Nous y sommes. 
Rhuys ap Kaledán est un héritier déchu. Tout juste libéré de la servitude et des galères, il rejoint la cité franche d’Aniagrad, où tout se vend et tout s’achète, pour reconquérir l’honneur de sa famille. L’occasion lui en est rapidement donnée : Edelcar Menziel, un ancien ami de son père, lui propose de travailler sur la conversion dranique, un procédé perdu depuis des siècles qui permettrait de réaliser des machines magiques.  Résolu à tracer son chemin dans la haute société de la ville,  le jeune homme s’investit de tout son cœur dans le projet. Mais bientôt, coincé entre des intrigues politiques et son amour pour une mystérieuse jeune femme qui vend des fragments de son âme pour survivre, Rhuys découvre que le passé recèle des secrets bien sombres et tortueux. Aux prises avec l’ambition, la duplicité et le mensonge, il devra se montrer plus rusé que ses ennemis s’il veut atteindre son but sans perdre son âme.
Port d’Âmes est maintenant dans toutes les bonnes librairies, et disponible également à la commande en ligne ! Ce roman est avant tout le voyage d’un jeune homme dans une ville étrangère, traîtresse et sans pitié. C’est autant un roman d’aventure que d’amour – eh oui. S’il y a de vieux (j’entends vieux) lecteurs de ce blog dans ses incarnations précédentes, il s’agit enfin du projet au nom de code supertanker ; cet épais roman, entre enquête et introspection, résulte de plus ou moins huit ans de travail environ, au terme de plusieurs versions entièrement réécrites. Je suis très heureux de pouvoir enfin le livrer, et de le voir vivre sa vie dans le vaste monde. J’espère qu’il vous plaira – au-delà de l’aventure, il aborde en filigrane des thèmes comme la fidélité à soi-même, la création et l’identité : sommes-nous plus que la masse accumulée de nos souvenirs ? Questionnement qui affleure çà et là dans d’autres nouvelles comme « Bataille pour un souvenir » ou « La fin de l’histoire » (et la magie mémorielle de Port d’Âmes s’inscrit dans le prolongement de ces récits). Port d’Âmes s’inscrit dans l’univers plus vaste d’Évanégyre, comme La Volonté du Dragon et La Route de la Conquête, mais se déroule à une époque entièrement différente, bien plus tardive. Ce récit, comme les autres, est parfaitement indépendant, et constitue même le meilleur point d’entrée dans l’univers à ce jour (un épais roman « one shot« ). La toute première chronique a été publiée dans la semaine, elle est signée le Bibliocosme ! Un certain nombre de questions sont apparues sur les réseaux sociaux cette semaine : afin de rendre l’information plus disponible, je pensais les compiler ici.

Questions fréquentes

Port d’Âmes s’inscrit dans un univers ? Une séquence ? C’est la suite de quelque chose ?
pda-instagram

