Terve! Cette semaine, c’est la convention mondiale de science-fiction, la Worldcon pour les intimes. Si nos Imaginales et Utopiales sont les grands-messes de l’imaginaire en France, les worldcons le sont pour le moooonde. Entier. De la planète. J’avais eu le plaisir d’aller à celles de Montréal en 2009 et Londres en 2014, et j’avais chroniqué un peu comme j’avais pu ce que j’avais vu et découvert de rigolo et/ou intéressant (perds-toi dans les archives, auguste lectorat, en 2009 et en 2014, mon dieu, je suis vieux de l’Internet). Je vais cette année encore tenter de bloguer, avec un jour de décalage (vous saurez le lendemain matin ce qui a pu se passer la veille) et sans promesse pour le week-end (c’est le jour du Seigneur. Ou celui, d’expérience, de la fatigue). Ça veut probablement dire aussi que les déclencheurs de la semaine prochaine seront reportés au mardi, et il n’y aura pas de photo de la semaine, mais hey ! C’est ça, le journalisme ! On est prêt à tout, y compris chambouler le planning du blog. Cette année, level up, parce que je participerai à une table ronde sur la traduction (des joies et difficultés de traduire l’imaginaire), mais je donnerai aussi une conférence sur les outils informatiques pouvant aider à l’écriture. Si vous étiez au cours du soir des Utopiales l’année dernière, c’est à peu près la même, à de petits raffinements près, un peu de plus un peu de moins, et en le tout en anglais, évidemment. Fun!

Cliquez pour agrandir si nécessaire. Ouais. Probablement nécessaire.

C’est aussi, évidemment, le genre de voyage qui se prête totalement à plein de bêtises sur Instagram et Twitter. Je sais que mon compte Insta (comme on dit) est un peu en jachère, mais c’est pas hyper oufissime, la vie d’un auteur chez lui qui passe le plus clair de son temps à regarder défiler son document Scrivener. Bref, on va essayer de voir ce qu’on peut faire ce week-end. Et oui, Maman, tu peux suivre aussi si tu as peur que je me fasse enlever par des vikings1. Ah, et puis le site officiel de l’événement est .
  1. Je déconne, hein, on sait tous que les vikings c’est pas là-bas.