Quand on parle Norvégien, on voit le soleil

Photo Jordan Wozniak

Quand on parle du loup, on en voit la queue.

Mais que se passe-t-il si la culture qui s’exprime ne connaît pas le concept de loup ? (Ou de queue ? Genre, tous leurs chats sont des chats Manx.) Des expressions de ce genre, on en utilise tous les jours, sans y réfléchir, et la questions sus-posée n’arrête guère grand-monde sous nos latitudes, mais… 

… si vous écrivez de l’imaginaire, la question devient tout de suite plus prégnante (on l’a abordée dans le dernier épisode de Procrastination). Le concept sous-jacent de l’expression – évoquer une chose l’incite à apparaître – traduit une vision magique du monde à la fois très profonde et très humaine. Mais comme dira-t-on à Narnia, sur Tatouine, sur Vulcain ? (Pas sur Vulcain. Supposer un lien de cause à effet entre l’expression d’une notion et sa concrétisation est hautement illogique à moins d’entraîner une pensée construite visant à sa réalisation, voyons.) Et dans votre monde ?

Pas besoin d’aller culturellement très loin pour déjà trouver un exemple de la chose. L’anglais parle… du diable, ce qui est déjà fort éloquent.

En Norvège, on dit :

Source

… ce qui traduit de manière passionnante, en une toute petite phrase, toute une vision du monde. Peu importe le loup qui hantait l’inconscient français jadis ; peu importe le diable de la langue anglaise ; ici, ce qui s’évade, ce qui apparaît un peu quand il veut, et qui se trouve suffisamment important pour qu’on en fasse une expression, c’est… le soleil.

(J’imagine que le proverbe marche aussi en Bretagne, du coup.)

2019-07-01T07:31:34+02:00mercredi 3 juillet 2019|Expériences en temps réel|3 Commentaires

Restons en contact !

Recevez par courriel actualités et articles
DEUX ENVOIS / MOIS MAXIMUM
OK
Désinscription facile à tout moment
close-link
Cliquez-moi