Les éditions Multivers arrêtent leurs activités (communiqué détaillé)

Beaucoup de tristesse de voir les éditions Multivers, nées de la volonté d’offrir aux auteurs de livres qui n’étaient plus exploités (et qui pouvaient donc tomber dans les griffes du monstre ReLIRE) une deuxième maison et de les refaire connaître auprès des lecteurs. On ne peut que tirer son chapeau à toute l’équipe pour avoir proposé une autre voie à la monstruosité étatique qu’était ReLIRE, pour avoir stimulé chez les lecteurs et auteurs la conscience qu’il était possible de donner une autre vie aux œuvres par le numérique, et, surtout, pour s’être battus sans compter pour la faire connaître. Avec la transparence qui caractérisait la maison, Jean-Claude Dunyach propose maintenant un bilan détaillé de l’aventure qui jette un éclairage éloquent, peut-être inquiétant, sur le marché du livre actuel. Merci à l’équipe de Multivers pour tout son travail et pour la générosité que représente ce partage de leur expérience.
Nous avons essayé. Nous n’avons pas réussi. Nous arrêtons.

1.      RAPPEL DES FAITS

Bref rappel historique : lors des Utopiales de 2013, nous avons annoncé la création de l’ASBL Multivers, en réaction au projet étatique ReLire, de sinistre mémoire. L’objectif était « la promotion de la lecture et de l’édition dans le cadre d’un écosystème du livre équitable ». Nous avons donc contacté des auteurs de l’Imaginaire et republié en numérique un certain nombre d’ouvrages dits indisponibles. C’étaient des ouvrages déjà parus au format papier, mais devenus introuvables en raison de la politique éditoriale de la collection où ils avaient été publiés. Rien d’étonnant à cela. Les livres papier ont une durée de vie limitée, une présence en librairie de quelques semaines à peine, quelques mois pour les plus chanceux. Au bout d’un certain temps, ils disparaissent des catalogues, les stocks sont pilonnés. Parfois, les collections elles-mêmes meurent… Grâce au numérique, nous leur avons permis d’être à nouveau disponibles pour ceux qui avaient envie de les découvrir, ou parfois de les relire. C’était notre objectif : le faire, pour montrer que c’était possible, et le faire savoir, pour donner envie aux auteurs de se prendre en main et de faire comme nous. Ou de négocier avec leurs éditeurs des contrats numériques qui ne soient pas des arnaques. Et cela évitait aussi à des livres qui n’avaient rien demandé de se retrouver offerts à tous les vents dans la base de données ReLire. Cette partie-là du travail a été faite, et bien faite. Nos livres numériques existent, on les trouve facilement et leur qualité est reconnue. Beaucoup d’éditeurs de l’Imaginaire offrent désormais des contrats numériques sérieux, avec une base de droits à 25 % au minimum (en dessous de ce pourcentage, ne signez rien, c’est un conseil !). Et ReLire est mort ignominieusement sous les coups de quelques trublions comme Ayerdhal, Sara Doke et consorts. Tous membres fondateurs de Multivers.

2.      POURQUOI NOUS ARRÊTONS

La réponse est simple : financièrement, Multivers n’a jamais marché. Notre objectif financier était de dégager le plus rapidement possible un bénéfice d’un demi-salaire minimum afin de pouvoir rétribuer la création de livres numériques – ce qui veut dire payer le codeur qui fabrique le livre, l’illustrateur qui fait la couverture. Cela seul pouvait assurer la pérennité de l’activité de publication. C’était indispensable. Quatre ans plus tard, avec un catalogue de 81 livres signés de 55 auteurs, nous sommes très loin de cet objectif. Nos rentrées mensuelles sont de l’ordre d’une centaine d’euros. Pas plus. Outre le fait que nous n’avons souvent que des centimes à verser à nos auteurs, il ne nous est plus possible de continuer à travailler professionnellement sans payer ceux qui travaillent (et c’est un vrai boulot technique, qui demande du temps). Nous devons malheureusement constater que nos livres n’attirent pas les lecteurs. Nous espérions, naïvement sans doute, que le lectorat de l’imaginaire s’intéresserait aux livres plus anciens des auteurs de nos différents genres. Ce n’est pas le cas, à de trop rares exceptions près. L’offre actuelle de nouveaux ouvrages est si abondante qu’elle suffit à combler tout le monde, ou presque. Plonger dans le passé est un luxe dont plus personne ne voit l’utilité. Bien sûr, le fait que ReLire n’existe plus a réduit la nécessité de faire ce que nous faisions. Mais soyons honnêtes : nous aurions continué si ça avait marché, commercialement parlant. Ce n’est pas le cas, donc nous arrêtons.

