À propos de LD

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent LD a créé 2791 entrées de blog.

Procrastination podcast s07e06 – L’impératif d’intertextualité

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « s07e06 – L’impératif d’intertextualité« .

L’intertextualité concerne la façon dont des œuvres construisent les unes sur les autres au fil du temps, et parfois même se répondent. Notion importante dans l’imaginaire car elle s’étend à la « quincaillerie », les motifs et artifices courants qu’ils se mis à employer au fil de leur évolution, ce qui peut poser un problème d’accessibilité des œuvres au lectorat.
Mélanie pense davantage aux motifs qu’aux œuvres elles-mêmes ; dans son écriture, elle se soucie toujours de ceux et celles qui peuvent ne pas connaître les genres.
Estelle pense aussi à l’accessibilité, mais ne l’oppose pas à un possible enrichissement d’une œuvre né d’une réflexion sur les façons dont le passé a pu traiter les grands motifs. Cela conduit à plusieurs niveaux de lecture.
Lionel place toujours l’histoire au-dessus de toute autre considération, mettant l’accent sur l’accessibilité au détriment de la référence, sauf si le projet en question se veut bien sûr métanarratif.

Références citées

  • Gérard Genette
  • Dracula, Bram Stoker
  • Howard Phillips Lovecraft
  • Histoires des vampires : Autopsie d’un mythe, Claude Lecouteux
  • Dans les veines, Morgane Caussarieu
  • Poppy Z. Brite
  • Aux frontières de l’aube, film de Kathryn Bigelow
  • 22/11/63, Stephen King
  • La Quête onirique de Vellitt Boe, Kij Johnson
  • The Unspeakable Vault of Doom, webcomic, http://www.goominet.com/unspeakable-vault/
  • François Baranger
  • Guillermo del Toro
  • Lovecraft Country, série de Misha Green
  • Kaamelott, série d’Alexandre Astier
  • Stranger Things, série des Duffer Brothers

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2022-11-28T01:24:27+01:00jeudi 1 décembre 2022|Procrastination podcast|0 commentaire

« Vox populi, vox dei » signifie l’inverse de ce qu’on croit (n’est-ce pas, Elon Musk ?)

Elon Musk, impressionnant dans son actuel cosplay du capitaine du Titanic, justifie ses caprices sur Twitter de la manière la plus biaisée qui soit : décider de réintégrer Donald Trump ? On fait un sondage auprès de ses propres abonnés. Amnistier les comptes bannis jusqu’ici (tant qu’ils n’ont pas violé la loi) ? La même.

L’ex-statisticien de canapé que je suis grince des dents avec le volume sonore d’une scie sauteuse devant tous les biais liés à une telle procédure, mais une seule migraine par jour. Une autre paraît d’intérêt encore plus public : Musk justifie son approche par

Puisque malheureusement, l’expression risque de revenir à la mode (comme votre marque de chewing-gum préférée), il est intéressant de noter qu’elle signifie exactement l’inverse de l’usage qu’en fait Musk et la… heh… majorité des gens. Du moins à l’origine, la citation complète est :

Et ces gens qui continuent à dire que la voix du peuple est la voix de Dieu ne devraient pas être écoutés, car la nature turbulente de la foule est toujours très proche de la folie.

Alcuin à Charlemagne (798)

De là à penser que la folie est donc, du propre aveu du patron, à la barre, il n’y a qu’un pas qu’on contemplera avec un seau de pop-corn à la main et dans l’âme cette anesthésie nihiliste tellement chic en 2022.

(Je veux dire, si même Forbes s’y met…)

2022-11-28T01:23:07+01:00mercredi 30 novembre 2022|Humeurs aqueuses|2 Commentaires

Les deux bases techniques minimales pour écrire de la fiction : point de vue et temps de narration

Et croyez bien que je suis circonspect en écrivant ça, mais après un certain nombre d’ateliers d’écriture, force m’est de constater qu’il est important d’en parler.

Je suis circonspect là-dessus parce que j’ai un souvenir gravé au fer rouge dans ma mémoire. Je devais avoir dix-sept ans, en route pour des études scientifiques, et nous traînions entre copains et copines dans un bar à boire des cocktails de fruits. (J’aimerais bien vous dire que c’est un prude euphémisme pour cacher quelque chose de beaucoup plus rock’n’roll, mais non : nous buvions vraiment des cocktails de fruits. Sans alcool.) Alors que du haut de nos vingt ans à venir nos études nous contemplaient, nous nous sommes évidemment mis à causer rêves et futures hautes responsabilités gouvernementales, et j’ai avoué mon envie d’écrire, et peut-être de faire carrière, si cela pouvait se présenter.

