Blog

Accueil/Blog/

Opération dédicace ActuSF : recevez vos livres dédicacés (dont Les Questions dangereuses)

J’avais dit que ça ferait une semaine riche d’informations, hein ?

On ne s’arrête plus : comme tous les ans, les éditions ActuSF vous proposent de commander vos ouvrages et de les recevoir chez vous dédicacés par les auteurs.

C’est-à-dire tous les auteurs présents aux Utopiales ayant des livres publiés aux éditions ActuSF (parce qu’on sera là-bas pour les signer, HEY, c’est bien FICHU). Pour ma part, cela concerne : Les Questions dangereuses, mais aussi l’anthologie officielle du festival où se trouve reprise « Une Forme de démence » (voir article d’hier).

Je ne peux évidemment que vous encourager vivement à aller voir la page des éditions détaillant l’opération, il y a vraiment de quoi se faire plaisir (je ne peux citer tout le monde – allez-y voir ! – mais mentionnons Morgan of Glencoe, Jean-Laurent Del Soccorro et surtout le classique Mermère, par Hugo Verlomme !). Attention, les commandes doivent impérativement être réalisées au plus tard le 28 octobre.

➡️ Commander l’intégralité des ouvrages (ou juste une sélection, si vous y tenez, c’est possible aussi mais laissez-moi vous dire que pfff)

2020-10-23T09:24:26+02:00jeudi 22 octobre 2020|À ne pas manquer|0 commentaire

« Une Forme de démence », nouvelle dans l’anthologie des Utopiales 2020

Je sais, je sais, beaucoup d’informations d’un coup cette semaine, que voulez-vous, l’écriture est semblable au lent mûrissement des arbres fruitiers : un jour, on prend tout d’un coup sur la tronche (demandez donc à Isaac Newton).

Or doncques, je suis vraiment très heureux d’annoncer que « Une Forme de démence », un texte pour lequel j’ai beaucoup de tendresse personnelle (j’en ai pour tous, évidemment, mais celui-là me tient spécialement à cœur) va être repris dans l’anthologie officielle des Utopiales 2020 (auxquelles j’ai l’honneur d’être invité, j’en reparle la semaine prochaine !).

Le thème de cette année est « Traces » et le livre sort aux éditions ActuSF.

Couverture Alex Alice

Une trace, un indice, une marque… Nous laissons tous une trace de nos passages, de ce que nous sommes, de ce que nous vivons. Nous sommes le fruit d’autres traces avant les nôtres. Autour de cette thématique, 13 auteurs et autrices nous proposent textes et récits sur les traces de l’histoire, des sciences, de nos sociétés, et des traces que nous portons en nous… 

Ce livre est l’anthologie officielle des Utopiales 2020. 

Au sommaire :

  • Baptiste BEAULIEU
  • Christophe DOUGNAC
  • Thomas C. DURAND
  • Caroline DE BENEDETTI
  • Lionel DAVOUST
  • Sara DOKE
  • Claude ECKEN
  • Ïan LARUE
  • Adélaïde LEGRAND
  • Nicolas MARTIN
  • Morgan OF GLENCOE
  • Joëlle WINTREBERT

À propos de « Une Forme de démence »

Un vieux professeur d’université, créateur d’un monde fantastique novateur et unique, embauche une étudiante, Edda, pour l’aider à mettre ses notes en ordre. Mais la création, et son créateur, cachent un secret qui risque de renverser à jamais la vision qu’Edda a du monde… et peut-être celle du lecteur également.

Je disais qu’il me tient à cœur parce que, malgré toute la vision critique que j’en ai, j’ai puissamment conscience d’être en grande partie ici justement grâce à « un vieux professeur d’université créateur d’un monde fantastique novateur et unique ».

Ce texte est ma façon de lui rendre hommage, ainsi qu’à l’imaginaire qui nous fait rêver et nous unit tous, dans la lecture, l’écriture, l’édition, la librairie, l’étude et la chronique, nous tous, « peuple de la science-fiction » (selon l’expression de Roland C. Wagner) et de l’imaginaire.

2020-10-20T11:44:35+02:00mercredi 21 octobre 2020|À ne pas manquer|2 Commentaires

La Messagère du Ciel et Le Verrou du Fleuve réimprimés

Couv. Alain Brion

… et comme un bonheur n’arrive jamais seul (ah bon ? D’où ça vient ? Qui a décrété cela ? Et est-ce vraiment bien optimal, puisque cela veut dire que l’on concentre des bonheurs par paires sur un effectif plus réduit de la population alors qu’on pourrait les distribuer plus largement ? Enfin – je ne me plains pas, on est d’accord !), les illustres éditions Critic annoncent que La Messagère du Ciel et Le Verrou du Fleuve (« Les Dieux sauvages » 1 et 2) sont réimprimés (…  pour la deuxième fois, dans le cas de La Messagère du Ciel !)

