Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017

Yeepee ! Auguste lectorat, je te propose cet été encore, comme en 2012 et en 2015, d’écrire régulièrement, pour le plaisir, sur une petite contrainte qui n’est pas à prendre au pied de la lettre : c’est un déclencheur, c’est-à-dire qu’il ne sert qu’à lancer ton imagination, à la nourrir, et à te donner envie de partir là où tu le souhaites. J’ai argué que la meilleure habitude de la création consiste à toucher son projet tous les jours, un petit peu, car il me semble que la régularité est supérieure au volume – la régularité permet de conserver le lien avec son envie, son histoire, et donc d’éviter les difficultés inhérentes à la remise du pied à l’étrier. Évidemment, régularité et volume, c’est encore mieux, mais si l’on doit choisir (surtout quand on ne peut consacrer tout son temps à sa pratique créative), je pense qu’il faut pencher vers le premier. (Caveats d’usage, hein, je ne refais pas l’article.) Donc, cet été encore, je propose la consigne suivante : vingt-cinq minutes d’écriture par semaine à partir d’une liste de dix éléments avec un thème commun. Choisissez celui qui vous parle, qui vous branche, qui vous intrigue. Combinez-en plusieurs. N’en prenez aucun mais partez sur une tangente qui vous amuse. Tirez-en un avec un dé à dix faces. Combinez-les tous. Peu importe. L’idée, c’est d’écrire de façon décomplexée, sans interruption, sans correction, sur un laps de temps de taille raisonnable (il n’est pas question d’écrire une décalogie ni même une histoire complète). Les plus attentifs parmi vous auront reconnu que vingt-cinq minutes, c’est la durée d’un pomodoro, et que vous aurez ensuite bien mérité cinq minutes de pause… pour continuer ensuite, peut-être, pourquoi pas ? Le prix Nobel de littérature est au bout de la route. (Promesse non contractuelle.) On ne commence pas encore cette semaine, car cette semaine, auguste lectorat, tu as un exercice à faire. Tu dois regarder ton emploi du temps et tu dois trouver un créneau avec ces vingt-cinq minutes dans la semaine pour le consacrer à ton écriture. Tu éteins le chien et les enfants, tu dis à ton téléphone d’aller jouer dans le jardin. Si ton désir d’écrire est sérieux et authentique, tu trouveras ces vingt-cinq minutes, et tu en feras un espace sacré. Je sais, ça fait peur, mais rien ne s’écrira tant que tu ne mettras pas tes doigts sur le clavier pour faire quelque chose. On s’en fout que ce soit génial, ça ne le sera pas, les premiers jets ne le sont quasiment jamais. Il s’agit de faire, de se connaître, de se comprendre, de chercher l’inspiration, le plaisir, de se lâcher. Il faut se mettre au boulot, et tu n’as pas le droit de dire que tu n’as pas le temps. Parce que ce n’est pas que tu n’as pas le temps : tu as peur. Je comprends. Je vais te dire un truc : nous avons tous peur. (Quasiment tous. Il y a aussi des fous. Enfin, des plus fous encore. Ou moins ? Je ne sais plus.) C’est pour ça que je te laisse une semaine pour te retourner, prévenir ta famille que non tu n’es pas mort si tu ne réponds pas dans la minute à tes messages Facebook. Tu fais un truc méga plus important : tu travailles pour toi. Alors, va définir ton espace, acheter ton Moleskine préféré, acheter ce stylo plaqué titane de carbone dont tu as tellement envie, et on se retrouve lundi prochain pour bosser. Quoi ? Qu’est-ce que c’est… ? « Oui, mais… » Non. Il n’y a pas de mais. Fais-le, ou ne le fais pas. Il n’y a pas d’essai.
2017-07-09T12:00:23+02:00lundi 10 juillet 2017|Technique d'écriture|Commentaires fermés sur Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017

Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017 (1) : un besoin fondamental

OK, auguste lectorat, c’est parti pour ta session d’écriture hebdomadaire minimum. Les règles sont ici, mais je les rappelle rapidement : un pomodoro d’écriture non stop sur le ou les déclencheurs qui t’inspirent, t’intriguent, ou même te font partir sur une tangente sans rapport – peu importe, il faut juste écrire. Cette semaine, nous partons sur un concept proposé par Elizabeth George dans son excellent livre Mes Secrets d’écrivain (chroniqué ici) : le besoin fondamental (traduction personnelle de core need). Elle postule qu’un personnage a un besoin fondamental, une nécessité qui l’anime et explicite son rapport au monde dans l’intrigue. Cela devient une force motrice intéressante pour modeler un personnage. Voici une série de besoins fondamentaux. Choisis-en un, quatre, crées-en un qui t’interpelle sur la simple notion de ce qu’est ce core need, mais écris !

