Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse

29 octobre 2012
97 réactions

Facebook, connu pour ses méthodes cavalières, son attitude monopolistique, son usage moins que reluisant des données personnelles, vient de franchir un nouveau cap d’indécence. Lisez bien ce qui suit, car cela vous concerne, que vous soyez un utilisateur simple ou un communicant, dans votre droit à parler et à être entendu sur le premier réseau social mondial. Facebook abuse de sa position dominante en prenant ses utilisateurs en otage d’une façon proprement intolérable.

Autrefois (il y a un an), quand vous postiez une nouvelle sur votre mur ou votre page (« Je me suis marié ! » ou bien « J’ai publié un nouveau livre ! »), tous vos amis, tous ceux qui s’étaient abonné à votre page, la voyaient1. C’est normal : à la base, si vous êtes ami avec quelqu’un, ou si vous « aimez » sa page, c’est que vous être intéressé(e) par ce que la personne ou le groupe en face veut vous dire. Vous voulez l’entendre, ou du moins le savoir. Mettons, pour faire simple, que c’est une forme d’abonnement.

Sauf que non.

L’équation – calculée par Dangerous Minds dans cet article, sur lequel se fonde le présent billet et dont je ne fais que reprendre les conclusions – est d’une terrible et scandaleuse simplicité. Curieusement, depuis plusieurs mois, la portée des contenus baisse artificiellement – ceux-ci ne sont vus que par 15% des personnes qui vous suivent et amis. Comme par hasard, Facebook propose une solution : pour toucher les 85% restants… Payez.

Soit, payez pour parler à vos amis, vos clients, vos lecteurs, votre famille – ce que vous êtes censé faire naturellement sur un outil comme Facebook. Si vous publiez une nouvelle, un article sur votre mur ou votre page : vous pouvez payer Facebook pour « promouvoir » ce contenu et s’assurer qu’il soit davantage visible auprès de vos abonnés. Sinon… il a toutes les chances de tomber aux oubliettes. Tant pis pour vous.

En tant qu’utilisateur simple du réseau, cela signifie que vous ne verrez plus forcément le contenu qui vous intéresse, pour lequel vous avez accepté de recevoir des mises à jour : groupes de musique, écrivains, blogs… Mais aussi vos amis : votre soeur a perdu son chat, votre frère a eu un bébé, votre neveu a eu son bac, votre maman a organisé une sortie au musée – vous aurez de grandes chances de l’ignorer, à moins d’aller manuellement sur la page, de faire partie des 15%, ou que les personnes en question aient payé pour promouvoir leur statut…

Plus que ridicule : scandaleux, une véritable prise d’otage, un racket parfaitement mafieux. Se rendre indispensable en montrant (plus ou moins) patte blanche, puis, une fois la position dominante atteinte, dire « maintenant, pour continuer à utiliser dans des conditions normales un outil qui fait partie de votre vie, il va falloir passer à la caisse ».

« Facebook, est gratuit et le sera toujours » ? Ben tiens. Pour un petit blog, un groupe de musique indépendant, un auteur comme moi, en plus d’être scandalisé par la pratique, cela ne vaut pas le coup. Payer 5$ par article de blog que je voudrais promouvoir ? Je vais un salon, je devrais débourser 5$ pour que cette nouvelle puisse vous atteindre ? Quel type de communication est-ce là ? Je n’ai pas 15$ par mois à mettre dans la poche de Zuckerberg. C’est déjà – quand ça marche convenablement – ce que je touche en droits d’auteur pour un salon littéraire entier !

Et je ne vous parle pas des pages – jetez un oeil aux tarifs :

Imaginez le coût que cela représente si vous gérez un blog pro publiant 5 articles par jour…

Je vous encourage vivement à faire circuler l’information. Facebook est déjà une entreprise parfaitement prospère, cette opération n’est qu’un mouvement purement avide et scandaleux qui achève de me la rendre détestable. Je m’y trouvais pour les amis et aussi pour créer ce qu’on fait ici : une communauté sympa où la discussion est intéressante et fournie. Si je ne peux plus communiquer avec vous – je ne parle pas des nouvelles éditoriales ou de mon actu littéraire, simplement de vous parler, bon sang, c’est ma raison première d’avoir un blog – qu’est-ce que je fais là-bas ?

