© Antenne 2 / RTBF

Auguste lectorat, à travers les articles de productivité de ce blog, il reste en filigrane un domaine dont je me tiens usuellement loin, car je suis chroniquement en retard dessus, et c’est la correspondance. Par là, j’entends : les mails, mais aussi tout ce qui s’y apparente (et notamment ce cavalier de l’Apocalypse qu’est Facebook Messenger – rappel, on peut s’affranchir des apps Facebook en toute impunité). J’ai (je ne plaisante pas) fait des formations pour arriver à mieux suivre l’action, et j’ai les principes théoriques ; et fugacement, tel le changement climatique, j’arrive de plus en plus en souvent à rester à jour d’année en année. Mes excuses, constantes et confuses, pour la manière dont 4/5 de mes mails débutent (« héééé, désolé de répondre aussi tard, mais j’ai été submergé… ») Franchement, ce n’est pas que je ne veux pas, je suis joie de recevoir des messages et d’entretenir le contact – si je pouvais, tel un écrivain rentier du XIXe, je passerais ma vie à écrire des mails et un paragraphe de roman chaque jour. Hélas, les dates de rendu sont ainsi faites qu’en ce moment, j’ai un peu le feu au lac, et plutôt de me dire que haha, oui, je vais réussir à tout faire dans le temps (bref) qui me reste, je vais m’efforcer d’être un peu plus sage, et admettre ma défaite temporaire (Mais ! Ce n’est ! Que ! Partie remise ! Spartaaaaaa). Ladite sagesse est probablement une conséquence positive du time-blocking : tu vois qu’il n’y a que 24h dans la journée, tu constates que tu dois en dormir 7 pour rester vaguement éveillé, manger pendant 2, etc… Eh bien, tu constates ce que tu peux faire, de manière réaliste. Et vu le rapport volume / temps / ambition (c’est un rapport à trois, ouais) d’écriture qu’il me reste, je dois, hélas, faire des choix. Et c’est donc la mort dans l’âme et avec toutes mes excuses les plus navrées que je dois, en toute honnêteté, déclarer une banqueroute temporaire sur ma correspondance et une entrée partielle en hibernation. Je tiens absolument à terminer La Fureur de la Terre convenablement, à laisser suffisamment de temps en amont à ma directrice d’ouvrage et mon éditeur pour faire leur travail, et cela veut donc dire que je dois me lancer dans une dernière course de fond vers la ligne d’arrivée, avant de pouvoir refaire un peu mieux surface en 2019, tel Le Bateau. Et que donc, je dois choisir entre le four et le moulin, si possible sans me cramer dans l’un ni me faire broyer par l’autre. En conséquence, voici ce que je vais assurer sans faute jusqu’à (à la louche) fin janvier : 
  • Assurer écriture et corrections La Fureur de la Terre, avant toute chose ;
  • Assurer bien entendu la production de Procrastination qui, moi vivant, ne sera jamais retardée, fichtre ;
  • Faire vivre le blog (du moins jusqu’à la déconnexion annuelle pendant les fêtes) ;
  • Faire coucou sur Facebook et Twitter ;
  • Surveiller ma correspondance pour répondre aux urgences (notamment professionnelles). Je ne disparais pas, hein. 
En revanche, voici ce que, à mon grand regret, je doute de pouvoir assurer fidèlement (enfin, ça va être encore pire que d’hab, arghhh) : 
  • Toute autre forme de correspondance. Notamment Facebook Messenger (probablement le pire moyen pour me joindre, d’ailleurs. Je pense qu’un pigeon voyageur avec une clé USB autour du cou a plus de chances de me trouver) et les demandes d’amis Facebook (je ne suis plus actif sur mon compte personnel depuis deux ans, uniquement sur la page, mais c’est bel et bien moins derrière. En même temps, vu le nombre d’idioties qui y sont postées, ce serait difficile d’en douter).
Si, donc, vous ne recevez pas de réponse de ma part, ce n’est vraiment pas que je vous snobe, c’est que je suis submergé, et plutôt que de vous le dire piteusement dans deux mois, je préfère vous le dire piteusement tout de suite, et avec un peu de chance, vous m’en voudrez moins. Toutes mes excuses, par avance, et mes immenses remerciements pour votre compréhension que, j’ai l’outrecuidance de le supposer, parce que vous êtes des gens bien, vous m’accorderez, enfin, je crois, sinon, j’ai encore plus de problèmes que prévu. Désolé. Et merci. Pour me faire pardonner, un chat TROP MEUGNON (un peu une allégorie de moi en-dedans, en ce moment, d’ailleurs).