3.      QUE VA-T-IL SE PASSER ?

À présent que la décision d’arrêter a été actée par Multivers, nous avons plusieurs choses à faire…

3.1       LA PROCÉDURE ADMINISTRATIVE

Il va falloir mettre un terme à l’ASBL (il faut une assemblée générale) et remplir divers documents administratifs. Cela n’est pas difficile, juste long et fastidieux. Il s’écoulera encore plusieurs mois avant que l’association Multivers cesse définitivement d’exister. Mais, dès à présent, elle se met en sommeil et suspend à jamais ses publications. Nous lançons également l’arrêt de la commercialisation de nos ouvrages à partir du 1er janvier 2018.

3.2       L’AVENIR DE NOS OUVRAGES

Nos livres sont en vente sur les grandes plateformes du commerce. Ils cesseront d’être commercialisés à la fin 2017. Les droits afférents sont bien entendu rendus aux auteurs, qui pourront exploiter leur(s) ouvrage(s) à leur convenance, en les distribuant eux-mêmes s’ils en ont envie (nous essayerons de les aider) ou en les faisant rééditer par leur éditeur préféré. Nous ferons bien évidemment une reddition finale des ventes de chaque ouvrage depuis le début et nous verserons la quote-part des ventes prévue dans notre contrat. Mais ne vous attendez pas à grand-chose, amis auteurs…

3.3       LE BILAN FINAL

Nous l’avions promis lors de l’annonce, nous allons rédiger un bilan complet, chiffré, de nos activités. Nous nous efforcerons de dégager les principales leçons que nous aurons apprises, souvent à la dure. Il sera publié quand Multivers n’existera plus, pratiquement et administrativement, c’est-à-dire dans quelques mois. D’ici là, nous allons nous concentrer sur l’héritage que nous laissons.

4.      DES ADIEUX À JAMAIS

Enfin, faire ses adieux, c’est aussi l’occasion de remercier tous ceux qui nous ont aidés, lors de la création de Multivers ou plus tard, en relayant nos messages, en achetant nos livres, ou en nous soutenant de bien des façons. Nous n’aurions jamais pu aller aussi loin sans vous. Enfin, rappelons qu’un grand monsieur était à l’origine de cette idée. Il s’appelle Ayerdhal, il n’est plus là pour signer ce message, mais rien de ce que nous avons accompli n’aurait existé sans lui. Je vous poutoune, au nom de l’équipe de Multivers. Jean-Claude Dunyach
2017-09-26T10:44:26+02:00mercredi 27 septembre 2017|Le monde du livre|4 Commentaires

ReLIRE aux oubliettes

Les dirigeants de ReLIRE, incapables de comprendre le problème.

Les dirigeants de ReLIRE, incapables de comprendre le problème.

Yatta ! Comme j’en ai parlé à plusieurs reprises, auguste lectorat, impossible de ne pas réjouir – enfin – de la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne qui vient, purement et simplement, de coller une balle dans la nuque du projet léonin ReLIRE, dont se gargarisaient scandaleusement les pouvoirs publics et qui a coûté une somme honteuse au contribuable. Rappel rapide des faits : il s’agissait avec ReLIRE d’autoriser – sans l’accord préalable de l’auteur – la réédition de livres indisponibles au bénéfice, pour moitié, des éditeurs qui les avaient laissés s’épuiser. L’auteur touchait certes 50% des bénéfices, mais devait s’opposer volontairement à l’exploitation de son travail s’il ne désirait pas entrer dans le dispositif (principe de l’opt-out), par ailleurs entaché d’un nombre d’erreurs dans sa base de données qui défonçait carrément toutes les limites de l’incompétence. En gros, s’il ne surveillait pas attentivement le registre chaque année, son travail se trouvait exploité sans son accord explicite – et prouver qu’il était bien l’auteur tenait du parcours du combattant. (Résumé plus détaillé ici.) Grâce au combat mené par Sara Doke et notre immensément regretté camarade Yal Ayerdhal, avec la compétence pointue de Me Franck Macrez, la CJUE a statué : le droit moral est souverain, et l’auteur seul peut entendre disposer de son travail – qui lui appartient ; ce siècle exige-t-il tant qu’on le rappelle ? À titre personnel, je me réjouis avec une joie carrément sauvage de cette victoire et n’adresse que mépris à toutes les huiles guidées par la paresse qui crurent un jour bon d’exproprier les auteurs de leur propre travail. Et, comme le signale Sara dans cet excellent entretien donné à Actualitté, on peut s’interroger que les sociétés d’auteurs ne s’en réjouissent pas davantage, à l’exception du SELF. Plus d’informations sur la décision et le dossier, voir cet article qui récapitule l’ensemble des décisions. Merci à tous les combattants qui ont défendu ces droits pourtant fondamentaux et inscrits de longue date dans les conventions internationales.
2016-11-21T18:08:50+02:00mardi 22 novembre 2016|Le monde du livre|Commentaires fermés sur ReLIRE aux oubliettes