Heureusement, il y a d’autres solutions que Facebook pour se tenir au courant.

Comment faire pour rester informé ?

Il existe d’autres réseaux sociaux qui n’ont pas – pour l’instant – introduit ce genre de fonctionnement haïssable. Twitter est le premier, mais il est par nature volatile. Google+, en est un autre, et il est calqué sur Facebook – si vous avez un compte GMail, l’inscription est transparente ; enfin, pour les tenants du libre, le projet Diaspora se veut être un réseau open source (J’avais annoncé mon départ des deux derniers pour des raisons que je pense toujours, mais face au geste de Facebook, j’y reviens.).

Toutefois, il existe d’autres façons de faire, plus anciennes et surtout plus libres, et ce site vous les a toujours proposées.

La plus simple est le flux RSS. Un flux RSS est un canal d’information fourni par un site qui contient les nouveautés publiées sur celui-ci – exactement comme le flux d’informations d’une page Facebook. C’est une solution gratuite, standard, que personne ne prendra jamais en otage. Pour en profiter, il suffit d’employer un logiciel – souvent intégré au navigateur, donc très simple – qui permette de lire ces flux et vous en tenir informé. C’est aussi simple que d’utiliser Facebook, et vous pouvez classer vos abonnements comme bon vous semble. Les deux solutions les plus populaires sont Google Reader et Netvibes. Il suffit d’ouvrir un compte, puis de vous abonner chaque fois qu’un site vous intéresse et qu’il propose un flux (icône ci-contre). Le flux principal de ce site est à l’adresse suivante :

http://feeds.feedburner.com/lioneldavoust

Enfin, il y a la lettre d’informations. Encore plus simple : après abonnement, les nouvelles vous arrivent directement par mail. On rechigne parfois à s’y inscrire, ce qui est compréhensible, car cela ajoute encore au volume de courrier électronique que l’on reçoit. En ce qui me concerne, ma liste a un trafic très réduit, et propose deux « niveaux » d’abonnement. Le niveau « basique » n’envoie que les nouvelles les plus importantes (les actus éditoriales), ce qui représente très peu de messages. De manière optionnelle, il est possible de s’abonner également au blog – de recevoir une notification à chaque nouvel article. Si vous souhaitez vous abonner, c’est ici.

Ce que cela signifie pour moi (et donc, pour vous et moi)

Pourquoi, finalement, suis-je sur les réseaux sociaux ?

Je l’ai dit plus haut, j’y suis pour la même raison que je tiens un blog : parce que j’aime tenir un bar. J’ai lu il y a longtemps sur la liste de discussion SFFranco – je ne sais plus par qui – que l’écrivain pouvait s’apparenter à un chamane moderne : il part en des lieux étranges, en lui-même, et il en rapporte des histoires pour partager avecsla tribu. Cela ne recouvre pas tous les méandres de la complexité affective du métier, mais j’aime assez. Je blogue, je suis sur les réseaux sociaux, je partage récits de voyage, aventures, photos, technique d’écriture, articles sur le métier, un peu pour la même raison : pour tenir un lieu de discussion sympa (bien sûr, je parle aussi de mon actu, mais il faut bien faire tourner la boutique), pour nous fédérer, vous et moi.

Si je ne peux plus faire ça correctement – ou alors, en mettant la main au portefeuille – pourquoi rester ?

Merci, Facebook, de ce petit réveil-matin, de ce rappel qu’à s’en remettre à une entreprise tierce, on ne demande qu’à être menotté. Au lieu de diluer mon énergie sur des réseaux qui ne m’appartiennent pas, je vais me replier sur ce qui m’appartient : ce site, ce blog, où je suis propriétaire de l’intégralité du contenu, où je suis le patron incontesté. Je ne déserte pas FB, G+; Twitter pour autant, où les articles et certains liens idiots continueront à être répercutés, mais j’y glanderai beaucoup moins – à quoi bon ? -, et vais m’employer à re-déporter la conversation et l’activité ici. En prévision, je vais déménager le serveur sur une plus grosse machine dès que j’aurai une fenêtre de tir, afin de supporter la potentielle montée en charge.

