Toujours présent en ligne, mais différemment : voici comment

D’abord.

Encore d’immenses, immenses mercis pour vos messages, emojis, GIFs, photos marines envoyées par centaines (not kidding) hier. Vous êtes juste… incroyables. Merci pour votre bonté, le temps que vous avez pris pour m’envoyer votre soutien, pour trouver des images rigolotes ou juste belles. Tout cela me remonte plus que jamais à continuer à contribuer auprès de vous, parce que vous êtes d’une gentillesse et d’un soutien simplement incroyables. Je suis vraiment, sincèrement ému (et renversé)… 

Merci. 🐳

Et maintenant, le but va être de vous proposer des belles choses !

Donc. J’ai pu lire un peu de regret et d’inquiétude sur le fait que je quittais les réseaux commerciaux : je voudrais clarifier un peu plus précisément ce qui va se passer, et ce qui va changer.

Les profils restent là où il sont et je serai toujours aussi joignable qu’avant dessus1, pour répondre aux questions, commentaires, me réjouir des photos de vos chats. Ce qui change prioritairement, c’est que je n’initierai plus de discussion sur aucune plate-forme. Afin d’arrêter de prêter le flanc aux trouble-fête.

Photo Nareeta Marin

À la place, tout revient ici, loin a) des abrutis et b) du modèle économique des réseaux commerciaux. J’y relaierai donc bien plus souvent le contenu du site (ainsi que les chroniques et belles actualités des amis, comme je l’ai dit) pour qu’il demeure visible, et parce que c’est ici que tout va se passer. Je sais que les discussions se déroulent cependant beaucoup sur les réseaux : comme je l’ai dit, je n’en disparais pas. Mais, pour voir ce qui génère les échanges, il faudra commencer par cliquer pour voir ici ce dont il s’agit. (Ou utiliser un outil type lecteur RSS pour se tenir au jus – sujet sur lequel je veux revenir depuis longtemps en détail.) Ça devrait suffire à tenir les fâcheux à l’écart, qui ne font jamais l’effort de s’informer.

En effet, j’ai déjà fait quelques sondages informels depuis quelques années (tandis que j’étais travaillé par la possibilité de s’éloigner de ces plate-formes) et il apparaît que vous êtes en grande majorité encore présents dessus. Soyons clairs, je propose tout ce contenu aussi pour qu’il puisse servir, et peut-être aussi pour qu’un jour, vous vous disiez : « tiens, je me demande ce que ce type écrit comme fiction ? » Ça toujours été transparent, et sans obligation d’achat. Et moi, ça m’amuse à faire.

D’ailleurs, depuis que j’ai pris cette décision, je ressens à nouveau une étonnante liberté d’expression, beaucoup d’envie de partager des choses, de manière peut-être même facétieuse (ce qu’il n’est plus possible de faire chez les fous). Je prendrai grand soin que cet environnement reste civil en commentaires (comme ailleurs). Mais c’est la théorie classique de l’hydraulique : moins de canaux, plus d’énergie, c’est mécanique, c’est automatique, pas comme les antibiotiques.

Quelles évolutions à prévoir ? Je suis ravi que tu poses la question, artifice rhétorique. Donc :

  • Des articles plus fouillés, parfois plus techniques, sur les outils technologiques, la narration.
  • Des articles beaucoup plus courts également, qu’on pourrait apparenter à un long statut ou un court thread Twitter, probablement plus personnels, voire philosophico-ésotérico-débiles (ça m’avait été suggéré à l’époque de Léviathan, j’en ai toujours eu envie, je n’avais pas trouvé de forme adéquate).
  • Des commentaires idiots et aléatoires en lien avec l’imaginaire. (J’ai un article qui arrive sur le bruit des voitures électriques. DU BRUIT, ça va faire, ou pas.)
  • Des articles intitulés, genre, « ce sera toujours ça que les réseaux n’auront pas » – compilation de liens, instantanés, jeux de mots laids, bref les choses que j’aurais habituellement postées sur Twitter ou Facebook, et où l’on pourra, en plus, s’amuser de façon moins éphémère.

Depuis des années, je relayais également la revue de presse mardi et jeudi. Comme le blog est appelé à retrouver davantage de contenu, elle passera dans le flux habituel des réseaux commerciaux (ce qui voudra dire moins de retard accumulé de mon côté, aussi…)

Après avoir fait l’expérience dévorante du jeu en ligne, cela fait longtemps que je réfléchis à l’idée du web lent, à la réappropriation des outils numériques et à leur utilisation mûrie, au lieu d’en être esclave. Je pense résolument que c’est possible, mais que cela nécessite de la volonté et de l’apprentissage. C’est aussi, certainement, un thème dont je parlerai : il ne s’agit pas de vivre en ermite, mais d’arrêter d’alimenter la machine à folie. Et de se réapproprier le sens qu’on trouve dans la temporalité et la concentration.

