me donne la possibilité de venir vous voir – gloire leur soit rendue). Quand vous, lecteurs, payez dix balles votre entrée, sachez que derrière les stands, tout le monde a payé aussi, comme vous, quoique de manière différente.

Donc, de mon point de vue, je ne rends pas de comptes à Livre Paris, ce ne sont pas mes interlocuteurs, mes interlocuteurs, c’est Critic, mon libraire et éditeur. C’est envers Critic que j’ai des engagements, c’est Critic qui endosse le risque financier, et ça n’est qu’à cette condition que je me pointe à Livre Paris, ou dans tout autre salon qui pratique les mêmes conditions (et il y en a, et des gros). Critic engage des frais et ma parole est donnée à Critic. Je n’ai même jamais eu de contact avec Livre Paris.

Je serai présent à Livre Paris, non pas parce que je cautionne la politique de l’événement, mais parce que je suis solidaire des frais engagés par mon éditeur et que, de mon point de vue, c’est lui l’organisateur de ma venue. Ça serait la même avec l’association de pétanque libertine de Plan-de-Cuques.

2. Rémunérer les interventions

On entre dans l’autre bât (techniquement, on entre dans des bas, mais bon) qui blesse : la rémunération des activités (au sens large) relatives à la présence sur un salon. Celles-ci sont (liste non exhaustive, par ordre croissant de difficulté personnelle perçue et de préparation nécessaire) :

  • Dédicaces
  • Tables rondes et débats
  • Rencontres avec les lecteurs (concerne souvent les auteurs jeunesse, qui interviennent auprès d’une classe)
  • Conférences et ateliers

Évacuons tout de suite ce qui devrait tenir de l’évidence : toute intervention nécessitant une préparation en amont – typiquement une conférence ou un atelier – requiert une rémunération supplémentaire spécifique1. Je suis tombé des nues en apprenant qu’à la base, Livre Paris ne rémunérait pas celles-ci – mais, grâce à la Charte (re-big up à Samantha et son équipe), c’est censé changer cette année.

Restent les tables rondes et dédicaces, qui ne sont pas rémunérées. Il y a trois ans, j’ai exprimé en ces lieux une virulente opposition à ce principe, considérant que c’était une partie du boulot. Trois ans plus tard, force est de constater que a) de plus en plus d’événements les rémunèrent (donc c’est possible) et b) c’est le cas assez souvent dans le monde anglophone (mais le marché est plus vaste).

Je n’ai pas / plus d’avis aussi tranché sur la question. Les craintes que j’exprimais dans l’article de 2015 restent : a) voir les auteurs bankable prendre l’ascendant sur les plus jeunes parce que la rémunération de leur présence sera justifiable financièrement au lieu de parier sur un inconnu et b) voir le ticket d’entrée des festivals augmenter en conséquence, réduisant potentiellement l’accès à la culture (car nous travaillons dans ces domaines ardus où la mission culturelle doit côtoyer la viabilité économique). Mais ma réflexion évolue clairement, surtout en comparaison avec la musique. Avec la mutation des modèles économiques (piratage, streaming) et la réduction des revenus afférents, on avance toujours que les musiciens (et le spectacle vivant de manière générale) s’en tirent mieux parce qu’ils auront toujours les représentations. Mais pour un auteur, une dédicace ou une table ronde n’en sont-ils pas l’équivalent ? Dès lors, l’économie ne devrait-elle pas suivre ? Je n’ai pas de réponse absolue, juste ces éléments-là, et c’est le travail des syndicats et associations de démêler la chose (ce qu’elles font très bien, comme les derniers jours l’ont montré).

Cependant – et la boucle est bouclée – dans le cas qui nous intéresse, Livre Paris est un événement commercial. Que Livre Paris fasse payer tout le monde – éditeurs ET visiteurs – et ne rémunère pas les acteurs centraux de la manifestation pointe un des innombrables dysfonctionnements de notre secteur, et il est fantastique que tout le mouvement #payetonauteur porte enfin cet élément à la connaissance du public.