Je vais, contraint et forcé, « promouvoir » cet article sur Facebook – ce sera la première et dernière fois que Zuckerberg recevera mes 5$. Je vous invite très vivement, dès maintenant, à :

Pour ne pas perdre le contact si les articles sérieux ou moins sérieux, si l’actu littéraire, ou tout à la fois, vous intéressent ici. Car si vous ne comptez que sur les réseaux sociaux, nous risquons de nous perdre.

Faites tourner l’information, s’il vous plaît. Facebook joue beaucoup sur la désinformation et le manque de maîtrise de ses utilisateurs, et ce scandale doit être exposé.

  1. Pondéré par des algorithmes de popularité, mais n’entrons pas là-dedans.
97 Responses to Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse
  1. […] divers links < arnaudperennes Get flash to fully experience Pearltrees Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse Facebook, connu pour ses méthodes cavalières, son attitude monopolistique, son usage moins que […]

  2. […] Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse From lioneldavoust.com – Today, 7:51 PM Facebook, connu pour ses méthodes cavalières, son attitude monopolistique, son usage moins que reluisant des données personnelles, vient de franchir un nouveau cap d'indécence.[La suite sur le blog…]… […]

  3. […] Le racket de #Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse From lioneldavoust.com – Today, 12:23 PM […]

  4. […] Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse La lecture de la semaine est un post de blog hébergé sur le site de <i>Forbes </i>, blog tenu par un certain Eric Jackson ( @ericjackson ), fondateur de la société de capital-risque IronFire . Le post est intitulé “Voici pourquoi Facebook et Google devraient avoir complètement disparu d’ici 5 ans”. Ce qui est intéressant, c’est que ce post a été écrit fin avril, bien avant donc les déboires qui accompagnent l’introduction de Facebook au Nasdaq en début de semaine. […]

  5. « En tant qu’utilisateur simple du réseau, cela signifie que vous ne verrez plus forcément le contenu qui vous intéresse, pour lequel vous avez accepté de recevoir des mises à jour : groupes de musique, écrivains, blogs… Mais aussi vos amis : votre soeur a perdu son chat, votre frère a eu un bébé, votre neveu a eu son bac, votre maman a organisé une sortie au musée – vous aurez de grandes chances de l’ignorer, à moins d’aller manuellement sur la page, de faire partie des 15%, ou que les personnes en question aient payé pour promouvoir leur statut… »

    Je ne suis pas scandalise par FB mais par les gens qui se scandalisent de ne plus pouvoir se « tenir au courant » de la vie des autres! Mais vous faisiez comment avant, serieusement? Arretez d’articuler votre vie autour d’un reseau social. Je vous rappelle d’ailleurs que le terme « social » ne fait en rien reference au lien sociaux que vous entretenez avec vos « amis » mais au systeme informatique qui au lieu de dependre d’un serveur central, se decline en une pyramide de serveurs (vos pc).
    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_social#Du_Web_au_Web_2.0

  6. […] sujet après avoir lu qu'une info balancée sur Facebook est lue par seulement 15 % des contacts : Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse […]

  7. TheChangeBook, c’est complètement nul, mais allez dessus quand même.

  8. Afin de conserver un rapport signal / bruit convenable dans ce flux de commentaires, merci, dorénavant, de limiter la publicité pour TheChangeBook. Je n’interdis pas la discussion à ce sujet, mais je modérerai à partir de maintenant toute réaction disant simplement « TCB c’est super, allez sur TCB ». Merci.

  9. […] Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse From lioneldavoust.com – Today, 8:42 AM Facebook, connu pour ses méthodes cavalières, son attitude monopolistique, son usage moins que reluisant des données personnelles, vient de franchir un nouveau cap d'indécence.[La suite sur le blog…]… […]

