La revue de presse, qui consiste à faire l’écho des chroniques parues sur les livres et anthologies où j’ai le plaisir de participer, me pose un léger cas de conscience.
  • Je tiens à la faire pour rendre hommage aux chroniqueurs qui ont apprécié les livres, les remercier et peut-être envoyer un peu de trafic sur leur article. Cela me paraît la moindre des choses.
  • Dans les faits, ces articles sont très peu lus, et je cours rapidement le risque paradoxal, quand les critiques sont enthousiastes, d’avoir l’air de me passer de la brosse à reluire. (Et ainsi se dresse le spectre de Personal Branling.)
La meilleure solution que j’aie trouvé pour concilier ces deux aspects est d’en faire des brèves. Je vais les laisser un moment dans le flux normal du blog et voir si ça fonctionne. Si elles sont trop nombreuses pour ça, je les passerai dans un encadré à droite. EDIT : Ce sera finalement la solution retenue dans un premier temps (voir les réactions à l’article). Auguste lectorat, qu’en dis-tu ? Amis blogueurs ?