J’espère que cela se propagera aux autres grandes manifestations qui pratiquent la même chose, en silence, depuis des années.

  1. Hormis cas particuliers comme les conventions sur le modèle américain comme la Worldcon, où tout le monde est bénévole et où même G. R. R. Martin paie son billet et son hébergement.
2018-03-13T16:19:33+02:00mardi 6 mars 2018|À ne pas manquer, Le monde du livre|13 Comments

Retrouvons-nous ce week-end à Nice Fictions !

Tous les printemps, c’est la première saison des festivals littéraires, et, auguste lectorat, cette année, je serai sur les routes jusqu’à Pluton. (En Roumanie.) (Pluton est une ville en Roumanie.) (Bon, en fait, j’irai même pas jusque là, mais j’irai partout ailleurs.) (Presque partout.)

Ce week-end, j’ai le plaisir d’être invité par le festival Nice Fictions pour un événement riche en rencontres, dédicaces, tables rondes… Les salons sont rares dans le sud, donc c’est une occasion à ne pas manquer de venir fêter l’imaginaire. Les informations pratiques sont en ligne ici, le programme là. Attention : en raison du plan Vigipirate, une inscription sur cette page est requise au préalable pour accéder à la manifestation (dont l’entrée est par ailleurs gratuite).

J’interviendrai sur les sujets suivants :

[add_eventon_list event_type_2= »4266″ hide_empty_months= »yes » ]

À très bientôt ! 

2017-05-01T17:14:24+02:00lundi 24 avril 2017|À ne pas manquer|Commentaires fermés sur Retrouvons-nous ce week-end à Nice Fictions !

Les Imaginales ce week-end : programme (et tout ce qu’il y a autour)

Affiche Hélène Larbaigt

Affiche Hélène Larbaigt

Auguste lectorat ! Ce week-end, ce sont les Imaginales, tu le sais (j’espère), comme tu sais que tu ne peux, ne dois, t’abstenir de participer à cette grande et belle fête de l’imaginaire, si tu sais ce qui est juste et bon, à moins d’un mot d’excuse signé au minimum par un haut fonctionnaire d’État et un membre de ta famille éloigné de moins de deux degrés ! (de latitude)

Sérieusement, ça promet encore d’être quatre jours intenses et profondément joyeux, dans le berceau de verdure qu’est le parc du Cours sur les rives de la Moselle, fraîcheur, végétation, livres et absence de moustiques, que demander de plus ?

Si tu découvres, le site officiel est comme toujours là pour en savoir plus, et, pour ma part, j’y ai un très joli programme en prévision :

Masterclass « Du manuscrit à la publication »

Dernier appel : Jean-Claude Dunyach et moi animons cette journée de formation à l’écriture en petit comité sur la correction de son récit et les liens avec le monde éditorial. Cela aura lieu mercredi 25 mai, peut-être reste-t-il une ou deux places, il n’est pas trop tard pour tenter de s’inscrire ici.

Couv. Hélène Larbaigt

Couv. Hélène Larbaigt

Publication de « Le Plateau des chimères »

J’ai la grande joie de participer à l’anthologie officiel du festival, intitulée cette année Fées et Automates, dirigée par Jean-Claude Vantroyen et publiée aux éditions Mnémos. Le texte s’intitule « Le Plateau des chimères » et reprend l’univers d’Évanégyre développé dans La Volonté du DragonLa Route de la Conquête et Port d’Âmes, mais constitue un récit parfaitement indépendant des livres.

Tables rondes, cafés littéraires, le programme :

Le programme du festival est en ligne à cette adresse : n’hésitez pas à le consulter en avance pour vous constituer votre menu ! Pour ma part, mon programme sera le suivant, disponible ici sur le site officiel :

[add_eventon_list number_of_months= »1″ event_type_2= »302″ ]

En espérant avoir le plaisir de vous retrouver à Épinal ! Bonne semaine !

