Les cadenas de l’amour et de la séparation

Nouvelle mode, sur les grilles du pont des Arts à Paris et autres, les couples attachent des cadenas en symbole de leur amour et jettent la clé dans la Seine. Ce qui pose quantité de problèmes structurels (les rambardes alourdies risquent l’effondrement) et environnementaux (métaux dans le fleuve). Indépendamment de la symbolique du geste répété des milliers de fois et dont l’unicité et l’originalité se trouvent donc raisonnablement mises en doute, pour ma part, cette étrange prolifération presque corallienne me rappelle autre chose, vu ailleurs, et qui donne au symbole un goût amer.

La division entre Corée du Nord et du Sud a eu lieu à l’issue de la Seconde guerre mondiale. Nous connaissons le Nord – et son régime totalitaire – et le Sud, avec son développement technologique fascinant. On se doute moins que les tensions entre les deux pays font partie du quotidien ; en 1996, un sous-marin nord-coréen a par exemple débarqué un commando sur les côtes du sud, un événement qui a donné lieu à une chasse à l’homme de 49 jours. J’en avais parlé ici.

En conséquence de quoi, des kilomètres de côtes du sud sont grillagées, et surveillées par des postes de garde régulièrement espacés. On s’approche sans problème, le danger venant du large et non de l’intérieur. Et l’on remarque bien vite, sur les grilles, des cadenas espacés, ici et là, souvent colorés, représentant des petits animaux mignons populaires en Asie, avec des coeurs, des mentions « I miss you », etc.

Mais cette gaieté cache quelque chose.

« Ce sont les descendants de familles séparées par la guerre qui viennent ici accrocher ces cadenas, m’explique CSN, mon guide et ami. Ils les posent pour se rappeler les leurs, pour ne pas abandonner l’espoir d’être réunis avec leurs frères, oncles, cousins restés de l’autre côté de la DMZ. »

C’est donc pour cela qu’il y en a peu, et c’est pour cela qu’ils viennent les accrocher devant la mer ; parce que les leurs, s’ils leur sont rendus, viendront probablement de là ; que l’horizon libre permet d’espérer.

Je n’ai certainement pas à dire quoi faire à qui. Je n’ai jamais tellement aimé faire comme tout le monde, en plus, alors ajouter un bout de ferraille sur des milliers d’autres identiques… Ce qui est sûr, c’est qu’après avoir vu ça, par égards pour ces gens séparés depuis bientôt 70 ans, qui ignorent même si les leurs sont encore en vie, je ne pourrais pas me prêter à ce jeu-là. Je me sentirais très myope et très vain.

2014-04-07T12:16:52+02:00mercredi 9 avril 2014|Carnets de voyage|20 Commentaires

La photo de la semaine : Grâce sur le Seongsan Ilchulbong

Grace_falling_on_Seongsan_Ilchulbong

Cliquez pour un agrandissement

Seongsan Ilchulbong, le « pic du lever du soleil », est un ancien volcan à l’est de l’île de Jeju (Corée du Sud) et un site spectaculaire pour admirer l’aube et le crépuscule. Je n’ai pas tellement eu de chance ce jour-là parce que le soleil s’est noyé dans les nuages, mais j’ai immensément apprécié le paysage, la hauteur de vue et la sérénité de l’endroit.

2014-05-28T18:17:40+02:00mardi 3 décembre 2013|Carnets de voyage, Photo|Commentaires fermés sur La photo de la semaine : Grâce sur le Seongsan Ilchulbong

La photo de la semaine : une rue sombre à Seoul

Bien ! Ayant surmonté quelques petits soucis informatiques anciens du genre à vous casser le moral (la même longue et fastidieuse configuration à refaire plusieurs fois), j’ai à nouveau (pour la cinquième fois) une chaîne de traitement photo digne de ce nom. Les chroniques sur Le Pouvoir ralentissant un peu, je vais me remettre à traiter mes quelque 5000+ photos accumulées, et essayer d’en faire quelque chose. Cela commence par tenir la promesse que j’avais essayé de me faire, à savoir proposer une nouvelle photo par semaine. Je vais revenir dans un premier temps sur mon voyage en Corée du Sud et Nouvelle-Zélande en traitant convenablement les images qui m’avaient servi d’illustration, et essayer de proposer un panachage avec d’autres choses (dont des dauphins – il serait temps…). Tout cela se passera sur Flickr. N’hésitez pas à vous signaler si vous avez également un compte !