Couv. François Baranger

Oui et non. Port d’Âmes s’inscrit dans l’univers bien plus vaste d’Évanégyre, un monde de fantasy que je développe depuis quinze ans et qui s’est trouvé déjà mis en scène dans La Volonté du Dragon et La Route de la Conquête, mais le lien n’est pas direct. C’est une époque entièrement différente, des personnages entièrement différents, une histoire entièrement différente. Tous les livres de cet univers (Port d’ÂmesLa Volonté du Dragon et La Route de la Conquête) sont indépendants les uns des autres. Tous les lire, en revanche, apporte une vision plus vaste et même un certain recul sur la marche historique d’Évanégyre – c’est le plaisir pour le passionné.
D’accord, alors dans quel ordre faut-il les lire ?
Cela n’a strictement aucune importance. Tout est conçu pour être lu dans l’ordre que l’on souhaite. Toutefois, si l’on cherche une entrée en matière – non seulement à Évanégyre, mais à mon travail de manière générale – Port d’Âmes est probablement la meilleure porte à l’heure actuelle.
Comment ça se prononce, Évanégyre ? Rhuys ap Kaledán ?
Exactement comme ça s’écrit. é-va-né-jir; ruisse appe ka-lé-danne. De manière générale, je rapproche les graphies fantasy autant que possible de nos habitudes de lecture francophones. Lisez ça comme vous le sentez et vous tomberez généralement juste. Et si vous ne tombez pas juste, je n’en ferai pas une maladie ; c’est dans votre tête, et vous y avez tous les droits ! Vous parlez un type dont presque tous les profs ont écorché le nom quand il était môme (« Davou » au lieu de « Davousste ») ; je ne suis absolument pas intégriste sur la question !
Je lis Évanégyre depuis le début et je veux en savoir plus sur l’univers. Pourquoi la graphie des noms change-t-elle d’un texte à l’autre, comme Asreth / Asrethia ? Saura-t-on un jour ce qui a vraiment lancé le grand plan de conquête impérial ? Et même ce qui s’est passé entre La Route de la Conquête et Port d’Âmes ?
Tous les éléments laissés dans l’ombre à l’heure actuelle ont une réponse – rien n’est laissé au hasard. Les éléments comme les changements subtils de graphie, les interprétations différentes sur certains événements sont autant de petits cailloux laissés sur le chemin pour le lecteur (très) attentif. Cela fait partir du « plaisir » du passionné mentionné plus haut et n’est en rien nécessaire à la lecture. Toutefois, je sais exactement où je vais, et tant qu’il y aura des éditeurs intéressés par des livres dans cet univers (j’en profite pour remercier chaleureusement les éditions Critic, leur passion et leur soutien pour Évanégyre), alors… il y en aura, et les réponses viendront. Critic m’a d’ailleurs autorisé à dire que nous n’en resterons pas là, et que le prochain projet sera ambitieux. Très ambitieux. Tellement, d’ailleurs, qu’il ne sortira pas l’année prochaine. Il s’agira d’une époque encore à peine esquissée pour l’instant dans les récits publiés (mais n’aura pas encore trait aux grandes guerres de la séquence,je préfère prévenir tout de suite).
OK, mais où sont les pages univers du site ?
En cours de refonte / retravail. Il y a assez de matériel publié maintenant pour proposer de vrais compléments !
Comment puis-je recevoir un exemplaire dédicacé ?
Pour tous les livres précédents, nous avions arrangé avec la librairie Critic des précommandes dédicacées. Malheureusement, étant actuellement à la Réunion, ce n’est pas possible. Toutefois, comme il y a eu pas mal de demandes en ce sens, voici ce que je peux proposer… 1. Je rentre en métropole à l’automne dans le but de présenter le livre à un certain nombre de salons ; si vous avez l’occasion de vous déplacer, je serai là (d’autres dates à venir) : [add_eventon_list hide_past= »yes » number_of_months= »5″ accord= »yes » ] 2. Je suis en train de construire une liste de personnes intéressées par un exemplaire dédicacé reçu par correspondance. Je m’occuperai d’acheter les livres auprès de Critic (en leur rôle de libraire, cette fois) en votre nom et de réaliser l’expédition moi-même. Attention, cela signifie deux contraintes : a) je ne pourrai m’en occuper qu’à mon retour à la mi-septembre (donc un mois de délai par rapport à la sortie), b) il y aura un surcoût lié aux frais d’envoi (et ceux-ci deviennent chaque année plus conséquents dans le monde du livre…). Si toutefois cela vous intéresse, envoyez-moi un mail via le formulaire de contact pour réserver votre exemplaire. Je vous recontacterai ultérieurement pour gérer la logistique. Pour des raisons de praticité, comme cet article se retrouvera dans les archives du site comme toujours, il me faut mettre une date finale à cette proposition ; elle sera donc ouverte pour deux semaines à partir d’aujourd’hui, c’est-à-dire, en clair, qu’elle se terminera le 4 septembre 2015. Surtout, merci pour votre enthousiasme collectif, votre intérêt, et avant tout : bonne lecture !