L’Europe considère le registre ReLIRE (livres indisponibles) comme illégal

cookie-bunny-thief

Le ministère de la Culture après les décisions de l’avocat général (allégorie)

Okay, on est lundi et normalement c’était la suite du commentaire des règles de Robert Heinlein, mais la nouvelle n’attend pas (l’article d’aujourd’hui passera demain). Le registre ReLIRE, une monstruosité soviétique telle que seul l’État français sait encore en inventer, a été déclaré illégal par l’avocat général à l’échelon européen. Il reste que la Cour de Justice de l’Union Européenne doit encore rendre son jugement, mais elle suit très souvent les conclusions de son avocat. Rappel : qu’est-ce que ReLIRE ? Un pillage en règle organisé par l’État et lancé avec l’argent du contribuable malgré les avertissements lancés par quelques collectifs, dont le Syndicat des Écrivains de Langue Française, ce qui a conduit à une initiative principalement lancée par Ayerdhal et Sara Doke. Avec le dispositif ReLIRE, les livres épuisés au XXe siècle pouvaient être réédités sans l’accord de leur auteur, lequel devait, pour s’y opposer, surveiller un registre tous les ans et signifier son refus (système d’opt-out). Ce qui va bafouer les droits des auteurs les plus élémentaires, à savoir : leur travail leur appartient et eux seuls peuvent décider ce qu’on en fait. (Voir cet article pour plus de détails.) Le dispositif ReLIRE n’est donc pas mort et enterré, mais il a subi une blessure mortelle, et, si ce n’est pas encore fini, je danse sauvagement sur son corps. (Le verdict final de la Cour sera connu cet automne, et ensuite notre Conseil d’État devra statuer.) Il est terrible et exaspérant qu’il ait fallu tant de procédures pour qu’une notion simple et inscrite dans la loi, le droit de l’auteur sur son propre travail, soit reconnue. Et prodigieusement scandaleux que des millions d’euros aient déjà été engagés, avec une incompétence proprement ahurissante (livres étrangers ou du XXIe siècle entrés dans la base, erreurs de couvertures, formalités humiliantes pour se retirer du dispositif, etc.). Merci à tou.te.s les combattant.e.s (SELF, ADA(LR), Nitchevo Factory et Léa Silhol, Christian Vilá, Franck Macrez, j’en oublie tant…), à M. l’avocat général Melchior Watelet pour son intelligence et sa raison, avec une pensée émue et toute particulière pour Ayerdhal et ses combats continuels pour défendre les droits des auteurs. Pour aller plus loin : deux articles d’Actualitté, l’excellent (et bien plus détaillé) debriefing de Léa Silhol, et les conclusions de l’avocat général, dans le texte.
2016-07-11T10:14:52+02:00lundi 11 juillet 2016|Le monde du livre|7 Commentaires

Pourquoi sommes-nous contre ReLIRE ?

On sait super bien compter, à la BNF.

On sait super bien compter, à la BNF.

