public

Accueil/"%s" public

Procrastination podcast S03E10 : « Retour des poditeurs 02 (Judgment Day) »

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « Retour des poditeurs 02 (Judgment Day)« .

Deuxième session de questions / réponses pour Procrastination, où Mélanie, Laurent et Lionel épluchent les commentaires et retours des poditeurs sur l’émission. Au programme :
– Une longue discussion sur l’autoédition, à partir d’une opinion différente proposée
– La rémunération des nouvelles, au pourcentage ou au forfait ?
– Comment ça, tous les auteurs ne sont pas des Rowling?
– Des dinosaures

Références citées
– Pour commenter ou poser des questions, le fil de la saison 3 du podcast sur Elbakin.net : http://www.elbakin.net/forum/viewtopic.php?id=9353&p=3
– Créer soi-même ses ebooks, par Jean-Claude Dunyach http://jean-claude.dunyach.pagesperso-orange.fr/Ebooks.html
– Pierre Grimbert
– Claire Brétecher
– Escales sur l’horizon, Serge Lehman (dir.)
– Genèses, Ayerdhal (dir.)
– Le brontësaure https://bronteblog.blogspot.com/2014/11/batman-vs-robotic-emily-bronte-saurus.html

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

tumblr_n7wj8rqhsm1qenqjeo1_1280     soundcloud_logo-svg     youtube_logo_2013-svg     rss-feed
Bonne écoute !

2019-05-04T18:45:52+02:00vendredi 1 février 2019|Procrastination podcast, Technique d'écriture|Commentaires fermés sur Procrastination podcast S03E10 : « Retour des poditeurs 02 (Judgment Day) »

Ignorer la précarité des auteurs conduira la langue française à disparaître

Image d’origine Gunnar Ries [CC BY-SA 2.0]

Ça va, tu es bien installé, auguste lectorat ? Déjà les vacances, ou en tout cas bientôt, avec le sapin, la détente, les cadeaux, tout ça ? Bon, c’est cool, parce que pour le dernier article sérieux de l’année avant la coupure annuelle, j’annonce, je vais te péter un peu le moral. Mais il faut, parce qu’il y a des idées qui me chatouillent depuis un moment, surtout à mesure que je voyage et vis de plus en plus souvent à l’étranger.

Rendons d’abord ce qui appartient à qui de droit à, heu… bref. Samantha Bailly (autrice et présidente de la Charte des auteurs jeunesse ainsi que de la Ligue des auteurs professionnels) disait l’autre jour :

Voilà voilà.

Pour résumer mon avis en deux mots (ou plutôt 280 caractères) :

Au bout d’un moment, il y a une équation simple. Si tu peux vivre de ton métier créatif, c’est parce que deux conditions se rencontrent :

  • Tu as assez de public pour générer du revenu
  • Le système te laisse le faire, voire t’y aide, mais dans tous les cas ne te pète pas les genoux à coups de barre à mine

J’aime assez combien on se glorifie de la francophonie, mais hélas, trois fois hélas, voyagez un peu et constatez combien cette belle illusion ne tient absolument pas dans les domaines de la culture populaire (dont l’imaginaire représente une part écrasante – coucou Star Wars, Marvel, Game of Thrones, Harry Potter etc.). La culture dominante, comme presque toujours, est de langue anglaise, et là-dedans, américaine. Je m’esbaudissais cette année de trouver Maurice Druon dans une petite librairie australienne en rayon fantasy (yeah), mais dire qu’il fait figure d’exception est un aimable euphémisme.

Coucou les pouvoirs publics, j’ai une putain de révélation qui va vous asseoir, accrochez-vous : les effectifs du public francophone n’ont aucune mesure avec le public anglophone. Ouais, je sais, c’est puissant, mais j’ai fait des études, c’est pour ça. Un public plus vaste entraîne mécaniquement un marché plus vaste et/ou plus rentable, et aussi davantage de moyens (où sont le Doctor Who, le Game of Thrones de la télé française ?). Donc, tu veux protéger ton marché culturel, tu l’aides un peu, ne serait-ce qu’en ne le matraquant pas avec des cotisations qui doublent du jour au lendemain ou en le laissant dans l’expectative quant aux changements de régime fiscal.

