Une librairie amie en difficulté

phenomenejTerrible accident pour Phénomène J, excellente librairie / bouquinerie angevine, fervent soutien de l’imaginaire notamment à travers des initiatives associatives, des fanzines critiques, le salon ImaJ’nère et les anthologies associées qui ouvrent leurs pages aux débutants : un dégâts des eaux en cave a détruit une grande partie du stock et grandement fragilisé les bases de données. La boutique signale ses difficultés et un possible appel à l’aide, peut-être à travers un financement participatif. J’ai eu le plaisir de participer plusieurs fois à ImaJ’nère et d’aller signer à la librairie : je peux témoigner de l’accueil merveilleux, du professionnalisme et de la fidélité amicale de l’équipe. Plus qu’une boutique, comme tout bon libraire, « Phéno » est un point d’eau pour des passionnés, une communauté qui s’est tissée par amour de la littérature, et se trouve à l’origine de quantités de projets qui communiquent et font vivre cette passion, en particulier à travers des événements. Si vous vous trouvez dans la région d’Angers, je ne peux que vous encourager vivement à aller y faire un tour, dans un premier temps, à effectuer quelques achats pour aider à faire vivre le commerce. Le fonds estsi vaste, impossible de ne pas trouver votre bonheur. (Notamment, mes chers étudiants passionnés d’imaginaire, si vous me lisez, allez faire un tour là-bas, petits saligauds, et investissez-vous dans la communauté.) La boutique se trouve 3, rue Montault, derrière la cathédrale. Et dès qu’un plan d’action sera mis en place par l’équipe, comptez sur moi pour vous rabâcher les oreilles avec, parce que ce lieu ne doit pas disparaître : on a trop peu de bons libraires pour ne pas leur filer un coup de main quand les temps sont durs.
2015-01-06T23:13:02+02:00mercredi 7 janvier 2015|Le monde du livre|2 Commentaires

45′ d’entretien sur Léviathan

ImaJnereL’émission ImaJ’nère, sur Radio G (associative et alternative), traite de SF, fantasy, thriller, et m’avait proposé un long entretien lors des Utopiales 2013 autour de l’ensemble de la trilogie Léviathan, et grâce aux questions fouillées de l’équipe, nous avions discuté assez profondément de ses thèmes, de ses symboles, de l’ésotérisme, des mythes et de l’écriture. (Si l’on excepte tous ces foutus « heuuu » à répétition pour lesquels je me fustige encore – fatigue du festival.) L’entretien n’est plus disponible sur la page d’origine, mais l’équipe l’a repris sur Dailymotion où, selon toute logique, il devrait rester dorénavant : http://www.dailymotion.com/video/x22941k_les-interviews-d-imajn-ere-lionel-davoust_webcam Bonne écoute !
2014-08-04T10:53:19+02:00lundi 11 août 2014|Entretiens|Commentaires fermés sur 45′ d’entretien sur Léviathan

À Angers ce week-end + Léviathan : La Chute dans le Nouvel Obs et ailleurs

Quelques informations multiples pour continuer à rattraper les actus tombées autour des fêtes… Plus quelques infos de dernière minute !

Dédicace à Angers

Je serai ce samedi en dédicace à l’excellente librairie Phénomène J d’Angers, en compagnie de David S. Khara (Le Projet Bleiberg) et Thomas Geha (La Guerre des Chiffonneurs). Rendez-vous à partir de 15h, 3 rue Montault, Angers ! Plus d’infos.

Supplément TV du Nouvel Obs

Un très bel article sur Léviathan : La Chute paru dans Le Nouvel Observateur – Télé Obs du 22 décembre dernier (attention, légers spoilers). Merci à Lisa Telfizian pour son enthousiasme envers la trilogie !

Cliquez pour agrandir

Revue de presse

J’expérimente avec une nouvelle façon de vous la proposer, mais j’espère avoir mieux bientôt, dès que je pourrai m’atteler à la nouvelle version du site. Merci à tous les chroniqueurs !

Léviathan : La Chute

Couv. Alexandre Fort

C’est un peu tard pour le signaler, mais le roman fait partie de la sélection de fin d’année d’ActuSF !
  • « La dernière fois que j’ai eu envie d’enchaîner sur une suite sans même lire autre chose c’était avec la série l’assassin royal de Robin Hobb. » (Wow !) – Une chronique de Fée de Passage à lire sur son blog.
  • « Ce livre m’a enchanté et j’espère bien qu’il en fera de même pour vous » – Une chronique de Pierre Faverolle à lire sur Black Novel.
  • « Lionel Davoust, pour sa première incursion dans le thriller, nous sert un premier tome de qualité, parfaite introduction à la suite du récit car, la dernière page tournée, on n’a qu’une envie : attaquer le tome 2 !!! » – Une chronique de mon camarade Joyeux Drille à lire sur son blog.

