Importante nouvelle, pour laquelle je m’y prends bien à l’avance : Les Mots est une école / atelier / incubateur sur l’écriture de fiction qui se crée à Paris (et dont on a pu déjà entendre parler dans la presse) dès l’année 2017. Au programme, des cours et ateliers de fond, suivis sur la durée, qui visent à propulser l’écriture et à nourrir l’échange entre auteurs expérimentés et moins expérimentés. Les Mots se situent à mi-chemin entre la technique très (trop) mécaniste de l’école américaine et le manque d’accent sur les outils que l’on peut parfois déplorer dans l’approche française de la narration, et sont confondés par Alexandre Lacroix (auteur et directeur de la publication de Philosophe Magazine) et Élise Nebout (auteur et journaliste). Donc, c’est vachement bien. (Pour ne pas me croire sur parole et tout savoir sur le concept, voir ici.) Et je vais avoir la lourde tâche, auguste lectorat, de faire partie de ceux qui représenteront l’imaginaire et de partager ses outils uniques et merveilleux (beh oui, forcément). J’interviendrai aux Mots en mars, dans le cadre de deux événements distincts (mais on peut participer au deux, bien sûr) :

Vendredi 24 mars, 20h, conférence « Plongée dans les littératures de l’imaginaire »

Les littératures de l’imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique) descendent en droite ligne des grands récits mythiques de l’humanité, de Gilgamesh à l’Odyssée, et offrent de nos jours les succès les plus retentissants de la narration, du Seigneur des Anneaux à Star Wars en passant par Harry Potter. Pourtant, elles restent décriées par ignorance et paresse intellectuelle, alors qu’au-delà de l’aventure et de l’évasion, elles offrent un laboratoire unique de réflexion sur l’humanité, sa vision du monde et les questions fondamentales qui l’animent. Auteur de trente nouvelles et de plusieurs romans, finaliste et lauréat de nombreux prix reconnus dans le domaine des littératures de l’imaginaire, Lionel Davoust propose un tour d’horizon des genres qui composent ce champ, des techniques de création qui le caractérisent, et comment leur usage peut enrichir de façon unique le travail d’écriture.
Places limitées : l’inscription et les tickets sont en ligne ici.

Week-end du 25-26 mars : atelier intensif « Créer un monde imaginaire »

De la Terre du Milieu du Seigneur des Anneaux à la luxuriance de la planète Pandora dans le film Avatar, la création de nouveaux espaces géographiques, de nouvelles règles du monde, constitue depuis toujours une des caractéristiques définissant les littératures de l’imaginaire (fantasy, science-fiction, fantastique). À la fois terrain de jeu sans bornes et exercice intellectuel où la rigueur doit organiser et cadrer ce foisonnement, la création de mondes imaginaires constitue peut-être la forme suprême de créativité littéraire, où toutes les libertés sont accessibles, et dont l’héritage remonte aux grandes mythologies. Ces mondes différents entraînent le lecteur dans une évasion sans précédent, tout en l’invitant à s’interroger sur sa propre humanité, sa vision du monde. Véritables paraboles modernes, ils permettent de s’affranchir des a priori culturels et historiques pour aborder d’un œil neuf des problématiques potentiellement graves comme la guerre, l’écologie, le pouvoir, tout en préservant la dimension épique d’une aventure romanesque. Créer de nouvelles règles du monde selon ses envies profondes ; en dérouler les conséquences naturelles, sociales, technologiques ; ménager l’équilibre entre cohérence et étonnement ; introduire ce contexte puis, enfin, le mettre au service d’une bonne histoire, tels sont les outils auxquels cet atelier se propose de sensibiliser ses stagiaires. Car, comme le dit G. R. R. Martin, l’auteur célèbre de Game of Thrones : « ce qui m’intéresse dans l’Histoire, ce sont les histoires » ; si le monde représente l’outil central de l’imaginaire, il ne saurait être le seul, et surtout, il ne saurait prendre l’ascendant sur l’impératif de narration indispensable à une lecture agréable. En utilisant la forme familière des récits de voyage, laquelle croise une multiplicité d’éclairages, les participants disposeront des premières briques d’un canevas narratif unique qu’ils pourront par la suite explorer à l’envi, que ce soit en approfondissant ses mécanismes, ou bien en y situant une, ou plusieurs histoires originales. Et, même s’ils choisissent de ne pas poursuivre ce voyage, ils se confronteront à une technique fondamentale de l’écriture : la maîtrise et la mise en scène du temps et de l’espace fictionnels.
L’atelier, sur le week-end, prendra la forme de sessions d’écriture et de débriefing alternées et intensives – parce que c’est le but : nous n’avons que deux jours, alors nous allons profiter au maximum du temps passé ensemble ! Atelier limité à 13 places : l’inscription se déroule ici, en ligne. N’hésitez pas à faire circuler l’information !