Seoul_dark_street

Cliquez pour voir en grande taille sur Flickr

Cette rue sombre à Seoul m’a attiré le regard. La vie nocturne est très active dans certains quartiers ; cela m’a frappé peu après mon arrivée là-bas. Les rues commerçantes sont un déluge de néons, de son et de foule. Pourtant, cette rue-là, que rien ne distinguait des autres, était déserte. Je me suis demandé quel sombre secret elle cachait.

2014-05-28T18:17:40+02:00vendredi 1 novembre 2013|Carnets de voyage, Photo|1 Commentaire

Compression spatiotemporelle

Salut, auguste lectorat. Nul besoin de faire Sol – Proxima du Centaure en petites foulées pour expérimenter l’effet de dilatation temporelle : je suis techniquement parti hier matin de Wellington, Nouvelle-Zélande, pour arriver aujourd’hui vers midi à Rennes, France, mais, dans ce laps de temps, par le jeu des décalages horaires, j’aurai compressé 35 heures de voyage. Mon état cérébral se résume à ceci :

Gah.

Mais pas de repos pour les braves ni pour les Coréens maoris. Je suis de retour sur le pont avec une connectivité correcte, ce qui signifie que l’on peut à nouveau me relancer dans la joie et la bonne humeur dans le cas d’un courriel échappé ou d’une réponse urgente, et que, fichtre, J’AI DU BOULOT. Juste, criez pas trop fort, j’ai la gueule de bois de l’espace-temps.

Merci pour votre patience durant ce mois, et j’ajoute maintenant 2000 clichés à traiter à mon stock… Va falloir que je me mette sérieusement au boulot avant que ça ne devienne des photos d’archives historiques.

IMG_3932-480x320

Vue depuis la base du mont Manganui, Nouvelle Zélande

2013-10-17T10:18:53+02:00mardi 22 octobre 2013|Carnets de voyage|3 Commentaires

Improbabilités coréennes, part.4

Et encore ! Encore des étrangetés réjouissantes ! Voir les parties 12 et 3.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2019-07-16T13:28:26+02:00lundi 21 octobre 2013|Carnets de voyage|Commentaires fermés sur Improbabilités coréennes, part.4

De l’impossibilité de parler intelligemment

Y a-t-il quelque chose d’intelligent à raconter en quelques lignes ou paragraphes sur la Nouvelle-Zélande ?

Ici, la nature parle par l’image et le mouvement, et serait mieux narrée à travers une histoire ou un récit de voyage substantiel. Après une quête hâtive pour ajouter une Compact Flash supplémentaire à mon arsenal, je devrais avoir de jolies choses à montrer. La terre du Seigneur des Anneaux – ce qui devrait t’intéresser quelque peu, auguste lectorat -, j’en ai parlé un peu hier, à quoi il faudrait ajouter le décor d’Hobbiton, préservé et entretenu depuis le tournage du Hobbit, mais pas tous les jours Tolkien, hein, ça va bien. (Non ?) Quant à la culture maori, omniprésente et pourtant seulement entrevue et un peu secrète, ce serait parfaitement idiot de plaquer une ligne ou deux, juste pour dire.

Ouais. Le plus intelligent à raconter, c’est peut-être se poser la question de l’existence de quelque chose d’intelligent à raconter en quelques lignes ou paragraphes sur la Nouvelle-Zélande, surtout alors que ce périple approche de sa fin. Il faudra voir avec le recul…

IMG_3850-480x320

 

2013-10-17T10:42:06+02:00vendredi 18 octobre 2013|Carnets de voyage|3 Commentaires

Voyage en Terre du Milieu

C’est un peu idiot de voir le pays à travers ce prisme mais, à explorer les parcs nationaux de Nouvelle-Zélande, on comprend que la Terre du Milieu ne pouvait se trouver qu’ici. Une fois sorti des zones urbaines, la présence humaine se limite à de minuscules agglomérations le long de routes uniques qui serpentent, parfois sévèrement, à travers les montages. La Nouvelle-Zélande, le seul pays où une autoroute peut n’avoir que 2×1 voies et où la vitesse est restreinte à 25 km/h dans certains virages.

IMG_3533-480x320

Les chutes de Huka (écume en maori… on comprend pourquoi.)

