Couv. Julien Delval

Je l’ai un peu mentionné à droite et à gauche mais il est grand temps d’en parler convenablement : j’ai la grande joie de vous annoncer la publication de la nouvelle intitulée « Quelques grammes d’oubli sur la neige » dans l’anthologie des Imaginales, intitulée cette année Magiciennes et sorciers ! Tout comme Rois et capitaines, elle est dirigée par Stéphanie Nicot aux éditions Mnémos. C’est un texte indépendant, comme toujours, mais c’est également une nouvelle histoire du monde d’Évanégyre. Nicolas Soffray, de La Yozone, a critiqué l’anthologie en avant-première : retrouvez son avis détaillé ici !
Sans conteste, Magiciennes et Sorciers succède dignement à Rois et Capitaines. Après l’honneur ou la trahison des hommes d’armes, cette seconde anthologie des Imaginales célèbre la magie, dans toute sa dualité, des souffrances qu’elle inflige aux maux qu’elle peut soulager, du pouvoir qu’elle apporte au prix qu’il faut, fatalement, payer.

Le livre

Quatrième de couverture

« L’ENCHANTERESSE DEVINA que le sorcier ne se laissait pas abuser par tous les charmes hallucinatoires ; derrière le voile chatoyant de la fantasmagorie, il percevait la réalité première de l’île, et il se déplaçait en fait sur le court trajet menant de la grève à la demeure de sa cible. Il traversa les landes aux tourbières dangereuses ; il s’enfonça dans les bois enchantés en trébuchant sur les racines, mais sans marquer la moindre hésitation. »
Réalisée en partenariat avec les Imaginales, le festival d’Épinal où le meilleur des auteurs de la fantasy française et mondiale se retrouve chaque année, Magiciennes et Sorciers s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, salué par une critique enthousiaste qui y a vu « sans doute la meilleure anthologie de fantasy francophone parue à ce jour » (ActuSF).
Autour de l’un des grands thèmes du genre, cette seconde anthologie a convoqué les maîtres de la fantasy épique — et quelques révélations issues de la nouvelle génération — , victimes des sorts les plus puissants. Magicienne du « Vieux Royaume » ou sorcière basque, femme humiliée vengeresse ou victime des forces du Mal, sinistres Moires de la famille Tengelli ou « chiens rouges » revenus d’entre les morts, ils sont tous là… Entrez dans les mondes fascinants de Magiciennes et Sorciers !
Critique littéraire, essayiste, formatrice, anthologiste (on lui doit, en 2009, Rois et Capitaines), rédactrice en chef de la revue Galaxies de 1996 à 2007, Stéphanie Nicot compte parmi les meilleurs spécialistes des littératures de l’imaginaire. Elle assure depuis sa création, en 2002, à Épinal, la direction artistique du festival Imaginales.

Au sommaire

Par ordre d’entrée en scène :
  • SIRE CÉDRIC, « Cœur de serpent »
  • Laurent GIDON, « Djeeb l’encharmeur »
  • Charlotte BOUSQUET, « Toiles déchirées »
  • Maïa MAZAURETTE, « Exaucée »
  • Justine NIOGRET, « T’humilierai »
  • Erik WIETZEL, « L’Ultime illusion »
  • Rachel TANNER, « In caude venimum »
  • Julien D’HEM, « Margot »
  • Sylvie MILLER & Philippe WARD, « Le Crépuscule des maudites »
  • Pierre BORDAGE, « L’Autre… »
  • Jean-Claude DUNYACH, « Respectons les procédures »
  • Lionel DAVOUST, « Quelques grammes d’oubli sur la neige »
  • Jean-Philippe JAWORSKI, « La Troisième hypostase »
  • Fabien CLAVEL, « Chamane »

À propos de « Quelques grammes d’oubli sur la neige »

« Tu es Irij Wolfran ? demanda le capitaine de la garde. — C’est moi. » Ses prunelles étranges, aussi pures qu’un lac de montagne, se posèrent sans détour sur le soldat, sur moi-même puis sur Ragnar Vuofald – et je compris aussitôt que la note de défi qu’il y lut n’était nullement à son goût. « Ton roi, Childe Karmon, te convoque céans à sa forteresse, continua le soldat, où tu te plieras à son service en toute chose. — Karmon est peut-être votre roi mais il n’est pas le mien, répliqua-t-elle d’une voix très calme. Pourquoi devrais-je donc répondre à son appel ? poursuivit-elle. — Tu vis sur ses terres, tu es donc une citoyenne de son royaume, répliqua le capitaine en s’efforçant de dissimuler une bouffée d’appréhension, toute l’assurance conférée par le prède envolée. S’il a besoin de toi… tu te dois de lui répondre. — Je suis une citoyenne du vent et des arbres, de l’eau et de la lune. Les affaires des hommes ne me concernent pas. »
Je suis très heureux de pouvoir proposer un nouveau chapitre du monde d’Évanégyre introduit dans « Bataille pour un souvenir » et La Volonté du Dragon. Mais j’insiste à nouveau sur la totale indépendance des récits : nul besoin d’avoir lu ceux qui précèdent pour profiter de ce texte ; chaque histoire est construite pour se suffire à elle-même et il n’y a pas d’ordre de lecture préconisé. Cependant, si l’on suit le monde, d’autres questions et une autre histoire émergent à mesure que des lieux et des noms reviennent, se répondent, parfois altérés par la perception des hommes ou le fossé des siècles. Je pense notamment que les lecteurs de La Volonté du Dragon pourraient être assez surpris du tour que prennent les événements dans « Quelques grammes d’oubli sur la neige »… Je n’en dis pas plus !

Sinon…

Je serai donc à St Malo, aux festival Étonnants Voyageurs, de vendredi à lundi, puis au festival Imaginales d’Épinal de jeudi à dimanche. J’espère vous y voir nombreux !