Besoins fondamentaux

  • Etre aimé
  • Sauver le monde
  • Se protéger du monde
  • Protéger les siens d’une menace
  • Etendre son espace vital
  • Protéger une idée, une culture
  • Combattre l’oppression
  • Aider les plus faibles
  • S’améliorer soi-même
  • Rendre justice
2017-07-12T12:06:16+02:00lundi 17 juillet 2017|Technique d'écriture|7 Commentaires

Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017 (2) : Un accessoire, un atout

Salutations, auguste lectorat ! Deuxième session d’écriture hebdomadaire minimum pour le défi de cet été. Les règles sont ici, mais je les rappelle rapidement : un pomodoro d’écriture non stop sur le ou les déclencheurs qui t’inspirent, t’intriguent, ou même te font partir sur une tangente sans rapport – peu importe, il faut juste écrire. Cette semaine, on va se faire rire. Après le besoin fondamental du personnage exprimé la semaine dernière, nous allons parler d’un atout, d’un accessoire, d’un avantage unique que possède ce personnage. Ou bien, pas en lien avec ce personnage, si tu préfères. Mais le but de l’exercice est un peu, quand même, de se surprendre de façon amusante en faisant se rencontrer cet atout inattendu avec l’ébauche de personnage construire la semaine dernière et de voir ce qu’il en sort d’inattendu. Pour mémoire, on s’en fout si c’est mauvais, on s’en fout si ça ne tient pas debout, il s’agit d’écrire et de se faire plaisir. Taïaut !

Accessoire ou atout

  • Forteresse / base d’opérations / vaisseau-mère
  • Un secret pour lequel l’humanité se bat depuis toujours
  • Une arme personnelle unique
  • Une immense fortune
  • Haut placé dans le pouvoir
  • Sait des choses dangereuses pour l’équilibre du monde
  • A des sbires surnaturels
  • Détient un empire techno-/magico-militariste
  • Les dieux sont de son côté
  • Est lui ou elle-même surnaturel(le)
2017-08-03T14:28:40+02:00lundi 24 juillet 2017|Technique d'écriture|1 Comment

Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017 (3) : du talent !

Les règles sont ici, mais je les rappelle rapidement : un pomodoro d’écriture non stop sur le ou les déclencheurs qui t’inspirent, t’intriguent, ou même te font partir sur une tangente sans rapport – peu importe, il faut juste écrire. Cette semaine, nous allons parler de talent : d’une qualité, d’une compétence hors du commun. Il est possible de l’attribuer au personnage dont nous avons parlé ces deux dernières semaines, mais ce n’est nullement nécessaire – il s’agit de s’amuser avec un talent étrange, peut-être même à double tranchant, qui peut poser quelques problèmes inattendus, ou simplement se lâcher sur son application. Si tu fantasmes, auguste lectorat, vas-y – tant que tu écris.

Un talent

  • Mémoire éidétique
  • Combattant hors pair
  • Meneur d’hommes
  • Une volonté indémontable
  • Peut commander aux éléments
  • Intelligence suprême
  • Charme suprême
  • Voit l’avenir
  • Lit autrui comme un livre (grande perception)
  • Force physique hors du commun
2017-08-15T21:53:22+02:00lundi 31 juillet 2017|Technique d'écriture|Commentaires fermés sur Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017 (3) : du talent !

Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017 (4) : un drame

Ouais non mais faut cliquer pour agrandir, là.

Les règles sont ici, mais je les rappelle rapidement : un pomodoro d’écriture non stop sur le ou les déclencheurs qui t’inspirent, t’intriguent, ou même te font partir sur une tangente sans rapport – peu importe, il faut juste écrire. Cette semaine, après avoir esquissé le besoin fondamental d’un personnage, joué avec un accessoire et un talent, nous allons plonger là où les vraies histoires se font : dans le sang, les larmes, bref, le drame, soit les germes du conflit. Car les gens heureux n’ont pas d’histoire. Ce qui me rend un peu triste. C’est pour ça que j’ai des histoires. Voici donc une liste de drames, auguste lectorat, joue avec celui qui t’inspire, combines-en plusieurs pour un maximum de hargne, voire colle-les tous dedans, remue, et regarde si ça explose. Yippee !