Notez bien : je faisais des études scientifiques. (De garçon.) Il y avait avec nous des filles. (Qui faisaient des études littéraires.) (C’était le siècle dernier. À l’époque, on n’avait pas Internet et nos téléphones portables fonctionnaient avec des antennes télescopiques dans un rayon de 10m autour de leur base. Nous étions des sauvages.) L’une d’elles, promise à une vraie carrière de lettres, elle, a répondu ce qui suit à ma visiblement tragique candeur : « Quoi ? Tu ne peux évidemment pas faire ça, et tu ne peux pas décemment l’imaginer ! Tu n’as pas lu tout ce qu’il y a à lire pour pouvoir t’octroyer le droit d’écrire, et évidemment, tu ne pourras jamais espérer rattraper et acquérir tout ce bagage. »

(On en sait, des trucs, à dix-sept ans.)

Heureusement, la Providence (et un léger esprit revanchard de ma part) en ont décidé autrement. (Surtout le fait qu’écrire de la fiction recouvre un métier différent que celui d’essayiste.) Oui, il est indispensable de lire pour écrire, peut-être avant toute chose parce qu’il est étrange de ne pas avoir le goût de la forme littéraire que l’on entend pratiquer, mais il n’arrive jamais un moment où l’on peut dire « j’ai lu 32678 bouquins, j’ai fini le game, je vais maintenant écrire Germinal » – on peut écrire n’importe quand, mais il faut lire en parallèle.

Donc. Les bases techniques minimales pour écrire de la fiction : c’est avec grande circonspection que je vous le dis. Mais si la fiction littéraire passe par le langage, elle est nécessairement empreinte de codes fondamentaux qu’il est indispensable de posséder avant d’espérer construire davantage. Non, ce n’est pas l’orthographe, ce n’est pas la typographie, ni même (tout au contraire) la mise en page de votre livre électronique. Oubliez la tension narrative, les dialogues, les descriptions, la gestion du rythme, les conflits complexes, la construction de monde imaginaire, si vous ne possédez pas deux choses :

  • La gestion du point de vue,
  • Les temps de narration.

La gestion du point de vue concerne les règles fondamentales par lesquelles le récit va transmettre son information, or dans la fiction, qui passe donc par le langage écrit, il n’y a rien qui ne soit pas information. Un auteur qui ne fait pas l’effort de se familiariser avec ce code (quitte à s’en affranchir ensuite, mais pour s’affranchir de quelque chose, il faut le maîtriser) est condamné à produire des textes flottants, incapables de concentrer l’attention du lecteur et de la guider subtilement pour produire les effets souhaités. Un choix de point de vue n’est jamais neutre (même s’il peut être inconscient, et même si le point de vue lui-même peut être neutre, mais c’est déjà un choix de narration). Donc : autant choisir, puis garder la main, sur la forme narrative qui servira le projet.

Les temps de narration (que vous écriviez au présent ou au passé simple / imparfait) représentent l’autre versant de la gestion de l’information : ils sont directement liés au rythme, au ton et à l’enchaînement relatif des événements. Il y a ce qui se passe avec la narration, la vitesse à laquelle cela se passe, ainsi que ce qui s’est passé avant, voire après relativement à l’action. Être flottant là-dessus, c’est potentiellement détruire la logique même des événements de l’histoire au niveau le plus fondamental : le temps.

Couv. Xavier Collette

La bonne nouvelle, c’est que cela s’acquiert très facilement. Vous avez la quasi-assurance de voir ces codes correctement employés dans n’importe quel livre publié de façon respectable. Si vous voulez écrire, vous avez des livres chez vous (et si vous n’en avez pas, commencez par acquérir le goût de lire, voir plus haut). Ouvrez-les, regardez comment c’est fait. Des pages web et des résumés sur ces notions, on en trouve partout sur Internet (à commencer par ici). Le Comment écrire des histoires d’Elisabeth Vonarburg propose un excellent panorama du point de vue. Dans mon propre Comment écrire de la fiction ?, même si je voulais traiter le moins possible de la langue elle-même pour me concentrer sur la scénarisation, j’en parle aussi, aussi concisément que possible, mais je ne pouvais pas faire l’impasse dessus.