Il y a un truc capital à piger aujourd’hui : la mondialisation va dans les deux sens. C’est-à-dire, on reçoit la culture anglophone, mais évidemment, le public va aussi vers elle. Et mécaniquement, après, à la louche, vingt ans d’accessibilité du cinéma et de la télé sur les réseaux pirates (soit une génération), on constate une aisance toujours plus importante du public français avec la langue anglaise. L’attitude des années 90 « jamais je regarderai un film avec des sous-titres, c’est trop chiant » est devenu aujourd’hui « jamais je regarderai un film doublé, c’est trop naze ».

Ce qui veut dire que, mécaniquement, on sera de plus en plus nombreux à pouvoir écrire en anglais. On peut faire ce choix pour des raisons esthétiques, mais on peut aussi le faire pour des raisons économiques, parce qu’on en a marre du marché de niche et qu’on a un peu d’ambition pour la portée de son art (c’est pas forcément un mal, l’ambition). Quand je me suis mis un peu à la musique à côté, la langue de ma communication ne s’est pas posée un seul instant : c’était l’anglais, parce que, tu fais de l’électro et tu veux communiquer en français, HAHAHA, non, sérieusement ?

Je vais te le dire très clairement, auguste lectorat, et avec des gros mots : cet état de choses, ça me fait chier. J’ai parfaitement conscience que le dire n’y changera rien. Mais j’entends constamment des jeunes, y compris dans les cursus de traduction, m’expliquer que, quand même, l’anglais, c’est plus cool, on peut dire plus de trucs, c’est plus explicite (hint : absolument pas, mais c’est un autre débat) et que le français c’est ringard. Ça n’est pas nouveau, mais si on sape et démotive méthodiquement les auteurs, c’est l’assurance progressive de voir toutes les forces vives lâcher le français pour aller vers les terres plus vertes de la langue anglaise. Or : ce phénomène est déjà en cours. Encore une fois, je ne dis pas que tous les auteurs français qui ont fait le choix d’écrire en anglais le font pour ces raisons ; ce peut aussi être un choix esthétique. Mais la raison économique existe aussi, déjà, maintenant, la possibilité est réelle, et si on n’agit pas – genre en foutant la paix aux auteurs, juste, pour commencer –, c’est l’assurance d’accélérer encore la fuite des cerveaux.

Or une langue sans auteurs, c’est une langue morte. Aussi simple que ça. Le Québec l’a parfaitement compris, par exemple, en subventionnant son industrie littéraire pour lui permettre de résister et de faire vivre sa langue face à l’anglais. Avec un très beau succès, dirais-je en plus.

Pour ma part, il y a vingt ans, je me suis posé la question de la langue dans laquelle j’écrirais, étant à peu près capable de faire les deux, et j’ai opté pour le français. Un choix que je refais à peu près tous les cinq ans, résolument, parce que le français est une langue puissante, nuancée, évocatrice, créative, et qu’on peut lui faire faire des trucs de malade ; parce que j’ai aussi envie de croire en un imaginaire de langue française fort et fier capable d’offrir autre chose que les importations américaines, que c’est le pays où je suis né, et que bon, tout simplement, j’ai envie de lui être fidèle – ainsi, et ça n’est pas anodin, qu’à toi, auguste lectorat, qui me suis fidèlement. Mais je t’avoue qu’il y a certains jours où c’est plus difficile que d’autres de résister à l’envie de faire un gros fuck – en bon anglais dans le texte – à tous ces énarques.

Allez, j’arrête la diatribe ici, mais il est probable que je l’étudie plus en détail ; gardons cela dans un coin de notre tête, qui est ronde, alors où se trouve le coin… ? Bref, demain, c’est le message annuel de déconnexion, mais les bisous n’attendent pas le nombre des heures, alors, déjà, par anticipation : bisous.

2018-12-21T09:05:37+02:00jeudi 20 décembre 2018|Humeurs aqueuses|5 Commentaires

Une boule de cristal pour lire l’avenir du livre, (1) : le prix de l’intangible

Oyez, oyez, braves gens. (Ça marche mieux que ois, ois, auguste lectorat.) Oyez mes aventures fantastiques, car en vérité je vous le dis : je suis passé de l’autre côté du miroir. J’ai vu l’avenir du futur, et j’ai la réponse à toutes les questions que vous vous posez. Que deviendra le marché du livre ? J’ai mis un pied dans les terres qui s’étendent par-delà le présent, et je le sais.

