Décibels

/Tag: Décibels

Une liste de lecture musicale pour « Les Dieux sauvages »

Couv. Alain Brion

J’ai toujours le projet de proposer ici des portails un peu plus développés sur les univers, évidemment Évanégyre et La Voie de la Main Gauche (« Léviathan »), mais je n’ai pas encore trouvé la bonne forme. (Et puis, accessoirement, j’ai un gros bouquin à boucler, donc c’est pas trop le moment de me lancer là-dedans – mais en 2019, qui sait… ?)

Cependant, la musique est toujours importante pour moi ; autrefois, je proposais une petite sélection de morceaux d’inspiration (pompeusement appelée « bande originale », mais bon, faute d’avoir tous les orchestres symphoniques et groupes du monde à ma disposition, j’fais c’que j’peux madame) pour « Léviathan ». (Rappelons en passant que le compositeur Jérôme Marie a réalisé une vraie bande originale pour la série, disponible ici !)

Joie du nuage et des services de diffusion de musique en continu (ouais, le streaming, quoi), je me suis mis à ressusciter cette chouette pratique pour constituer au fur et à mesure une liste de lecture / playlist / bande originale / sélection de morceaux d’inspiration / appelez ça comme vous voulez pour « Les Dieux sauvages ». Il s’agit de morceaux qui m’inspirent dans l’écriture, qui évoquent pour moi des ambiances particulières collant particulièrement bien à certains passages des livres. Cela reflète simplement ma façon de voir – ou d’entendre – les choses ; évidemment, il ne s’agit aucunement d’une appropriation de ma part et les compositeurs en question n’ont rien à voir avec cette proposition.

Mais pour moi, par exemple, Beyond the Veil et Black Hole pourraient coller aux pérégrinations de Mériane en zone instable dans le premier chapitre de La Messagère du Ciel ; Republic, de Ninja Tracks, pourrait représenter la conquête d’un ciel pur par l’Éternel Crépuscule ; Beautiful Lie de Hans Zimmer refléterait musicalement toute l’implacabilité inhumaine de Ganner…

Mais je préfère ne pas trop en dire et vous laisser faire, si le jeu vous amuse, vos propres images. La liste de lecture est disponible sur Apple Music ; vous pouvez l’ajouter à votre bibliothèque ci-dessous. Elle sera mise à jour au fur et à mesure de l’écriture de la série jusqu’à sa forme finale.

Elle se trouve également sur mon profil Apple Music, où j’ajouterai peu à peu d’autres listes de lecture relatives aux autres romans et univers. (N’hésitez pas à me suivre si ce genre de chose vous amuse, ici.)

2018-12-10T18:46:24+02:00jeudi 6 décembre 2018|Dernières nouvelles|1 Comment

Pourquoi l’apprentissage de l’écriture est-il si long ?

Car quoi de mieux que travailler à flanc de rocher avec une torsion lombaire. (Par Matthew Payne)

Juste une petite réflexion aléatoire que je me suis faite lors d’un atelier d’écriture : l’apprentissage de l’écriture m’a toujours paru plus long, peut-être plus laborieux même, que celui d’autres arts – le dessin par exemple et, pour ce que je connais le mieux, la musique. Il est raisonnablement facile de mesurer les progrès dans la découverte d’un instrument, par exemple, des premiers pains à la compétence suffisante pour, mettons, jouer avec des copains dans un bar et que ça tienne la route (sans devenir Motörhead pour autant, on est d’accord). L’écriture n’a pas réellement, me semble-t-il, cette gradation facile à suivre – des premières envies aux premières publications professionnelles, qui conduiront à suffisamment de maîtrise pour publier régulièrement et devenir Motörhead. (Owi.)

Alors bien sûr, on ne peut comparer les grammaires narratives et quand on s’y risque, cela nécessite la plus grande prudence. Certaines difficultés ou lenteurs dans l’apprentissage de l’écriture sont liées tout bêtement à la forme de l’art : la pratique de l’écriture est davantage inscrite dans la durée que pour toute autre, dans ses dimension de création ou comme de réception. Mais, et c’est là où je voulais en venir, il me semble que les difficultés fondamentales inhérentes à l’écriture sont doubles :