Ces deux notions sont loin d’être suffisantes, et si l’on aime creuser la technique littéraire, on peut l’étudier toute sa vie. Mais : si vous cherchez un point de départ technique dans votre parcours d’auteur•rice, ce sont ceux-là.

2022-11-21T06:00:53+01:00lundi 28 novembre 2022|Best Of, Technique d'écriture|2 Commentaires

La bande originale du Trou Noir dispo sur les services de streaming

Le Trou Noir (The Black Hole, 1979) est une étrangeté cinématographique – un film de SF produit par Disney pour rivaliser avec Star Wars (à l’époque où ils ne possédaient pas la licence, vous vous rappelez ?), qui mélange des robots rigolos pour plaire aux enfants et une atmosphère absolument pas rigolote du tout, où on cite L’Enfer de Dante face aux phénomènes cosmiques, où la lenteur et le danger de l’espace oppressent nettement, et où quelques gentils meurent même au passage de manière un peu violente. (Si vous ne l’avez pas vu, que vous appréciez le vieux cinéma de SF et que vous ne redoutez pas une fin un peu vaseuse, allez-y : la pesanteur – HA – de l’atmosphère vaut le détour. Le film est apparemment dispo sur Disney+.)

Une des particularités du Trou Noir est d’avoir voulu assembler une équipe de première catégorie, avec quand même entre autres Anthony Perkins, Ernest Borgnine et Yvette Mimieux au casting, et nul autre que John Barry (compositeur du célèbre thème de James Bond) à la musique. Je cherchais de loin en loin, mais je suis ravi d’avoir découvert qu’une version digne de ce nom de ladite bande originale est enfin disponible sur les services de streaming. Sa valse stellaire à la limite du dissonant forme une sorte de réponse ténébreuse au Beau Danube Bleu employé de façon solaire dans 2001, et a hanté tous les gamins qui ont vu ce film un peu trop adulte pour leur âge.

2022-11-21T07:17:11+01:00jeudi 24 novembre 2022|Décibels|0 commentaire

Le festival scolaire et universitaire de l’imaginaire rebaptisé Sirennes, avec de nouveaux prix (et ses dates)

Informations à noter pour l’imaginaire breton : comme dit en titre, la première édition 2022 du festival scolaire et universitaire qui s’est tenue sous le nom l’Ouest Hurlant porte à présent le nom Sirennes, et la deuxième édition se tiendra en 2023 du 10 au 12 mai. L’événement sera parrainé par Jean-Philippe Jaworski et Katia Lanero Zamora. Quatre prix seront décernés à cette occasion, décidés par les votes des collégiens, lycéens, étudiants, ainsi qu’un prix spécial que je suis heureux et ému de voir porter le nom de Martin Lessard, auteur québécois tragiquement décédé en 2018.

Notons que c’est distinct du festival de l’imaginaire l’Ouest Hurlant, qui lui se tiendra les 29 et 30 avril 2023. (Site officiel)

➡️ Communiqué de presse complet et nominations des prix sur le site de l’université

Félicitations aux finalistes !

2022-11-21T07:44:58+01:00mercredi 23 novembre 2022|Le monde du livre|0 commentaire

J’ai demandé à des IA de générer des portraits du monde politique français version Warhammer 40,000, et je n’ai pas été déçu (non plus)

Il y a eu ce fil Twitter absolument génial, employant enfin les formidables technologies de notre époque à des fins servant l’humanité :

Sauf que comme d’habitude, il n’y en a que pour le monde anglophone. N’ayez crainte, mes amis, j’ai branché les intelligences artificielles, et j’ai du cauchemar à vous proposer. Contemplez, dans toute leur uncanny valley, ces portraits du paysage politique français générés façon Warhammer 40,000.