Une fois la voiture garée et quelques pas dans la forêt, l’isolement saisit le voyageur, qui a la conscience à la fois inquiétante et grisante d’être véritablement au bord du monde sauvage. Ce que confirment les nombreux touristes qui s’égarent – voire décèdent – en essayant de franchir le col mythique du Tongariro par leurs propres moyens. Un pasage que je n’aurai pas l’occasion de faire en raison de conditions vraiment trop mauvaises (tempêtes de neige façon Caradhras).

Toute la nature en Nouvelle-Zélande est à une échelle supérieure : volcans, rivières, chants d’oiseaux, cascades et couleurs. Le lac Taupo, le plus grand d’Asie Pacifique, serait assez vaste pour accueillir la ville de Singapour toute entière, et la navigation à sa surface est soumis à la même prudence que dans l’océan. Sur ses falaises, des étudiants maoris ont gravé des visages et des personnages à titre d’entraînement à leur art, afin de passer professionnels.

IMG_3471-320x480

Le temps, plutôt mauvais, ne se prête guère aux activités extérieures, mais l’atmosphère rude et l’absence de touristes compense largement ce petit désagrément. Rien, en tout cas, qui n’effraie un Breton pour qui la mer s’apprécie avec les embruns dans la tronche et les lèvres gercées par un sourire féroce !

2013-10-14T09:13:55+02:00jeudi 17 octobre 2013|Carnets de voyage|1 Commentaire

Haere Mai, Aragorn

Après 14 heures cumulées d’avion et une courte escale à Sydney, le temps de se promener sur le port et de contempler le fameux opéra, me voici maintenant pour la deuxième partie de ce périple, avec la Nouvelle-Zélande et sa capitale Wellington. Radical changement d’ambiance, retour dans un monde aux consonances plus occidentales, perte de 75% d’humidité et de 15° dans l’air, doublement de la pluie. Ça rappelle la Bretagne !

IMG_3292-480x320Juste un prélude pour l’instant, avec un tour dans la ville qui a des allures de village après le gigantisme de Seoul. Une visite du musée national, le Te Papa, pour se familiariser avec l’histoire du pays et la culture maori, très vivante aujourd’hui malgré une histoire mouvementée et un traité tôt signé entre les Britanniques et les chefs des clans, leur garantissant le statut de citoyens de l’Empire.

Les choses auraient probablement été plus simples si ledit traité avait été formulé exactement de la même manière dans les deux langues. Des livres entiers sont dédiés à ses différences de formulation et de traduction et, encore aujourd’hui, les tribunaux se réfèrent aux deux versions.

Mais aussi, Wellington est également le quartier général des Studios Weta… connus mondialement pour avoir réalisé les effets spéciaux des adaptations du Seigneur des Anneaux, du King Kong de Peter Jackson, d’Avatar et j’en passe. Une boutique à vous faire casser un PEL pour rapporter statuettes et accessoires identiques aux versions des films, et une visite dans l’atelier qui m’a permis de poser les yeux sur un authentique Warthog, sur les flngues et exosquelettes de District 9, d’Avatar, sur une tête de Balrog… Et de voir travailler le responsable épées de Weta, le seul forgeron d’épées en titre royal de tout le pays. (Il faut dire que ce n’est plus un métier très couru.)

2013-10-11_12.12.44

Weta manufacture des imitations de cottes de mailles criantes de vérité, en plastique donc très légères, vues pour la première fois dans Le Seigneur des Anneaux, et agréables à porter pour les acteurs pendant de longues journées de travail.

Sauf par Viggo Mortensen. Qui, raconte le staff, insistait pour avoir une vraie cotte (ce qui pèse plusieurs dizaines de kilos, est dangereux en cas de chute et j’en passe), une vraie épée et, de façon générale, du vrai matériel. Ce qui lui a valu de se faire arrêter deux fois dans les restaurants de Nouvelle-Zélande…

Des photos ? Ben non, pas tellement. Elles sont interdites dans la grande majorité des lieux. Je peux juste vous présenter mon nouveau copain.

IMG_3387-480x320

2013-10-11T06:24:38+02:00mardi 15 octobre 2013|Carnets de voyage|8 Commentaires

Improbabilités coréennes, part.2

Deuxième floriège d’anglais rigolo, de surprises après le premier. C’est drôle, après tant d’exposition à de l’anglais approximatif, je ne le remarque plus après deux semaines, et il m’a parfois fallu un moment pour me rappeler pourquoi j’ai pris certaines de ces images.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2019-07-16T13:29:08+02:00vendredi 11 octobre 2013|Carnets de voyage|3 Commentaires