En voyant diverses réactions pas forcément bien informées ici et là, il me paraît important de rappeler, de façon très résumée, pourquoi les auteurs du SELF et du Droit du Serf (entre autres) s’opposent au registre ReLIRE. Tout d’abord, qu’est-ce que ReLIRE ? Ce registre vise à numériser des œuvres littéraires publiées au XXe siècle et devenues indisponibles faute d’édition, puis à les diffuser de manière marchande. Pourquoi y sommes-nous opposés ?  Plusieurs raisons, mais la première et la plus simple : parce qu’on ne nous demande pas notre avis. L’État décide des œuvres qu’il veut ainsi diffuser, et c’est à l’auteur de signaler son refus, moyennant
  • La surveillance d’une base de données sur son propre temps (il n’est pas prévenu des intentions publiques) ;
  • Une procédure longue et infamante (il lui faut prouver qu’il est l’auteur de ses propres livres !)
C’est une expropriation pure et simple. Nous disposons des droits sur le fruit de notre travail, c’est à nous qu’on doit demander l’autorisation, pas l’inverse ; or l’État entend en disposer comme il le souhaite, dans le plus pur mépris de la personne. Dans le même genre, le registre Google Books, vivement combattu par l’édition française il y a quelques années, semblait plus civilisé… Mais à l’époque, ces lobbies qui aujourd’hui imposent ReLIRE brandissaient le droit d’auteur comme rempart, pour inverser totalement le discours à présent qu’ils ont la certitude que l’argent tombera dans leur poche et pas celle de Google. Deuxième raison : l’éditeur d’origine est rémunéré par les ventes à parts égales avec l’auteur, ce qui est un comble, puisque si l’oeuvre est indisponible, c’est justement que l’éditeur d’origine a laissé l’oeuvre s’épuiser – donc qu’il a abandonné toute exploitation commerciale. Ce qui est parfaitement compréhensible – mais dans ce cas, pourquoi est-il à nouveau rémunéré ? Il a choisi d’abdiquer son travail d’exploitation. D’autre part, l’auteur n’a pas son mot à dire sur le prix d’exploitation de sa propre oeuvre par l’État ! Troisième raison : la loi méconnaît (et piétine) la nature de la culture et de l’art, contrevenant de manière flagrante à la convention internationale de Berne, dont la France est pourtant signataire. Une oeuvre de l’esprit est par nature immatérielle ; elle ne peut pas être inféodée à une fixation sur un support matériel (cela signifie, en substance, qu’on ne fait pas de différence entre le fait que j’imprime un livre sur du papier, produis un fichier, ou fais une lecture publique : c’est la même oeuvre, ce qui relève du bon sens). Or, ReLIRE se focalise sur la première édition papier (et se trompe tout le temps sur le périmètre, voir l’image en illustration), ce qui est totalement opposé à un principe que la France a signé depuis… 1886 (date de la convention de Berne). Cela a pour conséquence fâcheuse de nuire très sévèrement à une reprise commerciale par un éditeur équitable, ou même à la diffusion libre par l’auteur lui-même. C’est un véritable hold-up public, qui ne va pas dans votre intérêt, les lecteurs. Quatrième raison, qui vous concerne encore plus directement, amis lecteurs : les exigences de correction des fichiers numérisés sont ridicules (on va se retrouver avec des bouquins truffés de coquilles) et il est plus que probable qu’ils seront verrouillés par DRM (pour une initiative publique, c’est gonflé). Je passe sur les détails, comme les limites chronologiques non respectées, le financement ubuesque, la concurrence déloyale, le caviardage des pages Wikipédia dédiées au projet… Il s’agit seulement d’un rapide résumé pour ceux qui découvrent le dossier. Pour en savoir plus : voir les sites du SELF et du Droit du Serf. (J’aurais bien fait une BD, mais c’est à peine si je sais dessiner un bonhomme bâton.)
2014-08-30T18:30:15+02:00jeudi 6 mars 2014|Best Of, Le monde du livre|7 Commentaires

Expériences en temps réel, bilan 2013

make-money-bloggingAlors, ça y est ? La dinde est dans le four, tonton Alphonse est installé avec un verre de rouge et raconte des blagues graveleuses, mamie Gertrude ponctue la conversation de vibrants « oh là là » ? Oh là là. La fin de l’année, c’est toujours la tradition des bilans, et ce lieu de perdition bizarre ne fait pas exception, relatif à ce lieu de perdition bizarre.

