De retour de Nantes et des Utopiales, avec lesquelles je vous ai bassinés pendant dix jours, mais cela le vaut bien, car il faut y venir, et ensuite, il faut y revenir. J’aimerais bien avoir quelque chose de malin à raconter et à dire, comme toujours, mais j’avais déjà plus ou moins promis des photos tweetées et tout ce que j’ai pu envoyer, c’est une photo de l’affluence dans la Cité des Congrès, une du diorama Lego construit par d’incroyables artistes, et un tweet informant le vaste monde que la friteuse du Novotel avait pris feu. Ce qui est vital, on en conviendra. À quoi ressemblent mes Utos ? Eh bien, paradoxalement, vous en voyez largement plus que moi. Pour un auteur, les Utos sont un grand rassemblement où l’on retrouve les copains, les contacts (un contact n’était que quelqu’un avec qui vous avez des idées communes et qui deviendra donc un copain) mais où, aussi, on discute. Beaucoup. Souvent avec des bières. On discute de projets à venir, des siens et de ceux des autres ; les informations utiles, optimistes ou non, du métier ; et surtout, on revoit tous ceux qu’on ne voit qu’une ou deux fois par an, mais avec qui on correspond toute l’année. Bref, plus ou moins consciemment, on prend le pouls de la SF, mais on contribue aussi à ce pouls, on en fait  partie – de ce que Roland C. Wagner appelait, ainsi qu’il a été justement rappelé lors de l’émouvant hommage qui lui était dédié, le « peuple de la SF » – quel autre genre s’appelle le « peuple » de lui-même ? Peuple du polar ? Peuple du roman sentimental ? La SF – l’imaginaire – a quelque chose de particulier, c’est une famille avec ses embrassades et ses gueulantes le soir de Noël, et c’est ce qui la rend belle. D’ailleurs, ce pouls, me semble-t-il au vu de ces Utos, va extrêmement bien : j’ai vu une affluence comme rarement dans les couloirs (objectif des 50 000 visiteurs atteints d’après Elbakin !) ; des salles pleines (voire débordantes) pour les tables rondes, même à 10h du matin ; des libraires qui semblaient satisfaits ; un intérêt des grands médias pour la SF, et beaucoup de petits qui vous posaient d’excellentes questions. Je suppose que les débats enregistrés seront bientôt mis en ligne ; je vais guetter l’information. Dans l’intervalle, je veux juste dire un chaleureux merci à toute l’organisation qui continue à renouveller cet événement avec des surprises d’année en année, aux bénévoles, aux copains, aux contacts, aux journalistes, blogueurs, et à vous, bien sûr, pour toutes les rencontres de ce week-end. Et maintenant, pour ceux qui n’y étaient pas et qui nous ont manqué, retombées à suivre !