2016-05-17T15:15:39+02:00lundi 23 mai 2016|À ne pas manquer|Commentaires fermés sur Les Imaginales ce week-end : programme (et tout ce qu’il y a autour)

Le colloque du héros, à Lyon (une belle initiative à soutenir)

Il s’organise beaucoup de belles choses à Lyon, grâce à la Faquinade et son Vil Faquin qui, en plus de proposer des analyses et chroniques fouillées, organise en conjonction avec de nombreux partenaires de qualité événements et rencontres. Et là, c’est un colloque universitaire qui se construit sur un week-end entier, autour de la figure du héros :

colloque-heros

Une très belle initiative, où conférences alterneront avec des débats ; la publication d’actes est à l’étude. (Pour ma part, je m’interrogerai sur la déconnexion potentielle qui existe entre un outil d’analyse a posteriori tel que le trope « héros » et l’impulsion réelle au fil de la création.)

Organisé les 16 et 17 avril 2016 dans les locaux de la librairie Trollune, à Lyon, le Colloque du Héros a pour but de proposer une réflexion poussée sur la figure du héros dans les littératures populaires et, bien entendu, dans la société qui produit cesdites littératures. Le colloque a pour but d’explorer toutes les facettes de la figure du héros dans les littératures de l’imaginaire mais aussi dans la culture populaire. –> Page Facebook.

Les interventions seront publiques et suivies de débats. Une publication papier des actes du colloque sous forme d’un essai est actuellement en étude et dépendra de la réussite du projet.

Le but est de proposer à des auteurs de venir nous rejoindre et de préparer des interventions autour de thèmes qui nous permettront d’explorer ces deux problématiques : comment le héros s’inscrit-il dans la narration et dans l’environnement du roman ? & Que reflète-t-il de la société qui le produit ?

Cette année les auteurs invités sont :

  • Le Samedi : Stefan PLATTEAU – Des héros multiples, ou la place des personnages dans la construction romanesque. / Lionel DAVOUST – Protagonistes et conflits: le héros, un outil de création ou bien une grille de lecture ? / Alex NIKOLAVITCH – Les Héros épiques contemporains : us et abus du voyage initiatique.
  • Le Dimanche : Patrice LOUINET – Dans l’ombre de Conan, ou comment un héros a occulté son auteur / Raphaël COLSON – Le héros, l’héroïne et le groupe dans les récits post-apocalyptiques. /SoFee L. GREY – Le genre de l’héroïne dans la littérature populaire.

Mais ce projet, pour se réaliser dans de bonnes conditions, a besoin de soutiens : une campagne de financement participatif a été ouverte sur Ulule, avec de réelles contreparties intéressantes, notamment pour ceux et celles qui ne pourront faire le déplacement (enregistrements audio des interventions, livres dédicacés, exemplaire des actes…). N’hésitez donc pas à soutenir, dès 5€, ce projet sur la page correspondante ! Et à suivre son actualité sur Facebook.  

2016-04-05T11:30:53+02:00mardi 8 mars 2016|À ne pas manquer|2 Comments

Ce samedi, journée à la bibliothèque en région rennaise

la-chapelle-aux-filtzmeensAvis à toi, peuple de Rennes Métropole, toi qui arbores fièrement sur ton torse ton futur métro ligne B : ce samedi, je serai à la Chapelle-aux-Filtzméens, à une trentaine de minutes de Rennes même, pour une chouette journée d’interventions en compagnie de l’excellentissime Thomas Geha (A comme AloneLe Sabre de sangAmerican Fays coécrit avec Anne Fakhouri, et bien d’autres).

Cela se déroulera à la bibliothèque. Au programme :

  • 10h30 – 12h : Table ronde
  • 14h – 17h : Dédicaces et discussions informelles (ou formelles, si vous préférez)

À samedi !

(Je vais peut-être passer pour un gros inculte mais, sur place, il faudra absolument que j’apprenne qui sont les Filtzméens. Sur Google, je n’ai trouvé qu’un cheval de course appelé Filtz Meen. I kid you not.)

2016-02-16T18:28:51+02:00jeudi 4 février 2016|À ne pas manquer|6 Comments