La photo de la semaine : orques en maraude

Rencontre(s) incroyable(s) cette semaine. (Car j’avoue, je suis de retour en Islande pour quelques jours, uniquement pour aller les voir…)
Foraging orcas

Cliquez pour agrandir

2017-04-17T10:13:00+02:00vendredi 14 avril 2017|Photo|Commentaires fermés sur La photo de la semaine : orques en maraude

La prédation, c’est bon

Un petit retour sur l’affaire soulevée ici concernant une pudeur politiquement correcte et absurde sur la prédation en photo animalière – je ne visais pas tant, d’ailleurs, à parler de cette histoire parfaitement anecdotique qu’à élargir le débat sur la question en soi. Mais vu que la sujet a soulevé une longue discussion en commentaires, peut-être cela vaut-il le coup de mentionner qu’au terme d’une discussion sympathique et courtoise, la règle a été changée – et le comment intéressera peut-être l’auguste lectorat ici présent.
Red flamingoes

Internet (allégorie)

Le débat visait à éviter les photos de mauvais goût, notamment les animaux morts, puisqu’il s’agit de célébrer la nature dans toute sa beauté. Mais la prédation fait aussi partie de la beauté de la nature. Si une grenouille attrapant une mouche en plein vol forme une image belle et spectaculaire, on peut s’interroger sur la pertinence de présenter à tous les publics un lion à la gueule couverte de sang qui dévore les entrailles d’une gazelle. La solution proposée par plusieurs d’entre nous est revenue à une notion fondamentale de la photographie : le sujet. Quelle est l’histoire racontée par l’image ? Qu’essaie-t-elle de nous dire et sur quoi attire-t-elle l’attention ? Si j’ai un portrait de macareux avec trois poissons dans la gueule, il s’agit de mettre en avant un comportement intéressant et de célébrer la beauté de l’animal. Si je réalise une photo de hérisson écrasé en gros plan, on peut, heu… s’interroger sur ma santé mentale. En déterminant ce qu’une photo cherche à raconter, on comprend bien vite à qui elle s’adresse.
2015-05-25T21:41:49+02:00mercredi 27 mai 2015|Humeurs aqueuses|11 Commentaires

Cachez cette prédation que je ne saurais voir

Mon agacement du moment, c’est un détail, mais révélateur d’une tendance omniprésente de la société qui commence à me sortir de plus en plus par les yeux. Sur Flickr, entre autres activités parfaitement bénignes, il existe un groupe dédié à des compétitions amicales et informelles sur la photo animalière, auquel je participe quand j’ai une image qui convient au thème. Le groupe refuse les photos d’animaux malades, morts, en souffrance, etc. Cela me semble normal : il s’agit de célébrer la beauté de la nature. Toutefois, les administrateurs viennent d’étendre cette règle : elle concerne dorénavant les animals eating lunch – les animaux mangeant leur déjeuner – on constate en passant la haute précision éthologique de l’expression ; cela signifie-t-il que les animaux au dîner, sont acceptés… ? Au titre que la proie, eh bien, est en souffrance.
Puffin_with_sandeels

Cliquez pour agrandir

Je n’en peux plus de cette pudeur idiote, absurde et généralisée. La prédation fait partie de la nature, point. Plus que cela : le monde animal a développé quantité de stratégies fascinantes, diverses, incroyablement adaptées à une variété d’environnements afin d’assurer sa survie. Y voir une maltraitance relève de l’anthropomorphisme pur et simple avec option stupidité. Que certains dans l’espèce humaine désirent s’éloigner de la prédation pour leurs convictions personnelles, c’est tout à fait recevable, mais on parle ici de la nature1. L’image ci-contre, prise en milieu pleinement naturel et qui a d’ailleurs eu son petit succès, choque-t-elle donc les consciences ? Plutôt que de préoccuper de choquer lesdites consciences, j’ai quand même envie de m’interroger dans certains cas sur la façon dont on pourrait les rendre un peu moins molles. La baleine filtrant le krill se livre-t-elle un à un acte de maltraitance ? La méduse absorbant du plancton se livre-t-elle un à un acte de maltraitance ? L’araignée tissant sa toile est-elle animée de malveillance ? Une amie proche, lors d’un volontariat étendu en Antarctique, m’a un jour raconté que les touristes se montrent parfois horrifiés de voir des oiseaux poursuivre et dévorer des poussins de manchots restés seuls. « Pauvre petite bête ! Vous ne pouvez pas faire quelque chose ? C’est atroce ! » Les amis, c’est la nature. Le prédateur est lui aussi une pauvre petite bête, avec peut-être des jeunes à nourrir que vous trouveriez tout aussi mignons. Les animaux, ça mange. Vivez avec. Au lieu de projeter sans cesse, avec vanité, nos biais humains sur le monde, nous devrions nous efforcer de toujours mieux le découvrir, l’apprendre et l’accepter tel qu’il est, parce que c’est notre espèce qui se trouve hors de la nature, pas l’inverse. Et ce, pour le meilleur et pour le pire. (Si vous avez envie de râler vous aussi sur Flickr, ma gueulante d’origine est ici.)
  1. Excluons simplement les photos « faciles » prises lors des nourrissages des zoos, ou bien de lions avec le museau enfoui dans les entrailles fumantes des gnous, potentiellement un peu gores.
2015-05-06T13:10:26+02:00jeudi 7 mai 2015|Humeurs aqueuses|230 Commentaires