Car il existe, auguste lectorat, brave gen, une réalité qui coexiste avec la nôtre, dont le développement fulgurant allié à une maîtrise technologique nécessaire nous révèle Ce Qui Sera. Ce domaine, c’est le jeu vidéo. Je la côtoie un peu de l’intérieur, et il est fascinant de constater combien il constitue, oui, tout à fait, une boule de cristal nous montrant ce qui peut se passer quand une industrie culturelle expérimente avec toutes les techniques de diffusion, distribution et expression sans grande régulation. Il est toujours périlleux de comparer les pommes et les oranges, c’est juste, mais si l’on s’interroge sur le sort des fruits, ça n’est pas complètement dénué de sens. Et l’industrie du jeu vidéo a moult leçons pour nous, tenants du prestigieux et antique domaine du mot écrit, héritage de Joe Gutenberg.

Ainsi, quelles sont les tendances qui se brossent dans le jeu vidéo qui ressemblent curieusement à une prédiction de l’avenir littéraire ? 

Plusieurs articles dans une série de longueur variable, pour mieux découper les choses et traiter des sujets convenablement un à un (ou deux à deux si le périmètre est plus réduit). Aujourd’hui, I give you…

Les soldes à outrance entraînent un vrai problème de perception des prix

C’est probablement le problème principal et, pour moi, le plus inquiétant. Que ce soit dans le jeu vidéo ou même dans celui des applications mobiles, la course à la baisse des tarifs a formé les utilisateurs à considérer qu’un produit dématérialisé valait une poignée d’euros. Dans le domaine du jeu, les soldes régulières et les bundles ont créé une véritable culture de l’accumulation à vil prix, au point que rares sont les jeux qui peuvent encore se vendre durablement à plusieurs dizaines d’euros. Car les joueurs sont nombreux à empiler des jeux récupérés pour trois fois rien auxquels ils n’ont pas le temps de jouer, donc pourquoi acheter une nouveauté au prix fort ?

Cette course à la ruine entraîne une conséquence délétère pour le marché et l’industrie : la dévaluation du produit aux yeux du public. Un livre ou jeu vidéo prend du temps et de l’argent à être conçu, produit, diffusé – mais c’est invisible. Les soldes à outrance brouillent la réelle valeur de ces produits qui sont, en plus, dématérialisés, ce qui rend d’autant plus difficile l’estimation de leur valeur réelle. Pourquoi paierais-je au prix fort un produit qui sera à -50% (ou encore moins) dans six mois ? Baladez-vous sur n’importe quel forum de Steam et frémissez du nombre de plaintes de joueurs qui trouvent que « 10$, c’est trop cher » (pour un jeu qui peut proposer des dizaines d’heures de divertissement, sur une machine qui a coûté un millier desdits dollars, à la louche – pour une machine de joueur). À force de se dévaluer systématiquement pour réaliser des ventes à court terme et recevoir un influx de cash, l’industrie du jeu s’est tiré une balle dans le pied ; c’est pourquoi de plus en plus de titres se sont tournés vers le free to play, les achats in-app (loot boxes, etc.) et que les applications de productivité se tournent vers l’abonnement – parce que l’achat ne suffit plus.

Les soldes monstres (plus de -50%) s’effectuent aussi, à présent, dans le domaine du livre électronique et je crains de voir le même motif se reproduire. Pour beaucoup de lecteurs, une nouveauté en numérique à plus de 10 euros reste une abomination, parce qu’il n’y a pas d’objet physique et que d’autres sont vendus à 1 euro – dès lors, comment justifier cette différence de prix ?

Le jeu vidéo souffre d’un gros problème d’affectation de sa valeur, et je vois le livre le suivre. 

