Tu auras des seins, ma fille

25 mars 2011
24 réactions

Je reste carrément pantois devant cet article d’OWNI1 : la nouvelle mode, c’est de faire porter aux gamines de 7 – 8 ans des soutien-gorges rembourrés pour faire croire à une poitrine naissante. Évidemment, ça a soulevé un tollé plutôt légitime, de l’opinion comme de la part des associations de protection de l’enfance, et les articles en question ont été retirés des rayons avec une diligence presque surprenante. On peut même s’ébahir devant la rapidité de certaines réactions, l’article mentionnant :

Il n’empêche : suite à nos appels, La Redoute et les 3 Suisses ont tous deux retiré de leurs sites web les modèles de soutiens-gorge rembourrés de taille 10 ans/70A.

D’habitude, pour obtenir ce genre de gain de cause, il faut se heurter à des téléphones qui ne répondent pas, des mails qui reviennent en erreur, bref, batailler longuement. Là, pas de discussion, une suppression qu’on pourrait même croire préventive, genre « oups, on a sévèrement merdé, là, retirez-moi vite ça de la vente ». Ça pose quand même la question : n’y a-t-il personne chez la Redoute qui contrôle les inventaires et les catalogues ? Découvriront-ils demain que ces mystérieux masseurs de visage qu’ils vendent depuis des années ne sont en fait pas des masseurs de visage ? *shock* Je me demande quelle absurdité un esprit farceur pourrait pousser ces compagnies à placer dans leur référencement. Quand soudain, entre un slip et un calebute, 200g de choucroute garnie.

Bref. Ce n’est pas tant cette vente qui me scandalise en elle-même, bien que ce soit parfaitement grotesque et surtout potentiellement dangereux pour les gamines. Je m’agace surtout de la société, schizophrène en phase terminale, qui a pu rendre ce genre de truc débile possible. D’un côté, nous avons la hantise viscérale de la pédophilie, crime ignominieux par excellence de notre époque qui considère, dans sa morale, l’enfant comme le bien suprême, ce qui a conduit à des dérapages comme Outreau. Nous avons le déni quasi-total de la sexualité adolescente : aussi fort que leurs parents s’efforcent d’oublier leur propre jeunesse, pas mal de gamins et gamines de 13 -14 ans sont fort précoces et très intéressés par la chose – ce qui ne veut pas du tout dire qu’il faille les précipiter sans aucune réserve vers la pratique, mais, plutôt que de se cacher la tête dans le sable, il me semble que les orienter et les éduquer vers un développement sain, une sexualité assumée et leur propre protection leur éviterait refoulement, insatisfaction et surtout de faire des conneries dans le dos d’adultes qui ne veulent si souvent rien voir ni entendre. Mais non, ce sont encore des enfants, tu comprends, ils ne pensent jamais à la chose. Mais ouais, c’est ça.

Bon, et de l’autre côté, on colle des seins sur des gamines ?

Ce ne sont pas les marques de lingerie ou les distributeurs que j’ai tellement envie de baffer. Ce sont les parents qui achètent ces trucs. Ces parents irresponsables, incohérents, au regard vide, à la voix traînante, qui ne savent communiquer que par aboiements et gloussements, qui suivent les panneaux publicitaires brillants comme des chats à qui l’on fait gigoter une ficelle, pour habiller leurs gamines comme des Barbie d’une main et de l’autre pousser des cris d’orfraie et réclamer la peine de mort dès qu’on prononce le mot « pédophile ». Les gens, faites un geste pour la planète : donnez votre cerveau à la Croix Rouge, il y a des scientifiques qui ont besoin de puissance de calcul et qui sauront parfaitement quoi faire d’un beau réseau de neurones inutilisé.

Mon espoir pour la semaine, ce n’est pas que ces trucs soient retirés de la vente, ce serait qu’ils ne se soient pas vendus.

  1. À noter la conclusion fascinante de l’article sur les différences culturelles entre Occident et Orient et comment un produit visant un but sur un marché entraîne des conséquences diamétralement opposées sur l’autre.
24 Responses to Tu auras des seins, ma fille
  1. A quand les slips de bain rembourrés pour les ptits gars sur la plage ???

    T’façon, mon fils en aura pas besoin (si j’en ai un un jour, mais avec le bol que j’ai je vais me taper un combo double pouffette). Mon filsil en aura une énooooooorrrrme !

    C’était également une contribution fort utile pour faire avancer le schmillilili…

  2. J’espère ne pas être censuré pour cette pensée mais je trouve l’article et les commentaires (à part la remarque de qsdfghj) navrants. Ca commençait bien avec un bon style et quand tu as écrit « cette vente [… est …] surtout potentiellement dangereux pour les gamines », j’ai cru à du second degré. Mais en fait non.
    Tu as envie de baffer les « parents irresponsables ». Moi aussi ça m’arrive. Des couples que je croise dans le métro, par exemple. Mais je me raisonne, je ne fais pas un article. Je me sermonne en me disant que je n’ai aucun droit de juger aussi arbitrairement, que rien ne me prouve qu’ils vont mal tourner, ces « pauvres gosses ».