Il est difficile d’acquérir le recul nécessaire à l’autocritique. Quand on apprend la musique, il est assez facile de s’entendre jouer faux ou hors rythme, ou de s’enregistrer pour s’en rendre compte a posteriori ; en d’autres termes, la différence entre la référence et l’exécution est assez transparente. (Peut-être moins pour la composition originale, mais il est a minima – c’est la journée des locutions latines – aisé d’évaluer la qualité de l’exécution.) Dans l’écriture, cela me paraît beaucoup plus difficile. Il y a ce que l’on veut dire, ce que l’on a dit, et juger d’un potentiel écart entre l’idéal et l’exécution est évidemment possible (c’est ce que font tous les pros quand ils se relisent), mais c’est l’apprentissage d’un recul et d’une critique d’un texte qui n’est pas nécessairement immédiate (alors qu’entendre un pain, ça fait tout de suite grimacer la majorité des gens, à commencer par l’exécutant). Mais surtout :

Il est difficile de découper en compétences distinctes la pratique de la narration, contrairement aux autres arts. Si je veux apprendre la musique, je peux travailler les gammes, l’harmonie, entraîner mon oreille, répéter un passage difficile jusqu’à la perfection, ce qui m’aidera pour d’autres passages difficiles, etc. De même pour un art pictural – je peux travailler l’architecture, l’anatomie, le paysage par croquis. Dans l’écriture, c’est beaucoup plus difficile. Parce qu’un récit narratif me semble un tel entremêlement de compétences difficiles séparables : une bonne scène va faire intervenir l’adéquation du style, le sens du rythme, les dialogues, l’inventivité scénaristique, la mise en scène des personnages, la description… Et que, si l’on peut dresser un croquis convaincant de monument à titre d’exercice, il me paraît plus difficile de travailler en isolation le dialogue sans personnages, le sens du rythme sans scène pour le porter, la description sans contexte narratif qui lui donne son utilité, etc. Je ne dis pas que c’est impossible, juste que c’est beaucoup moins intuitif d’y parvenir, et que cela me paraît bien plus artificiel que le travail des gammes ou des croquis qui sont, eux, des parts naturelles de la musique et du dessin.

C’est évidemment possible de parvenir à cet apprentissage, mais cela me semble nécessiter une patience et une introspection peut-être plus prononcées que dans les autres pratiques, et c’est aussi, peut-être, ce qui peut rendre cet apprentissage un peu ingrat, et expliquer pourquoi, pendant longtemps, on peut avoir la sensation de ne pas avancer – ou ne pas comprendre pourquoi les magazines et anthologies refusent les textes que l’on envoie les uns après les autres. Cela cache peut-être aussi pourquoi le conseil premier que donnent la plupart des écrivains revient à une variation sur la persévérance (voir la règle première de Robert Heinlein) ; et pourquoi certains, à l’extrémité du spectre, soutiennent qu’au fond, ça ne s’enseigne pas. Il y a indéniablement une part d’alchimie personnelle, comme dans toute pratique créatrice, qui consiste à ce que chacun unisse ces différentes compétences au service de son projet et de son sens de l’esthétique ; mais ces parts peuvent évidemment être enseignées. En revanche, leur intégration est beaucoup plus personnelle et moins facile à baliser qu’ailleurs, et je pense parfois que c’est cette capacité à intégrer ces parties d’une manière individuelle au service d’un projet et d’une vision que l’on appelle, faute de meilleur terme, le « talent ». Mais, si on le définit sous cette forme, on pourrait arguer qu’il s’enseigne aussi.

Ce qui entraîne bien trop loin pour un article qui devait à la base tenir plutôt de la réflexion notée sur un coin de table.

2019-06-04T20:21:28+02:00lundi 5 février 2018|Best Of, Technique d'écriture|23 Comments

Un jeu de game jam en accès gratuit et de la musique d’ascenseur

Le week-end dernier se tenait la Global Game Jam : une game jam, c’est de la confiture de jeu, c’est-à-dire que c’est un défi visant à créer, par équipes, un jeu vidéo en 48h sur thème imposé. Et celle-ci était globale, signifiant que le monde entier y participait – des centaines d’équipes planchant ensemble à travers les fuseaux horaires pour expérimenter avec des concepts un peu fous dans une fenêtre de temps extrêmement réduite. Le thème cette année était : transmission.

C’est là que j’étais ce week-end, pour ma part à faire du sound design et de la musique d’ascenseur pour une équipe où figuraient entre autres copains les deux développeurs de Ballistic Frogs (avec qui nous avons créé Psycho Starship Rampage), et il en est sorti ça :

PneuMadness vous plonge dans le merveilleux monde des bureaux des années 50, où le courriel n’existait pas et l’on s’envoyait des messages et documents par réseau pneumatique. Les employés viennent travailler peu à peu et leurs bureaux s’allument en conséquence, et le joueur doit les relier avec des pièces imposées par l’administration avant que trop de messages ne soient perdus.