Question littérature…

lachute-pointsCe fut une année plutôt bien active. En résumé, si vous avez raté une info (j’ai entendu dire « Quoi, le troisième Léviathan est sorti ? Mais quand ? Comment ça se fait que je l’aie raté ? » Eh bien, je ne sais pas, mais du coup, peut-être un récapitulatif s’impose-t-il – au fait, la newsletter reste le moyen le plus sûr de se tenir au courant), voici un rapide tour d’horizon :

… et pour 2014 :

  • Cela s’annonce comme une année de nouvelles. Je participe à de chouettes anthologies à paraître dont je parlerai le moment venu, mais aussi, je travaille sur La Route de la Conquête, le nouvel opus d’Evanégyre, à paraître en août chez Critic.
  • Sylvie Miller et moi codirigeons à nouveau l’anthologie des Imaginales. Non, on ne peut pas encore vous dire le thème. Mais ça va être awesome, hé hé.
  • Il y a d’autres trucs en préparation. Il y a toujours d’autres trucs en préparation. Mais c’est trop tôt pour en parler.

Blogging1-1024x768Question site et blog…

  • Au total : environ 70 000 lectures uniques sur l’année, soit 5800 par mois en moyenne. C’est en progression et surtout plus stable qu’en 2012, ce qui était mon but : m’efforcer d’être plus cohérent, tout en continuant à me faire plaisir (ce qui est, je le rappelle, la raison d’être première de cet endroit bizarre).
  • J’ai réussi toute l’année à proposer quelque chose de nouveau tous les jours ouvrables (chronique, photo, etc.) Une fois l’habitude prise d’alterner mises à jour courtes et articles plus substantiels, ça se passe assez bien. Donc je continue.
  • Le site a changé d’hébergeur en milieu d’année pour aller chez Mistic. Après quelques permiers hoquets, ça marche cent fois mieux ; que Marcel, chef d’orchestre, soit remercié pour ses efforts et sa disponibilité. Si vous cherchez un endroit où héberger votre site, n’hésitez pas à faire vivre une petite boîte familiale plutôt qu’une grosse machine !
  • Je suis de retour sur Google+, sans vraie conviction je dois avouer, mais c’est ici.
  • Le profil Flickr commence à se nourrir doucement. C’est là.
  • J’ai timidement commencé à remplir les pages univers, depuis le temps que je le promets. Mais je rame. Je réfléchis encore à ce que doit proposer un tel portail, tout en évitant de me coincer en donnant des infos sur lesquelles je voudrais revenir par la suite. (Je considère que tout ce qui est publié dans un récit devient « canonique » et ne peut être corrigé par la suite. Mais tout ce qui l’entoure est toujours sujet à ajustement potentiel ; si je me mets à dévoiler ça aussi, j’ai peur de me coincer.)

Best-of 2013

Okay, auguste lectorat, qu’est-ce qui t’a le plus plu cette année question articles de blog ? Bon, OK, j’en retiens, comme tous les ans, que tu viens ici pour lire des articles sur de la littérature et le monde du livre. Message reçu – ce serait bien que j’en fasse davantage, même si je continuerai à poster du lol. Parce que.

Sauvetage au rattrapage

motivatorQu’est-ce qui me semble être passé un peu inaperçu et que je pourrais t’inviter à rééxaminer, auguste lectorat ?
  • Principalement la série Productivété, sur l’organisation du travail, de cet été, qui était peut-être un peu trop dense pour un sujet estival (après tout, c’étaient les vacances pour la plupart des gens normalement constitués).
  • Le diptyque sur l’objectivité dans la critique de fiction (part ouane, part deux)
  • La BNF caviarderait-elle Wikipédia ? (Juste pour en remettre une couche sur ReLIRE)
Bon, c’est déjà pas mal. Allez, on débranche pour la journée. Bon réveillon ! Joyeuses fêtes ! Ho ho ho ! Oh là là ! Alors c’est l’histoire d’une gonzesse qui…
2013-12-24T12:24:52+02:00mardi 24 décembre 2013|Journal|6 Commentaires