Merci à toutes et tous pour votre enthousiasme incroyable pour cette série. J’avoue que je n’imaginais pas, tandis que je construisais l’ossature de l’épopée de Mériane au passage en écrivant les premières moutures de Port d’Âmes il y a plus de dix ans, qu’on en serait là aujourd’hui.

Pour mémoire, après la longue écriture du tome 4, il y a plein de « Dieux sauvages » en ce moment :

En espérant qu’on puisse au maximum se revoir en personne pour que je vous le présente de mes mains hydroalcoolisées, puissent les dieux sauvages vous laisser tranquilles !

2020-10-18T20:21:17+02:00mardi 20 octobre 2020|Dernières nouvelles|0 commentaire

L’Héritage de l’Empire (« Les Dieux sauvages » 4) sortira le 20 novembre ! Couverture et précommandes !

Le site a changé de couleur, vous avez vu ? Ne tergiversons pas.

Couv. Alain Brion

BAAAAAAM

Cela fait un moment que je l’ai vue et que je trépignais qu’elle sorte : c’est chose faite ! Vous pensez que ça ne rigolait pas dans La Fureur de la Terre ? Ahaha. Cette couverture est parfaite à plus d’un titre (et merci, encore, à Alain Brion). Pour savoir pourquoi… 

… il faudra attendre le 20 novembre, date de sortie dans l’univers entier du roman, tome 4 de la saga « Les Dieux sauvages » et avant-dernier, donc !

J’ai l’impression de dire cela à chaque fois, mais : c’est le livre le plus ambitieux que j’aie jamais écrit. (Ce qui était une merveilleuse idée pendant une pandémie mondiale, un accident à la main et des projets personnels d’envergure, bien sûr.) Il dépasse les 900 pages (1,7 millions de signes, sachant que j’en ai bien écrit 2 millions au premier jet). Il passe la Rhovelle et les personnages au presse-purée de la guerre et des manipulations divines. Le dernier tiers est littéralement un roman dans le roman. Et la vraie nature du conflit entre les dieux sauvages, ainsi que celle de certains alliés, éclate au grand jour.

Bref, j’en suis content comme rarement, et je trépigne de l’avoir entre les mains, et que vous aussi.

Pour information, les précommandes sont d’ores et déjà possibles. N’hésitez pas à le demander à votre libraire (aux seules et uniques éditions Critic !), sinon toutes les plate-formes de livres électroniques (sauf Google) offrent déjà la possibilité du pré-achat, voir par exemple ici.

La quatrième de couverture

La guerre entre les dieux sauvages fait rage. La forteresse de Rhovelle, Loered, est isolée ; Mériane, la Messagère du Ciel, l’espoir du peuple, dispose d’une armée qu’elle ne peut déployer. Ganner fait route librement vers Ker Vasthrion, où gît un pouvoir qui offrira à Aska la domination totale. Wer est en train de perdre, et dans les hautes sphères du pouvoir, les hommes se raccrochent à l’espoir insensé que la vertu les sauvera. 

L’union des provinces et l’ultime résistance contre l’envahisseur démoniaque doit venir d’un symbole fort. Face à la main-mise du clergé sur le pouvoir, il faut un nouveau roi à la Rhovelle. Parallèlement, l’étau se resserre autour de Mériane : quitte à tout perdre, l’Eglise de Wer ne saurait accepter qu’une femme la sauve. Trahie par ses alliés, rongée par l’usage prolongé de son armure de l’Ancien Temps, la Messagère du Ciel se voit glisser inexorablement dans les ténèbres. 

Mais au fond de l’abysse l’attend la clé pour mettre un terme définitif à la guerre. La vraie nature de Dieu.

2020-10-19T18:35:54+02:00lundi 19 octobre 2020|À ne pas manquer|2 Commentaires

Procrastination podcast s05e03 – Écrire pour soi, écrire pour les autres (part.2)

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « s05e03 – Écrire pour soi, écrire pour les autres (part.2)« .

Suite et fin de la question de l’accessibilité en écriture : comment faire en sorte d’être compris·e dans l’authenticité de ses intentions et son projet ? Estelle évoque la peur que la technique peut susciter relativement à une possible perte de sincérité, mais fait valoir que l’une permet justement de creuser l’autre (moyennant un peu de travail). Lionel développe la fameuse recommandation « kill all your darlings » en faisant valoir que l’auteur doit conserver une forme d’humilité et éviter le cabotinage à contretemps. Mélanie évoque l’importance de cerner ce qui sert (ou non) un texte et que l’auteur doit savoir faire preuve de retenue si son plaisir ne s’aligne pas avec la finalité d’un projet.
Tous trois s’accordent sur la nécessité de cerner l’identité des projets pour cerner ce que l’on cherche à servir exactement… et sur l’importance de lire pour élargir ses horizons !

Références citées
– F. Scott Fitzgerald
– Un Gâteau 100 fois bon, Joseph Capek
– L’Île aux enfants (si si, c’est dedans, écoutez bien)
– Olivier Lorelle

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2020-10-19T11:35:14+02:00jeudi 15 octobre 2020|Procrastination podcast|0 commentaire