    Dans les coms d’owni, on lit quelqu’une qui pousse ta pensée jusqu’au bout : « C’est un appel au viol ». Bravo, on vient de faire un bond de 50 ans en arrière.

    Par chance on trouve aussi un autre com qui rattrape un peu tout ce qu’on entends ailleurs:
    « je trouve peut-être un peu exagéré la réaction, les sous-vêtements sont avant tout fait pour plaire à celle qui les porte. Il ne s’agit pas d’un objet sexuel. Les petites filles ont l’impression de s’identifier à leurs mamans ou à des grandes ce qui est très normal. Surtout qu’il y a une grande disparité à cet âge là. Certaines petites filles sont formées très jeune et peuvent être jalousées ou au contraire repoussées par les autres. »

    Voila, pour terminer sur un exemple : si je dois acheter un soutif rembourré à ma fille (j’en ai pas), ce ne sera pas l’oeil vide. Ce sera avec le sourire aux lèvres (en me marrant à l’avance, en fait). Parce que ce soutif elle me l’aura demandé (il ne faut pas avoir réfléchi beaucoup pour croire qu’un jour, en faisant les courses, on va se dire « Ah, elle a 8 ans, on va lui acheter des soutifs »). Et si elle le veut, c’est pour faire sa grande. Mais on sait tous que ça marche pas comme ça. Que tout le monde va voir que ça a poussé en une nuit. qu’en maillot de bain elle en aura pas plus .. etc.

    • Oui, bien sûr, je « censure » tous les commentaires le matin au petit-déj, ça me détend pour tromper la désespérante vacuité de mon existence. La preuve.
      Tout le monde peut apporter la contradiction en ces lieux, les vrais débats sont bienvenus. Mais pour ça, il faut le faire 1) de manière argumentée, en se dispensant des tours de passe-passe rhétoriques 2) en ayant lu soigneusement l’article auquel il est fait référence 3) en prenant soin de ne se montrer insultant avec personne, surtout pas la communauté.
      Tu échoues sur les trois points. Sinon, bonjour.

      • Et bien … je t’écoute argumenter le fait que ces soutifs sont dangereux, t’excuser auprès des parents qui achètent ça a leurs filles et m’expliquer pourquoi le 2)

        • Des excuses ? Cet article est un billet d’humeur et il est à prendre comme tel. Un inconnu qui débarque avec un air suffisant n’a pas de leçons de morale à donner à tout le monde.
          Pour le 2), je me contenterai de commencer par dire que « une pensée poussée jusqu’au bout » n’est pas un juste reflet de la pensée d’origine.
          Pillow-Jutsu, tu es reconnu comme un visiteur qui cherche visiblement à susciter, non pas du débat, mais de la controverse stérile sur des bases rhétoriques biaisées (à l’exception du dernier paragraphe de ton commentaire d’origine qui est simplement ton opinion).
          Je t’invite très fermement à ne pas pousser cette discussion-là plus loin et à consulter bien attentivement le mode d’emploi sur les commentaires du blog que j’ai rédigé juste pour toi et ceux qui te suivront forcément.

        • Je suis déçu que tu me voies comme un troll : la discussion reste dans le coeur du sujet.
          Cet article est un billet d’humeur. Si ce n’était que de l’humeur silencieuse, passe. Mais c’est un billet : une affirmation lancée à tout le monde. Il ne faut pas s’étonner qu’on te réponde. Pour reprendre l’exemple du bar : si quelqu’un sort un truc pareil à la cantonade dans un bar, je lui dirait la même chose et dans le même ordre.

          Et je ne réponds pas pour rien, mais pour le faire changer d’avis. D’où la question suivante : penses tu toujours que les parents achètent ce genre de sous vêtement le regard vide et la voix trainante ?

  3. Question à direction des psy: est-ce que des gamines à gros sein ça plairait vraiment aux pédophiles? Si j’ai bien lu mon nabokov, tout ce qui fait femme adulte a un effet détersif, non?

  4. Excellent coup de gueule à mon sens. Outre les images sexistes et l’incohérence.. je saute sur le fait que ce sont des marques grand public : la Redoute !!! et là pas de femme dans l’espace marketing pour aller voir que y’a un problème avec ce produit ???
    Vraiment, je comprends rien à rien faut croire.. :)

  5. Pour ceux qui ne connaitraient pas encore :

    (ça marche ou pas l’intégration, dans les commentaires ? Sinon, Miss Ultimate Sexy Baby, c’est là : http://www.youtube.com/watch?v=dPLWKBWkn3s )

  6. Ce que je trouve vraiment débile, personnellement, c’est à la base de mettre des sous-tif, brassière et autres « hauts » à des petites filles qui n’en ont pas besoin (au sens physique du terme : il n’y a rien à soutenir).
    Ainsi, le nombre de gamines de moins de 5 ans, à la plage, qui ont une brassière alors que tous les petits garçons du même âge et pas mal d’autres filles se contentent d’un slip de bain tout à fait suffisant. Le sos-tif à cet âge ne sert qu’à dire « tu es une fille ».