C’est un problème pour deux raisons :

Déjà, il y a bien sûr la viabilité économique des acteurs ; comment faire vivre auteurs, éditeurs, libraires dans un domaine où les marges se compriment de plus en plus ? Et tous ces acteurs sont nécessaires ; l’éditeur prend en charge risque économique, fabrication, promotion, retravail du texte (voir l’épisode idoine de Procrastination) etc. ; le libraire connaît son public et sait promouvoir une œuvre auprès de ceux qu’elle peut intéresser, l’aidant à trouver son public et à vivre, etc. Il est difficile de justifier la vente d’une nouveauté en livre électronique à 10, 12, 15 euros – et pourtant, c’est fréquemment le prix nécessaire. 

Et au-delà, c’est la diversité culturelle qui est en jeu. Mécaniquement, dans une diffusion de masse, c’est le plus gros vendeur qui survit ; le plus gros vendeur est fréquemment le choix le moins risqué (faut-il brandir Hollywood comme exemple ?) et celui qui dispose du plus gros budget de communication. C’est celui qui peut s’en sortir avec les soldes, dont le chiffre d’affaires sera suffisant pour surnager avec la masse ; mais le jeu indépendant souffre énormément de ces pratiques (une des causes possibles du phénomène nommé Indiepocalypse). Les littératures de l’imaginaire avec leur réseau d’éditeurs et de librairies indépendants ont elles aussi beaucoup à perdre dans cette course au moins cher, et au final, les lecteurs aussi – car, plus encore dans le domaine des genres un peu expérimentaux que sont SF, fantasy et fantastique, c’est dans la prise de risque que se trouve la vivacité, et donc l’intérêt du marché. Un marché qui ne permet qu’aux grands vendeurs de vivre, c’est la mort de la créativité, de la prise de risque, et donc de l’intérêt. 

[…] je suis inquiète de la politique d’Amazon quant à l’affichage des livres qui tend à favoriser le prix le plus bas du marché. Je note auprès de cette enseigne un affaiblissement de nos ventes ; or c’est un canal de vente non-négligeable, compte tenu du public technophile des littératures de l’imaginaire. – Mireille Rivalland (L’Atalante), sur Elbakin.net

2018-02-27T09:23:15+02:00mardi 27 février 2018|Le monde du livre|12 Commentaires

Votez pour le prix Rosny Aîné 2017 !

Auguste lectorat ! Tous les ans, je te fais l’article, mais tu sais quoi ? Tous les ans, j’ai raison. Le prix Rosny Aîné est un prix du public qui vise à remarquer une nouvelle et un roman chaque année, et ce prix n’a évidemment de valeur que si tu (oui, toi) votes. Nul besoin d’avoir tout lu pour ce faire ; il suffit de faire partie, selon la belle expression de Roland C. Wagner, du « peuple de la SF » et de vouloir s’exprimer pour lui, afin que cette initiative soit la plus représentative possible.

Pour cela, une seule adresse : le site officiel du prix, où figurent les listes d’œuvres (on peut tout à fait signaler au secrétaire d’éventuels oublis). Date limite : le 7 mai.

Go go go !

2017-04-10T19:58:52+02:00mardi 11 avril 2017|Le monde du livre|1 Comment

Le vote du public pour le prix Exégète est lancé !

Auguste lectorat, je t’ai mentionné que j’ai l’insigne honneur cette année de parrainer le prix Exégète pour sa deuxième édition. J’en pense beaucoup de bien, déjà parce qu’il m’a été décerné, ce sont donc des gens de goût (eh, je ne vais pas dire le contraire) et aussi parce qu’il se fixe une mission noble et méritoire :

L’adage dit qu’en raison de la quantité de prix littéraires existants, il peut être plus difficile d’éviter d’en recevoir un que d’en être lauréat. Dans ces conditions, on peut s’interroger : pourquoi un prix tel que le Prix Exégète ? — organisé par un « blog » (mot à prononcer avec une légère intonation dubitative, comme il se doit), qui plus est ?

Parce qu’il est unique dans sa constitution, sa mission et son mode de décernement. Le prix Exégète veut récompenser la littérature qui allie la forme au fond : il place d’emblée sa mission au cœur des spécificités de l’imaginaire, c’est-à-dire des récits qui cherchent à divertir, à susciter un plaisir éhonté chez le lecteur, vibrant et épique ; mais sans oublier le questionnement sur l’humain, la société, sur la nature même du monde. Il allie dans son jury tous les maillons de la chaîne du livre : auteurs, libraires, commerçants, critiques… Mais aussi le public, à travers une consultation en ligne. Et enfin, La Faquinade, le « blog » organisateur du prix, a montré à travers ses deux ans d’existence, ses 43 000 visites, à quel points les « blogs », justement, et celui-là tout précisément, sont un vecteur primordial de passion littéraire, de pertinence critique et d’érudition qu’on ne trouve plus guère, à de très rares exceptions, dans la presse classique.