Nicolas Sarkozy :

Emmanuel Macron :

François Hollande :

Éric Zemmour :

Marine Le Pen :

Jean-Michel Blanquer :

Manuel Valls :

Roselyne Bachelot :

Jacques Chirac :

Lionel Jospin :

Martine Aubry :

Édouard Balladur :

Et comme je n’allais pas m’arrêter en si bon chemin, quelques bonus – Elon Musk :

Jeff Bezos :

Et comme il n’existe guère de bonne raillerie que l’on ne partage – votre humble serviteur (au secours) :

2022-11-21T06:47:08+01:00lundi 21 novembre 2022|Expériences en temps réel|0 commentaire

Un point sur les livres épuisés, bientôt épuisés, en retirage (Léviathan, Évanégyre, Comment écrire de la fiction)

Couv. Cyrielle Alaphilippe

Avec l’augmentation du prix du papier, les maisons d’édition se montrent un peu prudentes sur la gestion de leurs stocks, et elles ont bien raison (vous voulez qu’elles vivent, et moi aussi à travers elles). D’autre part, certains livres devenus anciens (dix ans ou plus) ont atteint leur fin de vie naturelle, ou sont en passe d’y arriver ; comme j’ai reçu pas mal de questions récemment, c’est l’occasion de faire un point rapide. Quels sont les livres épuisés, en passe de l’être, ou en réimpression ?

Épuisé en papier, dispo en numérique : La Volonté du Dragon

Le tout premier livre d’Évanégyre à être publié a connu une belle vie (publié en 2010, plusieurs retirages, a connu une réédition spéciale collector pour les dix ans des éditions Critic). Il demeure disponible en numérique sans limite de durée, cependant. Peut-être envisagerons-nous à un moment une réédition de ce texte sous une forme différente, mais avant d’envisager quoi que ce soit, il faut finir « Les Dieux sauvages », et il reste encore un sacré boulot.

En passe d’épuisement définitif : Léviathan : la Nuit (tome 2)

Couv. service artistique Seuil Image © Bertrand Desprez / Agence VU

Le deuxième tome de la trilogie Léviathan, publié initialement en 2012, atteint des niveaux de stock dangereusement bas (le diffuseur n’a déjà pas livré un festival où je devais avoir l’ouvrage). Une fois celui-ci épuisé, il sera selon toute logique définitivement indisponible, puisque la série a dix ans et que la marque Don Quichotte a disparu, absorbée dans le Seuil. (Je ne les vois pas réimprimer.) Or il n’existe pas d’édition numérique, les conditions proposées à l’époque par le Seuil n’étant pas satisfaisantes. Donc : si vous voulez vous lancer dans la série, ne tardez pas (ou bien reportez-vous sur le marché de l’occasion).

En passe de réimpression : La Messagère du Ciel (« Les Dieux sauvages » 1) grand format et Comment écrire de la fiction ? Rêver, construire, terminer ses histoires

Enfin, beaucoup plus proche temporellement : le grand format de La Messagère du Ciel chez Critic et Comment écrire de la fiction ? Rêver, construire, terminer ses histoires chez Argyll peuvent être actuellement un peu plus difficiles à trouver que d’habitude : il n’y a presque plus de stock, ce qui se trouve chez vos libraires étant les seuls exemplaires disponibles en ce moment. Ces ouvrages sont activement exploités, et des réimpressions vont arriver. Je ne sais pas exactement quand, en revanche, et il est possible que ce ne soit pas pour les fêtes. Donc, si vous souhaitez offrir l’un ou l’autre (ou les deux, HEIN), là aussi, ne tardez pas à commander là où il en reste. Je donnerai l’info quand j’aurai vent que les stocks ont été renouvelés.

2022-11-15T02:04:24+01:00jeudi 17 novembre 2022|Dernières nouvelles|0 commentaire

Procrastination podcast s07e05 – Commercialisation et promotion dans l’autoédition, avec Morgan of Glencoe

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « s07e05 – Commercialisation et promotion dans l’autoédition, avec Morgan of Glencoe« .

Deuxième volet de la conversation au long cours de Procrastination avec l’autrice et musicienne Morgan of Glencoe autour de l’autoédition. La saga de Morgan, « La Dernière Geste », a commencé sa vie en autoédition avant d’être reprise en édition traditionnelle chez ActuSF. Mais Morgan continue de s’autopublier, lui donnant une perspective unique sur les deux mondes. Dans cet épisode, elle expose le défi que représente la nécessité de faire connaître son travail quand on est autoédité·e, parle des différents canaux disponibles et de l’attitude à adopter.

Références citées

  • Bookélis https://www.bookelis.com
  • Amazon https://www.amazon.fr
  • Mark Danielewski, La Maison des feuilles
  • Les éditions ActuSF et le label Bad Wolf
  • Ameylia Saad Wu
  • Audrey Alwett

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2022-11-30T08:12:46+01:00mardi 15 novembre 2022|Procrastination podcast|0 commentaire

Titre