Communiqué : naissance des éditions Multivers

multivers_EditionsDevant les multiples scandales comme ReLire, les conditions parfois abusives des avenants numériques autour du livre, un nouveau collectif d’édition s’est formé : les éditions Multivers, dont voici le communiqué de naissance. Le but est de proposer un modèle d’édition équitable où, notamment, l’auteur ne se verrait pas dépossédé abusivement de ses droits, comme dans le cas de ReLire.
L’idée de créer une association pour aider les auteurs face à l’arrivée du numérique date déjà de quelques années… La situation a évolué très vite dans ce domaine, ce qui était encore balbutiant il y a deux ans est désormais une partie du paysage littéraire, une partie en croissance forte qui provoque de nombreuses réactions. Y compris des initiatives que nous qualifieront pudiquement de dangereusement connes et irresponsables, comme ReLire. Face à cela, l’auteur est désarmé, alors qu’il pourrait profiter des nouvelles opportunités offertes par le numérique. Il est désarmé car ses droits numériques, qu’il possède en principe pour les livres publiés avant 2000, sont revendiqués par les éditeurs, de façon plus ou moins agressive, voire même attaqués par ReLire. Il est également désarmé car fabriquer un livre numérique et le mettre soi-même en vente n’est pas tout à fait évident. Il est également désarmé car la visibilité numérique d’un livre est quelque chose qui ne s’improvise pas. C’est pour ces raisons que nous avons créé en Octobre l’ASBL Multivers, qui a pour but la promotion de la lecture et de l’édition dans le cadre d’un écosystème du livre équitable. C’est une Association Sans But Lucratif, formée pour l’essentiel de bénévoles. Nous sommes presque tous ici, pour ce lancement officiel aux Utopiales : Sara Doke, Emmanuel Gob, Ayerdhal, Cécile et Pierre Ramaekers, David Queffelec, Alexandre Girardot, Diane Cairne et Jean-Claude Dunyach. Nous avons donc contacté de nombreux auteurs, de l’imaginaire, du polar, de la jeunesse, etc., en leur proposant de rééditer en numérique les livres dont ils possédaient les droits, avec un contrat équilibré et des prix de vente abordables. Nous avons déjà plus de vingt auteurs qui ont accepté, des gens comme Andrevon, Grenier, Canal, Wintrebert, Gudule, Houssin, le Bussy. Ca représente déjà plus d’une centaine de livres en préparation. On prévoit une première série d’ouvrages pour Noël et un rythme de publication en 2014 de plus de 40 ouvrages. Sans DRM, cela va sans dire. Précisons bien : nous publierons uniquement des rééditions, nous n’acceptons pas de manuscrits inédits. Nous voulons rendre disponible un fond important d’œuvres de toute sorte, à des prix bas, afin de leur permettre de retrouver un public qu’elles n’auraient jamais dû perdre. S’il y a des auteurs dans la salle intéressés par ce que nous préparons, venez nous parler ! Nous souhaitons aussi étudier un système équitable d’édition et de distribution de livres numériques, à notre petit niveau. Dans la jungle de l’écosystème actuel, rempli de systèmes agressifs et fermés, nous allons prendre un peu de temps pour essayer d’autres voies, créer notre propre site, avant de nous ouvrir à l’ensemble des plateformes de vente. Nous ferons un point sur nos expériences et nos idées l’année prochaine, aux Utopiales. Et d’ici là, nous espérons que vous aurez eu envie de venir jeter un coup d’œil aux ouvrages que nous aurons publiés dans les mois qui viennent.
Des développements et informations complémentaires sur cet article d’ActuaLitté.
2013-11-05T17:54:19+02:00lundi 11 novembre 2013|Le monde du livre|Commentaires fermés sur Communiqué : naissance des éditions Multivers

Comment l’Etat se torche avec le droit d’auteur

la-rage-7

Image reprise de cette page.