  1. Certains, secondaires, vont disparaître, mais je n’y avais jamais été vraiment actif.
2019-07-10T08:53:55+02:00mercredi 10 juillet 2019|Dernières nouvelles|18 Commentaires

Usé par les réseaux

je-trolle-chez-toiLa capture d’écran de droite n’est qu’un exemple parmi beaucoup trop d’autres que je reçois en ce moment. (J’aurais pu laisser le nom en clair, vu que mon profil Facebook est public, mais je ne suis pas du genre à lancer des chasses aux sorcières. On appréciera quand même le mec qui vient troller chez toi sans te connaître, puis, quand tu le rappelles à l’ordre – parce que tu es quand même chez toi -, te bloque en se drapant dans sa dignité blessée.) Auguste lectorat, tu auras peut-être remarqué un léger changement de ton en ces lieux depuis un ou deux mois. Peut-être un peu plus distant, formel. Ce n’est pas un hasard : je fatigue. L’ambiance sur les réseaux sociaux ces temps-ci me semble fréquemment, disons, regrettable ; la tendance au commérage de l’être humain s’y trouve tristement magnifiée, certains derrière des écrans se sentent pousser des ailes d’audace qu’ils n’auraient jamais face à face. Heureusement, il y a aussi des moments de grâce, parce que, auguste lectorat, tu es beau ; et des tas de jolies choses, de gentillesses pour lesquelles je te remercie profondément, vraiment – espérant être à la hauteur. Qui ne veut pas être brûlé n’a qu’à pas jouer avec le feu ; j’en ai bien conscience, et si certains articles suscitent l’ire, c’est aussi qu’ils sont sujet à de hautes controverses. Normal. Néanmoins, depuis un an, la proportion de commentaires haineux et insultants que je me retrouve à modérer sur les réseaux sociaux dépasse la mesure de ce que je suis prêt à tolérer dans l’exercice naturel de mes fonctions (c’est-à-dire, en n’étant pas payé pour ça). Le blog ne pose aucun problème : maître de mes lieux, je supprime à tour de bras sans état d’âme. Je pourrais me consoler en me disant que cela reflète d’autant l’accroissement d’un potentiel auditoire, mais je ne me flatte pas d’une telle importance – les statistiques de lecture affirment le contraire, puisque notre époque est faite de buzz, de communications virales, de réactions instinctives à chaud sur le titre d’un article, il ne s’agit pas d’auditoire mais de passages épisodiques qui parasitent sans rien apporter à personne ; d’ailleurs, certains commentaires extérieurs à la communauté habituelle prouvent de plus en plus fréquemment que leurs auteurs n’ont pas lu ce qu’ils commentent. Je constate également que les actualités sur les parutions suscitent peu d’intérêt et de partages, et que les articles fouillés, comme le diptyque (1, 2) sur la gestion des mails de la semaine dernière, font fréquemment des bides. Que cela n’intéresse personne n’est pas grave en soi – ce qui l’est, c’est le temps que je passe à les écrire en me trompant visiblement d’auditoire. Je m’interroge aussi sur ma communication relative à mon actualité – ça ne soulève guère l’enthousiasme. Veux-tu bien m’aider, auguste lectorat, et me dire ce que tu aimerais voir ? Comment rendre ces informations plus intéressantes ? J’ai toujours dit que j’arrêterais ce blog s’il ne m’amusait plus, et, sous sa forme actuelle, je commence à me lasser de ne pouvoir aborder un sujet un tant soit peu sensible sans devoir faire ensuite de la modération chirurgicale, en particulier sur Facebook. (Les commentaires étant jumelés entre le site et Facebook, où se déroule le gros des conversations de nos jours, mon profil est obligatoirement public pour respecter, paradoxalement, la vie privée de tous – il est manifeste que les posts sont publics, et donc qu’on doit faire attention à sa parole ; hélas, ça attire tout un éventail d’abrutis, comme le spécimen pointé plus haut.) Il est donc possible que des choses évoluent par ici. Je tiens à ce mode d’interaction avec tout le monde, je tiens à l’habitude, tenue depuis quatre ans presque sans interruption, de proposer du nouveau chaque jour ouvrable ou presque. Je refuse de laisser une poignée de mal-comprenants me pourrir la vie, mais les choses atteignent un stade où il faut trouver de nouveaux modes de fonctionnement pour ne pas perdre joie, bonheur et lolcats. Pour l’instant, donc, le ton devient un peu plus distancié et se tient sciemment à l’écart de tout terrain miné, le temps que j’aie réfléchi à la question. Qu’est-ce que j’offre ici ? Pourquoi ? Pour quel auditoire ? Le temps est probablement venu de structurer un peu le côté auberge espagnole des débuts (qui remontent à MySpace, olol). Il est probable que je passe mon profil personnel Facebook en « page officielle » sous peu. J’y ai toujours rechigné, parce que j’aime la proximité que procure un profil personnel, et l’aspect « page officielle » comme « site officiel » pourrait laisser entendre que certains voudraient en ouvrir des non-officiels, ce qui, quand même, nous ferait tous bien marrer. Mais Facebook a retiré les outils qui permettaient d’ouvrir l’audience à tous tout en fermant les commentaires aux extérieurs. Je crains qu’il ne me faille faire comme beaucoup de mes camarades l’ont déjà fait (et je les comprends), à savoir une page publique et un profil personnel réduit, pour clarifier les intentions. Cela n’empêchera pas la page publique de conserver le même ton qu’ici, et de vivre autant que mon profil actuel. En tout cas, si cette crainte devait se soulever : non, je ne cesserai pas de proposer du contenu relatif à l’écriture. Ce sera peut-être appelé à muter, toutefois. Il y a, avec deux camarades pour qui j’ai beaucoup d’estime et d’amitié, un super projet dans les cartons à ce sujet. Sortie prévue en septembre – mais nous en dirons davantage quand nous aurons accumulé assez de matériel. Surprise !
2016-05-31T18:36:27+02:00mercredi 27 avril 2016|Journal|130 Commentaires

Restons en contact !

Recevez par courriel actualités et articles
DEUX ENVOIS / MOIS MAXIMUM
OK
Désinscription facile à tout moment
close-link
Cliquez-moi