Un drame

  • La mort d’un être cher
  • Un emprisonnement de longue durée
  • On envahit le pays
  • Mutilation, traumatisme physique
  • Perdre la raison
  • Perdre la mémoire
  • Un amour volé
  • Une amitié trahie
  • Le déshonneur
  • Forcé à devenir ce que l’on hait
Qu’est-ce qu’on rigole.
2017-08-15T21:53:27+02:00lundi 7 août 2017|Technique d'écriture|3 Commentaires

Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017 (5) : un cheminement

Les règles sont ici, mais je les rappelle rapidement : un pomodoro d’écriture non stop sur le ou les déclencheurs qui t’inspirent, t’intriguent, ou même te font partir sur une tangente sans rapport – peu importe, il faut juste écrire. Dans les épisodes précédents, nous avons commencé à esquisser un ou plusieurs personnages, et peut-être un univers ; en tout cas, on peut raisonnablement parier que des directions se sont dégagées, peut-être des conflits, des problèmes à résoudre – les germes d’une histoire ou de plusieurs. Eh bien, cette semaine, nous allons donner une direction à cette histoire : nous allons envisager un cheminement d’ensemble. Alors évidemment, il ne s’agit pas en un seul pomodoro d’écrire une décalogie (j’achète le secret si vous savez faire. J’achète CHER.) mais de faire les premiers pas, ou de planifier un bout d’intrigue, si vous êtes du genre structurel-le ? À voir. Il s’agit d’écrire et de s’amuser avant tout.

Un cheminement

  • L’adversaire avance caché, il faut le démasquer
  • L’adversaire n’est pas localisable, il faut le trouver
  • Le protagoniste doit rassembler assez de forces extérieures pour vaincre
  • Idem, avec des ressources intérieures (initiation, entraînement…)
  • Il faut affaiblir l’antagoniste avant de pouvoir le vaincre (vaincre est à prendre au sens de neutralisation – pas nécessairement tuer, ça peut être neutraliser, raisonner…)
  • Il faut comprendre l’antagoniste pour pouvoir le vaincre
  • Il faut devenir pire que l’antagoniste pour pouvoir le vaincre
  • Il faut faire semblant de s’allier à l’antagoniste pour le vaincre
  • Il faut un long voyage pour vaincre l’antagoniste (quête)
  • Il faut dépasser ses démons (voir du côté du drame de la semaine dernière ?) pour vaincre l’antagoniste
 
2017-08-15T21:53:35+02:00mardi 15 août 2017|Technique d'écriture|Commentaires fermés sur Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017 (5) : un cheminement

Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017 (6) : un coup de théâtre

Cliquez pour agrandir. Vraiment.

Les règles sont ici, mais je les rappelle rapidement : un pomodoro d’écriture non stop sur le ou les déclencheurs qui t’inspirent, t’intriguent, ou même te font partir sur une tangente sans rapport – peu importe, il faut juste écrire. (Pour le fil entier des déclencheurs de cet été, rendez-vous ici.) Cette semaine, nous allons ! Parler ! De ! Surprise ! Coup de théâtre ! Twist ! Quelque chose d’inattendu, qui peut se relier ou pas à ce qui précède (car il y a une logique, auguste lectorat, tu as bien dû voir que tout cela était un peu organisé), pour se tirer d’affaire ou résoudre de manière étonnante et surprenante une situation tendue. Alors, bien sûr, c’est mieux d’éviter le deus ex machina, et d’avoir une solution qui puisse découler logiquement des prémisses de ce qui est venu avant. Mais ! L’objectif, ici, reste de s’amuser. Donc, pas grave si la solution tombe du ciel. Si jamais l’on souhaite retravailler, il devient possible de dissimuler les germes de cette solution parachutée dans les scènes précédentes. L’écriture n’est pas une représentation ; on peut retailler, corriger, reprendre à l’envi jusqu’à ce que toutes les pièces s’emboîtent parfaitement.

Un coup de théâtre

  • En fait, je suis ton père ! (mère / frère / cousin etc.)
  • J’ai fait tout ça parce que je t’aime !
  • Trahison parfaitement inattendue !
  • En fait, nous avons un problème beaucoup plus grave que tout ça.
  • L’ennemi rend les armes / abandonne etc.
  • Le protagoniste rend les armes. (Ce n’est pas de la flemme, les raisons peuvent être très, très différentes.)
  • L’ennemi se battait pour le bien depuis le début !
  • Révélation surprise sur le passé du protagoniste !
  • La révélation d’un talent inattendu sauve la mise ! (pouvoir magique / gadget techno etc.)
  • Proposition d’un marché pour résoudre la situation !
(Et non, il n’y a pas le tristement célèbre « car tout cela était un rêve ».)
2017-08-15T22:00:21+02:00lundi 21 août 2017|Technique d'écriture|Commentaires fermés sur Lundi, c’est déclencheurs, édition 2017 (6) : un coup de théâtre