Ghost Stories vol. I

Couv. Jimmy Kerast

Anthologie dirigée par Thomas Riquet et Peggy van Peteghem aux éditions Asgard, où figure la nouvelle « Simbad » :
  • « Des textes dont nous retenons plus particulièrement les émouvants Trois des Jachères de Vincent Mondiot et Simbad de Lionel Davoust (superbe et original, sur le thème de l’âme des objets). » – Une chronique de Patryck Ficini à lire sur Les Vagabonds du Rêve.
  • « Que vous ayez une passion pour les fantômes ou pas, n’hésitez surtout pas à vous jeter sur l’anthologie « Ghost Stories I: Du crépuscule à minuit » qui ne pourra que vous plaire! » – Une chronique d’une Shopping Addicte à lire sur son blog.

Contes de Villes et de Fusées

Anthologie dirigée par Lucie Chenu aux éditions Ad Astra, où figure la nouvelle « Le Sang du large » :
  • Une chronique de Sylvain Fontaine à lire sur nooSFere.
2012-01-10T12:00:03+02:00mardi 10 janvier 2012|Actu|3 Commentaires

La douceur angevine

Illus. Caza

Indépendamment du plaisir que l’on a à faire des rencontres, un déplacement conserve un aspect professionnel : on est là pour passer un bon moment avec des gens sympathiques – sinon, il ne faut pas sortir de chez soi -, mais il convient aussi d’être disponible à tout moment pour le public – sinon, il ne faut pas sortir de chez soi non plus. C’est donc toute la qualité d’un événement que de savoir vous mettre à l’aise ; et puis il y a les événements rares, ceux qui non seulement vous mettent à l’aise, mais vous font vous sentir en vacances – plus que ça : ceux qui vous donnent l’impression d’être reçu en famille, la totale, de la chaleur omniprésente de vos hôtes à l’odeur des petits gâteaux qui cuisent au matin. ImaJ’nère fut de ceux-là. Installé dans une tour superbe et impressionnante, organisé par l’association du même nom et le bouquiniste Phénomène J qui est probablement la plus belle librairie d’occasion que j’aie jamais vue, avec non seulement des raretés en excellent état à prix abordable, mais tous les rayons du monde et au-delà, la convention fut un de ces événements où il se passe vraiment un truc. David Khara, Thomas Geha et moi avons passé un merveilleux moment, que ce soit pendant les journées ou la soirée mémorable qui a suivi. Merci à Jean-Hugues et Carmen pour leur accueil, leur humour et leur prévenance, à Sylvie, à Artikel, Justin, Patrice (j’espère n’oublier personne) pour leur accompagnement au fil de ces deux jours. Merci également à vous d’être venus ; ce fut l’occasion de revoir en chair et en os une foule de blogueurs et correspondants (salut à toi, Traqueur Stellaire). En plus d’un chargement de vieux bouquins de SF improbables, je repars aussi avec un kit de base de Metal Adventures sous le bras, le jeu de rôle de pîrates de l’espace créé par Arnaud Cuidet et que j’ai enfin pu rencontrer en vrai alors que nous avions travaillé tous les deux sur les projets d’Extraordinary Worlds Studio (Arkeos). Ça a l’air bien fun et bien conçu, j’espère pouvoir le faire jouer avant 2099 (en me l’appropriant avec une sauce Albator complètement assumée). C’était enfin pour moi l’occasion de découvrir un peu plus Angers et notamment son centre, vu que je n’en connais que le campus de l’université pour les trois jours de cours que j’y donne par an. C’est une très jolie ville, toute en blancheur, accueillante, aux nombreuses terrasses, et tout le monde est incroyablement sympa (et les filles sont magnifiques là aussi, mais je soupçonne que leur secret réside dans les compétences secrètes des coiffeurs angevins qui leur donne en permanence l’allure de pouvoir poser dans une pub pour l’Oréal, comme si elles avaient un ventilateur léger qui fait voler artistiquement leurs mèches même quand il n’y a pas un souffle de vent. Il y a de la magie – ou un usage créatif de l’antigravité – là-dessous). Il semble y faire vraiment bon vivre et ça donne envie de revenir s’y poser un peu.
2011-04-11T10:58:25+02:00lundi 11 avril 2011|Le monde du livre|5 Commentaires