web 2.0

/Tag: web 2.0

Quelques souvenirs des Utopiales 2009, quand soudain, un Shoggoth

Contrairement à mon habitude, en raison d’impératifs de travail et d’emploi du temps, je n’ai pas pu assister à l’intégralité des Utopiales cette année (mais qui se plaindrait de devoir rester chez soi pour écrire ?). Cependant, j’ai quand même eu le plaisir d’y passer le week-end, et j’y ai trouvé une atmosphère peut-être plus détendue que l’année précédente (constat apparemment partagé par beaucoup, comme Mélanie Fazi) mais aussi bouillonnante de projets en tout genre, notamment avec l’avènement de plus en plus marqué de l’e-book et des nouveaux modes de distribution par le Net. Je me suis aperçu que cela faisait deux ou trois ans que je n’avais pas senti ce genre d’effervescence en festival, cet esprit d’entreprendre. Je ne suis pas en train de dire qu’il ne passait rien depuis trois ans, bien sûr, mais j’ai senti une curiosité studieuse, une certaine envie de prise de risques assez peu conventionnelle.

(suite…)

2010-02-01T18:24:18+02:00lundi 9 novembre 2009|Le monde du livre|8 Comments

Worldcon : jour 1

Bon, mon horloge biologique indique 6h du matin mais je m’étais promis de chroniquer l’événement jour par jour, alors banzai.

Cette première journée qui se termine fut un grand moment de plaisir. Passée la première intimidation face à la taille proprement ahurissante de l’événement (la Worldcon occupe tout le palais des congrès de Montréal, propose des dizaines d’animations simultanées et une librairie qui ferait se pâmer tout bibliophile), on découvre un événement qui mêle à la fois interventions pointues sur le genre et atmosphère qui ne se prend pas au sérieux – l’enthousiasme du fandom tel qu’on l’aime. J’imagine bien qu’il ne doit pas être exempt de ses querelles de clocher, mais qu’importe : l’étranger que je suis ne les voit pas et profite.

dsc00009

(suite…)

2010-02-01T18:27:01+02:00vendredi 7 août 2009|Le monde du livre|Commentaires fermés sur Worldcon : jour 1

Epinal’chimie

C’est toujours difficile d’écrire une entrée sur un festival, parce que, comme on dit, « you had to be there ». Je peux me limiter à un « ouais c’était cool » ou rédiger un compte-rendu détaillé, mais ça devient vite ennuyeux, et il me faudrait deux jours que, hélas, je n’ai pas… De plus, d’autres sites comme ActuSF ont fait d’excellents compte-rendus parfaitement détaillés, comme toujours. Site qui a également réalisé une interview vidéo des auteurs, de l’illustrateur et de l’anthologiste de Rois et Capitaines, la voici en guise d’intro… Vous pourrez admirer en fond une superbe toile cirée blanche de tente amovible, idéale pour les manifestations en extérieur, les mariages et les cocktails, devis sur demande, réservation préférable.

Sion, je vais m’efforcer de me limiter aux anecdotes racontables… Non qu’il y en ait à ne pas répéter mais, comme je le disais, « you had to be there » – l’année prochaine, peut-être?

Les festivals de ce genre sont toujours l’occasion de retrouver les copains, même si, traduisant également des tables rondes pour l’organisation, ce fut principalement entre deux portes. J’ai eu également la joie de retrouver des visages connus et de faire de nouvelles rencontres; les signatures furent extrêment agréables. Une des forces des Imaginales est sa convivialité, à la fois pour les lecteurs (je l’espère) et pour le métier. J’ai appris d’Andrzej Sapkowski tout un répertoire de blagues polonaises, mais il faut son talent de conteur pour les relater…

J’ai surtout échangé avec Cheryl Morgan, critique et essayiste connue notamment sous nos longitudes pour le webzine Emerald City, et j’ai été frappé de constater combien, bien que me considérant un brin geek, j’étais en retard quant aux possibilités innombrables d’expérimentation et de communication qu’offre le Net. Il y a bien sûr cette retransmission de la cérémonie du prix Imaginales via Internet – une technique tellement simple mais tellement élégante que je peine à comprendre pourquoi on ne s’y est pas intéressé plus tôt en France – mais aussi une foule d’autres outils. Les Américains sont très nombreux sut Twitter, par exemple – ce qui nous a permis de suivre du restaurant avec Cheryl la cérémonie de l’Eurovision de façon beaucoup plus drôle et condensée que la véritable émission.

Bref, j’ai pris une vraie leçon de futur et je l’en remercie sincèrement. Résultat des courses:

  • Perdez chaque jour de précieuses secondes que vous auriez pu consacrer à des activités productives: suivez-moi sur Twitter!
  • Je suis en train de refondre le site et le blog pour en faire une seule et même entité, en plus beau, plus grand, plus fort. Il faut juste que je dépoussière mon HTML et mon PHP, parce que ce que je veux faire n’est pas évident. (D’ailleurs, s’il y a un roxxor de WordPress dans la salle…)


Trois milliards de dollars pour chaque abonnement.

(En dollars du Zimbabwe, bien sûr. Quoi, pourquoi vous me regardez comme ça?)

J’en profite pour rappeler d’ailleurs l’existence du service en français, donc. Tout est expliqué sur la version française du site (qui a gravement besoin d’un coup de plumeau, je sais), ici. Si vous décidez de vous abonner… nous allons prolonger l’offre des deux mois gratuits, à condition que vous joigniez à votre virement Paypal la phrase exacte « je n’étais pas aux Imaginales alors je me passerai des trois milliards de dollars car je suis grand prince [ou princesse]; deux mois gratuits me suffiront ».

Et puis bien sûr, il y avait la remise du prix Imaginales. Le fait que nous devions installer la retransmission avec Cheryl (et donc trouver le wi-fi dans l’auditorium) fut un excellent antidote à toute forme de stress: je n’ai tout simplement pas eu le temps de réfléchir. lolcatprix

Au point que je n’ai pas vu l’escalier pour monter sur la scène, que je me suis trouvé les deux mains prises et mon petit discours soigneusement préparé dans ma poche, inaccessible, ce qui m’a forcé à improviser – mais ce n’était pas plus mal, en fin de compte; rien ne vaut la spontanéité de l’instant! Oui, bras, coudes, genoux à vous encore, mes frères et mes soeurs!

L’émotion ne devait pas cesser en redescendant de la scène: je retourne m’asseoir, reprenant la discussion pour transmettre la cérémonie en anglais (les mains tremblantes sur le clavier minuscule du netbook) et je m’aperçois qu’un type s’est assis à côté de moi… Mon père qui m’avait fait la surprise de sa présence. Moment incroyable.

Bref, des Imaginales encore fortes, qui me laissent lessivé mais heureux de toutes ces retrouvailles et ces nouvelles rencontres, surtout avec les lecteurs avec qui, j’en suis ravi, nous avons pu à chaque fois discuter un peu. A la prochaine fois, j’espère… et merci de votre soutien, comme toujours!

2011-02-01T17:17:34+02:00jeudi 21 mai 2009|Actu|3 Comments