  10. Facebook est mort, vive TUMBLR !!!!

  11. juste ça (et c´est pas mal déjà) 1 novembre 2012 à 22 h 11

    IL est tellement vital d´arrêter de prendre ce moyen, cette distraction pour un besoin vital. Les samouraïs apprenaient à être prêts à mourir, moi je vous dirais de commencer à apprendre à vivre sans Facebook, comme vous le faisions il y a 10 ans.
    Tout le monde veut le grand changement mais quand l´autre demeuré viole notre privacité, on s´indigne mais suivons la dynamique d´être ses clients sans ne rien changer et en attendant le prochain abus pour le critiquer pour finir par l´accepter comme des moutons.
    Surprise, la plateforme http://www.thechangebook.org est l´alternative que tout le monde voulait et seulement les braves se sont donnés la peine de s´y intéresser. Et c´est vraiment bien! [ça a été généreusement fait par les étudiants québequois en lutte mais c´est sûr qu´il n´y a pas tout le capital de l´ »ado mal dans sa peau le plus riche de la planète au longues dents en couteau »] c´est comme l´ »autre « seulement que les gens qui y sont sont plus dans le contenu que dans la forme, que le nombrilisme, l´instagram, le « moi je », l´autopromo perso évidente, ou le « je te mets un like pour avoir ton estime et pour que tu vois que j´existe » ou le « j´aime la redoute » ou le « je dis stop au massacre des baleinaux pour switcher aussitôt sur le dernier post du profil d´Apple »…
    Rien de personnel mais retenez que pour qu´il y ait un changement dans ce monde que tout le monde méprise il va devoir y avoir de sacrés changements au niveau personnel.
    Réveillez-vous, tournez-vous honnêtement vers vous mêmes et arrêtez d´attendre que ce soient les autres qui changent pour que le monde soit de suite la planète rêvée.
    Merci et Rdv sur http://www.thechangebook.org si vous vous sentez concernés par autre chose que par votre personne, par le monde consumériste et par une vie emprunte de démagogie. Merci!

  12. Olivier de Sillègue 1 novembre 2012 à 19 h 26

    Çà, je suis vraiment étonné de ces méthodes! Pour ma part, je n’aurais aucune difficulté à laisser tomber facebook et à trouver un autre site internet où l’échange est possible absolument sans frais. C’est dommage quand même, puisque j’ai retrouvé beaucoup d’amis et de membres de ma famille éloignée sur ce site.

  13. Bah… Facebook est une entreprise privée américaine…
    Vous en connaissez beaucoup vous des sociétés de ce type qui fournissent des millions de gens gratuitement ad vitam eternam ?

    Pour le moment, c’est gratuit sur Google + parce que le produit c’est vous, mais pour combien de temps ?

    • « Le produit c’est vous » j’ai toujours adoré cette phrase. ça me rappelle celle d’un patron de chaîne TV US câblée (et payante), du genre si vous regardez la télé et qu’il y a de la pub c’est que le produit c’est vous… Bref, vas t-on bientôt (re)venir sur des modèles payants pour éviter d’être mis en boite? Je ne pense pas, une récente étude l’a bien prouvé en démontrant que 90% des utilisateurs préféreraient du gratuit et subir la pub que du payant, longue vie aux annonceurs.

  14. Eh oui Facebook commence à faire de graves erreurs. Ils risquent de se prendre une belle claque à force de prendre les gens pour des cons et surtout les annonceurs qui sont leur uniquement source de revenus.

  15. […] Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse From lioneldavoust.com – Today, 1:53 PM […]

  16. perso je viens
    de crée une page et Facebook me demande de payer pour ça promotion, c’est Brabant pour un réseau qui se dit gratuit

  17. Une question : Impossible de retrouver l’endroit ou l’on paie comme sur ta capture d’écran dans ton article . On parle bien de la promotion d’un article sur une fan page? Pourrais tu me donner plus d’information car je suis vraiment surpris par la méthode de Facebook. Comment as tu eu l’info du 15% – 85% ?
    Merci d’avance pour tes réponses et merci pour l’article!

    • Non, il s’agit d’un profil perso dans mon cas. Mais les pages sont impactées également (il semble que l’interface soit différente toutefois), il faut cliquer sur « Sponsored » une fois qu’on a payé pour avoir les stats. La proportion 85/15 est avancée par Dangerous Minds, article cité en source dans mon billet, et a été confirmée par plusieurs intervenants en commentaires.

  18. Pathétique d’apprendre sur Facebook que  » votre soeur a perdu son chat, votre frère a eu un bébé, votre neveu a eu son bac, votre maman a organisé une sortie au musée « .
    Sans demande en « ami » les personnes que l’on a vu deux voire une fois, on ne risque pas de ne pas voir les publication des ses proches. Ayez une vraie vie les mecs !

    • Dit le mec qui commente un article qui, visiblement, ne le concerne pourtant pas. :)

    • Entierement d’accord avec toi. Quand on a besoin de facebook pour savoir ces choses-la alors il faut vraiment s’inquieter…Je suis un utilisateur regulier de facebook mais jamais je ne baserai ma vie la dessus.