    Au-delà de la sexualisation précoce, il me semble qu’on assiste à de la genrisation précoce. Plus que « tu auras des seins », c’est « tu seras une femme » avec tous les clichés et comportements de genre associé. Risquer une fille qui aime les voitures de course et obtienne un doctorat de mathématiques, pas question ! (ce sera chaussures à talon et littérature comparée) Manquerait plus qu’elle se mette en tête de faire de la politique, par-dessus le marché !

    • Antepenultieme 26 mars 2011 à 9 h 39

      On n’oubliera pas les kits de maquillage pour enfants prépubères !
      Non pas que j’approuve, mais dans le cas précis que tu mentionnes, il ne faut pas oublier que certaines petites filles voudront s’habiller comme cela par processus d’identification. Pour faire comme maman, ou faire comme sa grande sœur ou comme une star qu’elles apprécient. Il reste que la réaction des parents vis-à-vis de cette demande est le point important.
      Maintenant, peux-tu interdire à ta fille de 8 ans un maillot de bain deux pièces parce que cela va reproduire des « schémas socio-culturels répréhensibles » ?
      Je précise que je suis carrément révolté par les articles que Lionel a mentionné, mais je voulais juste nuancer les choses pour éviter de tomber dans des positions extrémistes.

      • je n’ai pas d’enfant. Mais ça ne me gênerait pas d’interdire ce genre de choses (en expliquant).
        Encore que j’espère que si j’avais une fille, elle ne se pointerait pas à 8 ans pour réclamer un soutien-gorge inutile !

        • Antepenultieme 30 mars 2011 à 10 h 53

          Une fille à huit ans peut avoir une conscience très aigüe de son corps et en fonction de ce qui motive son désir d’avoir un haut de maillot de bain (je reste sur cet exemple précis), j’accèderai ou non à sa demande. Par contre, non au rembourrage ! Commencer aussi jeune à tricher sur son corps, à donc le nier, ne me paraît pas très sain. Décision qui n’engage que nous, en tant que parents, bien sûr.
          Plus tard, je suppose avec la puberté, elle pourra avoir plus de contrôle sur ce choix, parce que la maturité passe aussi par contrôle de sa personne physique et morale (de plus, je suppose fortement qu’elle ne demandera pas l’avis de papa avant d’acheter des sous-vêtements…)

        • Cher Sand,
          il ne faut pas non plus tout mélanger, étant père de famille, je ne vois pas ce qu’il y a de mal à ce que ma fille de 7 ans préfère avoir un deux pièce que porter juste un slip de bain, ou le contraire. Je ne vais pas EMPÊCHER ma fille de vouloir se comporter … comme une fille !
          Elle veut jouer à se maquiller ? Pas de problème, du moment que ça reste A LA MAISON !

          Mais de là à lui faire porter un string à 10 ans (voir même à 14), y’a une ÉNORME différence

      • Tout à fait d’accord, les parents ont un rôle critique à tenir… dont ils sont hélas bien souvent démissionnaires, voire promeuvent activement l’accessorisation de leurs gamins.

  7. C’est un Scandale ! je suis carrément Outreau !

    Sans rire, c’est triste à force d’être con, l’espèce humaine. De plus en plus, je trouve.

    Lo.

  8. Dans le même genre, je me rappelle avoir vu chez Tammy (la succursale de Etam pour petites filles) , des strings taille 8 ans. Ça m’avait bien choquée. Et je vous parle de ça, c’était pas hier, hein, ptet ben en 2002 ou ce genre d’années.

    Et pierre : des nichons sur une gamine, à première vue, ça peut lui rajouter quelques années, ou au moins poser la question.

  9. Il dit qu’il voit pas le rapport, une gamine avec ou sans nichons reste une gamine.

  10. Errigorges pour tous !
    (vous sentez, on a de l’eau presque jusqu’aux chevilles…)

  11. Ce qui serait intéressant, c’est de savoir dans quels milieux socio-culturels on adopte ce genre de comportement de sexualisation précoce des filles – qui la plupart du temps découle d’une certaine vision de la femme (les parents ne « visent » pas le pédophile en puissance, ils « visent » la future femme séduisante qui attirera le mâle et fondera une belle petite famille…

    • Effectivement. Je ne sais pas si c’est tant une question de fonder une famille qu’au fond, effectivement, de séduction pure – ce qui est malsain ici, je pense, c’est que les parents se projettent tant dans l’enfant qu’il en devient un outil, un simple accessoire de leur propre image.

      • En général, dans la culture populaire, le package « image de la femme » comporte toutes les composantes : la future séductrice n’est pas là pour rien, sinon comment les parents deviendront-ils de futurs grands-parents comblés… Mais c’est totalement dans le non-dit, ils ne se rendent même pas compte des clichés socio-culturels qu’ils véhiculent…

        • Tout à fait d’accord. Et ça charrie avec tout un tas d’idées moisies, contradictoires et donc névrotiques sur la valeur de la séduction, la vertu, les rôles sociaux etc.

  12. Qu’est-ce qu’on n’invente pas comme conneries, quand même…

Les commentaires sont fermés.


[haut]