Recevoir le Prix Exégète en 2015 pour La Route de la Conquête a été pour moi un honneur, bien sûr, mais aussi une joie profonde, parce que la mission de ce prix et son implication dans la chaîne du livre correspondent exactement à l’idéal que je souhaite atteindre, dans les récits et au-dehors : allier tant que possible de bonnes histoires à des questionnements ouverts sur le monde, et le faire en pleine collaboration avec tous les professionnels de la littérature, de l’éditeur au libraire. Ainsi, de chaleureuses félicitations sont donc de rigueur pour tous les finalistes : nous sommes, vous êtes déjà tous merveilleusement distingués !

Ainsi, le public est appelé à s’exprimer, et le vote est ouvert à présent, pour un mois (jusqu’au 31 août). Pour choisir son œuvre préférée, c’est sur cette page !

Cliquez pour voter

Cliquez pour voter

2016-08-06T15:21:24+02:00mercredi 10 août 2016|Dernières nouvelles|4 Commentaires

Pourquoi faut-il voter pour le prix Rosny Aîné ?

rosnybgC’est à nouveau la période de l’année : les listes d’oeuvres éligibles au prix Rosny Aîné ont été publiées. Pour mémoire, c’est un prix récompensant les meilleures oeuvres francophones dans les catégories roman et nouvelle, plutôt dans le genre science-fiction, et il a la particularité d’être décerné par le public. Tout-e lecteur-rice peut voter pour ses favoris de l’année passée, et ce même sans avoir tout lu (c’est même fort probable). Et justement, pour que ce prix du public gagne toujours en force et fonctionne statistiquement, il faut un maximum de participants.

Surtout alors qu’une campagne visant à biaiser délibérément les prix Hugo (dont le fonctionnement est voisin) en faveur d’auteurs conservateurs, voire réactionnaires, se déroule actuellement aux États-Unis. Montrons la bonne santé de notre communauté en votant en masse sur la base de nos coups de coeur littéraires – surtout que, dans le cas présent, tout le monde peut participer. (Rien de nouveau pour les vieux lecteurs, c’est le discours que je tiens tous les ans, re-précisant très explicitement, tous les ans, qu’il ne s’agit pas d’une invitation à voter pour moi, mais pour ceux qui ont véritablement emporté votre adhésion en 2014).

Pour voter, c’est très simple, il suffit de jeter un oeil aux listes d’oeuvres repérées l’année passée (mais si votre poulain n’y est pas, rien ne vous empêche de compléter) et d’envoyer un petit mail. Le site du prix se trouve ici.

2015-04-21T09:44:23+02:00lundi 27 avril 2015|À ne pas manquer|33 Commentaires

Votez pour le prix Rosny Aîné 2014 !

rosnybgHop, c’est à nouveau le moment : les votes pour le prix Rosny Aîné 2014 sont ouverts. Pour mémoire, il s’agit d’un prix entièrement décerné par le public aux oeuvres de l’année passée relevant du genre science-fiction. Tout le monde peut voter très simplement au premier tour par mail, quand le second se déroulera à la 41e convention de SF, à Amiens.

Comme à chaque fois, je vous encourage vivement à faire entendre votre voix ; le nombre de participations témoigne de la vivacité de la littérature de genre en France, et c’est l’une des rares occasions où le public exprime directement son avis. Nul besoin d’avoir tout lu ; c’est un prix du public donc, de manière inhérente, vous exprimez vos goûts.

Pour voir les listes d’oeuvres éligibles (mais il est tout à fait possible de voter pour des titres qui n’y figurent pas), rendez-vous sur le site. Votez ! Pas demain, pas dans une semaine, car vous aurez autre chose à faire : maintenant !

2014-03-17T11:23:58+02:00lundi 17 mars 2014|À ne pas manquer|Commentaires fermés sur Votez pour le prix Rosny Aîné 2014 !