  19. […] Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse From lioneldavoust.com – Today, 2:45 PM […]

  20. Vous avez pas tout a fait compris ce qu’il se passe. beaucoup d’erreur dans cet article, meme si je suis d’accord sur le fond. on touche maintenant jusqu’a 16 % de contact et avant on ne touchais pas la totalité d e ces contacts.

  21. « Plus que ridicule : scandaleux, une véritable prise d’otage, un racket parfaitement mafieux. Se rendre indispensable en montrant (plus ou moins) patte blanche, puis, une fois la position dominante atteinte, dire « maintenant, pour continuer à utiliser dans des conditions normales un outil qui fait partie de votre vie, il va falloir passer à la caisse ». »

    Covoiturage.fr, adopteunmec

  22. Facebook est et restera un site web, évolué certes mais ce n’est qu’un site web. Il faut accepter le fait que Facebook ne nous appartient pas. Si chez Facebook ils décident de monétiser à fond leur plateforme et bien qu’ils le fassent et si ça ne plait pas à certaines personne et bien rien ne les empêche de partir et de trouver autre chose de mieux ailleurs mais je suis pas sûr que Twitter ou Google+ soit mieux sur du long terme.

  23. ne pas oublier le pubsub XMPP le digne remplaçant (ou extension) des RSS ^^

  24. mieux, une petite phrase s’infiltre sur le Lien
    1 / q’uen pensez vous ?
    2 / avez-vous prévu une sortie de FB ?

    étonnant n’est-ce pas ? et un grand merci

  25. Petit truc pour tous, afin de lire les publications de tous vos amis…. et qu’un plus grand nombre vous lisent…
    bref comment apprivoiser le nouveau facebook…
    Créez vous des listes d’amis thématiques…
    Une liste pour la famille,
    une liste amis perso…
    une liste pour les contact selon comment vous les connaissez… travail, activité, etc…

    Exemple, moi j’ai une liste famille
    une liste amis proches
    une liste collègues
    une liste bénévolat
    une liste politique
    ainsi de suite…

    Si je ne spécifie pas à qui j’envoie…. il d’envois par défaut à la liste publique…
    et donc passe par le filtre de facebook, afin de limiter le flux et accélérer le site pour tous les utilisateurs…
    Si je publie dans ma liste de famille, tous les gens dans ma liste verront ce post, à moins que j’envoie un nombre exagéré de post à cette liste…
    ainsi de suite…

    Quand je veux lire la potalité des post d’un groupe, je vais sur la liste, et s’ouvre le fil de ce groupe, sans supprimer de publications….

    voilà donc le mode d’emploi de facebook… ;)

  26. ahhhh, je comprend pourquoi on ne trouvait plus nos articles habituels ! Je suis en utilisateur simple, les autres aussi, on est abonnés à la même page et on ne recevait quasi plus rien ! On se demandait, on croyait que les articles disparaissaient après affichage ! Eh bien, c’est chez nos abonneurs que ça va être cool ! Il va donc falloir aller voir de visu tous les jours, que dis-je, toutes les heures pour ne rien louper ! C’est ce qu’on s’est déjà mis à faire remarque, et c’est super chiant, ça prend un temps fou ! Je disais justement hier qu’il nous faudrait absolument un facebook français ! et gratos bien sur ! Ou bien un système qui fonctionnerait en P2P ça pourrait être pas mal, plutôt en KAD vu que les mises à jour sont faites en permanence ! au lieu de liste de fichiers, ça serait les infos publiées par les connectés. Plus de trafic à la clé, mais il suffit en fait d’avoir le prog adéquate et on n’a même plus besoin de serveur. Il faudrait qu’un de nos petits génies de l’informatique nous ponde ça !

    • LE DERNIER SCANDALE DE Face Book : Lisez bien ce qui suit, car cela vous concerne, que vous soyez un utilisateur simple ou un communicant, dans votre droit à parler et à être entendu sur le premier réseau social mondial. PROMOUVOIR = PAYER , POUR QUE VOS AMIS VOIENT CE QUE VOUS PUBLIEZ … Je crois que je vais aller sur Gmail + !!! … &;-(( .. En effet, je l’ai constaté … C’est juste à gerber !!!

Les commentaires sont fermés.


[haut]