Oui, il y a une vulgarité particulière, relativement inhabituelle, dans le titre de ce billet. Mais les mots sont dûment pesés. Il y a trois mois, sur la gabegie ReLIRE, je titrais « l’État légalise le piratage, mais que le sien, faut pas déconner » en me disant : « mec, c’est la réalité de la situation, mais tu y vas peut-être un peu fort ». Mais le courrier reçu par une consoeur, en réponse à une requête, dépasse les limites de l’absurdité et de l’indécence. Je vous résume l’histoire. Notre consoeur (appelons-la A.) remarque un texte court d’un auteur de ses amies dans la base ReLIRE, figurant initialement au sommaire d’une anthologie parue avant 2001 – donc, tombant théoriquement sous la coupe de l’inique loi. Depuis, le texte en question est reparu dans une version augmentée. Il s’agit donc d’un texte disponible, donc ne devant pas tomber sous le coup de la loi. Simple, non ? A. le signale comme une incorrection à la base. La réponse laisse sans voix (gras de ma part) :
Nous avons bien reçu votre signalement de disponibilité n°XXXX concernant [l’anthologie d’origine]. Cette demande ne peut être validée, car la disponibilité d’une seule nouvelle de ce recueil n’a pas d’incidence sur le statut du recueil, qui est actuellement indisponible dans le commerce. [Suivent les formalités d’usage pour s’opposer à la gestion collective]
A. précise qu’elle a trouvé ce texte parce qu’elle avait cherché le titre de l’anthologie, rien n’apparaissant au nom de l’auteur concerné (encore une belle façon se faire entourlouper sans s’en rendre compte). Cela confirme que des textes peuvent entrer en gestion collective et être numérisés, même s’ils ont été réédités par ailleurs, même si cette numérisation risquerait de faire une concurrence déloyale au nouveau livre. C’est plus qu’un braquage, là, c’est carrément un braquage assorti d’un majeur brandi bien haut avec le sourire. L’auteur, en principe souverain sur son oeuvre (c’est le principe fondamental du droit moral), est le seul à pouvoir décider où et quand elle se trouve exploitée. À présent, non seulement l’État peut se l’approprier si elle a le malheur d’avoir été publiée avant 2001, mais en plus, il tortille avec sa propre notion d’indisponibilité en s’attachant non pas au texte en lui-même (l’oeuvre) mais son support (ce qui est en parfaite violation avec toutes les législations, y compris la convention de Berne, dont la France est signataire). Édifiant, non ? Heureusement, la résistance s’organise. La Nitchevo Squad relaie les actualités, contresens, recense les auteurs floués et autres actions, à travers un effort collectif de belle envergure – merci à eux. Et, joie, le collectif le Droit du Serf a déposé un recours pour Excès de Pouvoir contre le décret, recours validé par le Conseil d’État (article entier) :
Cette requête porte sur les multiples violations de la loi que compte le décret, contraire à la Convention de Berne, au Traité de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), au droit de l’Union européenne, ainsi qu’à la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Il n’est en outre pas conforme à la loi du 1er mars 2012 (sic).
On notera avec amusement que le décret d’application n’est même pas conforme à la loi qu’il est censé faire appliquer. Au-delà de la fureur que suscite ce bafouement, ce vol d’État, je déplore profondément le fait que cette loi absurde, bancale et léonine ne fasse que dégrader encore davantage les relations entre acteurs de la chaîne du livre, notamment celles entre auteurs et le milieu éditorial, déjà bien tendues par la contraction du marché et l’arrivée du livre électronique. Ce n’est pas comme si le livre avait besoin de se tirer, en plus, une balle dans le pied. Bravo, technocrates, bravo pour votre myopie, votre cupidité, votre ignorance et votre abyssale stupidité. Bravo pour vos séances d’autocongratulation, bravo pour vos rires légers échangés dans des salons à boiseries, bravo pour vos cocktails tièdes et vos discours interminables : vous faites tout ce qu’il faut pour faire couler le bateau collectif tout en vous félicitant de votre culture et de votre finesse. Mais je vais vous dire : vous ne savez rien. Vous ne connaissez du monde que ce qu’on vous en a dit. Vous n’aimez de lui que ce qu’on vous a désigné. Mais il y aura toujours des opposants pour vous contester avec intelligence, pour douter avec raison, il y aura toujours un espace qui ne vous appartiendra pas : l’esprit. Si vous lisiez des livres, comme vous prétendez vous en gargariser, vous le sauriez, car il en est le terrain privilégié. (Heureusement qu’il y a de vrais éditeurs, qui bossent et défendent les intérêts de leurs auteurs. Gloire leur soit rendue, car, sans eux, il n’y aurait plus qu’à fermer boutique – peut-être même à l’aide d’une corde et d’une solive.) Pour mémoire, il est toujours possible de signer la pétition lancée par le Droit du Serf contre la loi ici.
2013-06-27T10:07:53+02:00jeudi 27 juin 2013|Le monde du livre|12 Commentaires

Restons en contact !

Recevez par courriel actualités et articles
DEUX ENVOIS / MOIS MAXIMUM
OK
Désinscription facile à tout moment
close-link
Cliquez-moi