Ce petit compte-rendu est très tardif (le salon de Besançon s’est tenu il y a dix jours), en raison de fréquents déplacements pour parler de Léviathan : La Chute, ce qui explique aussi le rythme un peu chaotique des mises à jour du blog. Il est d’ailleurs possible que je réduise un peu la cadence à deux ou trois articles par semaine au lieu de mises à jour quotidiennes, lesquelles pourront quand même avoir lieu quand les circonstances le permettront, bien sûr. Fait amusant, un visiteur m’a informé que le Doubs était le département français le plus éloigné de toute mer, mais je m’y suis très bien senti quand même (pas de dessèchement, de crise de manque, check, tout va bien). Le cadre de cette dixième édition du salon, situé parc de la Gare d’Eau, était magnifique, un petit havre de verdure idéal pour prendre une petite pause. Je savais que je passerais un bon moment en apprenant que je serais sur le stand de la librairie L’Intranquille, car c’est un nom qui remet les idées reçues en question et ne prend rien pour acquis ! J’ai eu le plaisir de retrouver des comparses desdits mauvais genres, Jeanne-A Debats, Guillaume Lebeau et Christophe Lambert – la palme du plus beau calembour du week-end revenant à Guillaume, voir chez Jeanne l’explication. Merci à vous tous qui êtes venus découvrir Léviathan : La Chute pour son premier salon, ainsi qu’à l’organisation très efficace, à l’Intranquille et à mes voisins, Joelle Miquel et Frédéric Chouraki, pour un excellent moment ! (EDIT : les photos sont un peu pourries parce que prises avec mon téléphone)