J’ai ainsi pu m’essayer au monde merveilleux de la musique d’ascenseur et il en est sorti, heu, cette chose, construite en 1h30 maximum, entièrement conçue pour sonner horrible et vous rentrer dans la tête, comme toute bonne musique d’ascenseur :

Le jeu est téléchargeable entièrement gratuitement, « en l’état » – c’est-à-dire avec son niveau de difficulté particulièrement relevé, on n’a pas eu le temps de l’équilibrer, mais ça nous semble rigolo quand même pour une petite pause – sur cette page

2018-01-30T08:38:27+02:00mercredi 31 janvier 2018|Alias Wildphinn|2 Comments

Procrastination podcast S02E08 : « Musique de l’écriture »

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « Musique de l’écriture« .

La musique et l’écriture entretiennent des liens anciens, étroits et complexes, y compris sous l’angle de la création littéraire, ce que les trois auteurs explorent dans cet épisode. Mélanie explique comment pour elle, elle représente une inspiration capitale, Laurent établit des liens avec la poésie et le rythme, et Lionel explore timidement en quoi, sur le plan neurologique, elle peut faciliter la transe créative.

Références citées
– Alain Damasio, La Horde du Contrevent
– Focus@Will, http://lioneldavoust.com/2015/la-boite-a-outils-de-lecrivain-focuswill-larme-secrete-de-la-concentration/
– Jérôme Marie, compositeur, https://jmariecompositeur.wixsite.com/wanuprod
– Stefan Wul, Nôô

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

tumblr_n7wj8rqhsm1qenqjeo1_1280     soundcloud_logo-svg     youtube_logo_2013-svg     rss-feed
Bonne écoute !

2019-05-04T18:47:10+02:00vendredi 5 janvier 2018|Procrastination podcast, Technique d'écriture|Commentaires fermés sur Procrastination podcast S02E08 : « Musique de l’écriture »

Ce week-end près de Clermont-Ferrand : rendez-vous aux Aventuriales de Ménétrol !

J’adore le nom Ménétrol, ça fait troll et ménestrel, c’est un endroit rêvé pour organiser un festival d’imaginaire et devinez quoi, c’est le cas :

Ce week-end, retrouvons-nous donc au festival Aventuriales : des livres, des tables rondes, conférences, masterclasses et bien davantage avec la présence exceptionnelle de Graham Masterton (dont j’aurai l’honneur d’être l’interprète en débat). C’est un rendez-vous à ne pas manquer dans la région, et je suis ravi de le découvrir pour la première fois. Je t’invite, auguste lectorat, à aller sur le site très bien fait qui dévoile toutes les belles choses à y faire et y voir, et il y en a !

Je mentionne d’ailleurs qu’il y aura une grande lecture musicale sur le modèle des Deep Ones avec beaucoup d’excellents auteurs et musiciens le samedi à 18h :

À ce week-end, amis Clermontois et de la région ! 

2017-09-23T14:26:46+02:00lundi 18 septembre 2017|À ne pas manquer|Commentaires fermés sur Ce week-end près de Clermont-Ferrand : rendez-vous aux Aventuriales de Ménétrol !

Pierre Henry

Jean-Christophe Windland, GFDL ou CC BY 3.0

Pierre Henry nous a quittés la semaine dernière et je suis assez remonté de ne voir quasiment aucun des grands noms de l’électro et des médias associés le mentionner, alors que le milieu lui doit énormément. Du coup, j’ai écrit mon propre billet sur le site Wildphinn.

Parce que zut.

2017-07-21T09:31:42+02:00mardi 11 juillet 2017|Alias Wildphinn|Commentaires fermés sur Pierre Henry

« Le mois de » chez Book en Stock (3) : religions, organisation, musique des mots…

Le troisième volet de ce « Mois de » est en ligne chez Book en Stock ! Pour mémoire, il s’agit d’un mois entier de discussion à bâtons rompus sur les livres, l’écriture, et n’importe quoi d’autre, et tout le monde peut intervenir et participer (il suffit de poser sa ou ses questions en commentaires).

Dans ce troisième volet, on parle de :

  • Religions et leur traitement dans La Messagère du Ciel
  • Organisation des journées de travail, comment les méthodes de productivité me permettent de garder le cap
  • Musique des mots
  • Poésie
  • La mer dans Léviathan
  • Inspirations chez certains grands noms…

C’est à cette adresse, et n’hésitez pas à rejoindre la discussion !

2017-06-15T18:45:40+02:00lundi 19 juin 2017|Entretiens|Commentaires fermés sur « Le mois de » chez Book en Stock (3) : religions, organisation, musique des mots…